The Internet Movie Script Database (IMSDb)


The web's largest
movie script resource!

Search IMSDb

Alphabetical
# A B C D E F G H
I J K L M N O P Q
R S T U V W X Y Z

Genre
Action Adventure Animation
Comedy Crime Drama
Family Fantasy Film-Noir
Horror Musical Mystery
Romance Sci-Fi Short
Thriller War Western

Sponsor

TV Transcripts
Futurama
Seinfeld
South Park
Stargate SG-1
Lost
The 4400

International
French scripts

Movie Software
DVD ripper software offer
Rip from DVD
Rip Blu-Ray

Latest Comments
Star Wars: Revenge of the Sith10/10
Star Wars: The Force Awakens10/10
Batman Begins9/10
Collateral10/10
Jackie Brown8/10

Movie Chat



ALL SCRIPTS



                              UN SINGE EN HIVER (1962)

                       D'après le roman de Antoine BLONDIN

                            Adaptation : François BOYER

                    Scénario : François BOYER & Henri VERNEUIL

                            Dialogues : Michel AUDIARD

                         
                         
                         
          LOGO DE « UFA COMACICO »
                         
          Le logo de « UFA Comacico » représente un éléphant de cirque
          devant un rideau de scène. Il lève la patte et la trompe, et il
          barrit.
                         
          TIGREVILLE - PLAGE - EXTÉRIEUR JOUR
                         
          Plan d'une portion déserte de la plage. Une ponton en béton part
          de la plage et s'avance dans la mer. Un soldat allemand, en tenue
          de guerre, marche sur le ponton en direction de la mer.
                         
          Le générique apparaît en lettres blanches majuscules. Les noms des
          acteurs et des techniciens sont inscrits dans de petits cadres
          noirs, juste à la taille des noms. Ces cadres sont légèrement
          transparents, ce qui permet de voir le décor sous le cadre.
                         
          En bordure de plage, un escalier remonte de la plage. Un officier
          allemand remonte cet escalier. Suite du générique.
                         
          Plan d'ensemble de la plage avec un grand mur de pierre en premier
          plan. Au loin, un groupe de soldats allemands marchent le long de
          la mer, venant vers nous. Suite du générique.
                         
          Autre plan d'ensemble de la plage, vu de la promenade du bord de
          plage. Deux soldats allemands discutent devant une barrière
          amovible, qui barre le début de la route côtière. En bas de la
          rampe qui mène vers la plage, un motocycliste, sur sa moto,
          discute avec un autre soldat allemand à pied. La moto démarre et
          remonte vers la promenade. La moto sort du champ sur la droite.
          Suite du générique.
                         
          La moto roule sur la route côtière le long de la plage. En
          contrebas, le groupe de soldats continue à marcher le long de la
          mer. Au loin, sur la corniche, on aperçoit des maisons normandes
          typiques. La moto sort du champ vers la gauche, et les soldats
          vers la droite. Suite du générique.
                         
          Autre plan d'ensemble. Au premier plan, un soldat allemand monte
          la garde devant une barrière qui interdit l'accès à la plage. Sur
          la droite du soldat, le dos de la rangée de cabines de plage. Plus
          loin, deux autres soldats discutent devant une autre barrière.
          Dans le lointain, la corniche avec les maisons dessus. Une voiture
          longe les barrières, se dirigeant vers la corniche. Travelling sur
          la droite. Collé sur le côté de la première cabine de la rangée,
          nous voyons une affiche représentant des soldats allemands en
          uniforme de guerre. Sur l'affiche est écrit : « Avec tes camarades
          Européens, sous le signe SS, tu vaincras ! » Le travelling
          continue à se déplacer vers la droite. Devant la rangée de
          cabines, nous découvrons la promenade de bord de mer. Au fond,
          derrière la dernière cabine de la rangée, quatre soldats allemands
          montent la garde devant une barrière amovible. Le travelling
          s'arrête. Suite du générique.
                         
          Plan de demi-ensemble de la plage. Le groupe de soldats allemands
          marchent à la queue-leu-leu le long de la mer. Suite du générique.
                         
          Une jolie maison normande en bordure de mer. Elle est de taille
          assez imposante. Travelling sur la droite montrant l'entrée du
          village. Suite du générique.
                         
          Une ambulance, suivie d'une moto avec side-car et deux soldats à
          bord, entre dans le village par la route côtière. Sur le bord de
          la route, un panneau sur lequel est inscrit : « Tigreville ». Une
          moto double l'ambulance.
                         
          Contrechamp de la route côtière, qui monte vers le village. La
          moto roule vers nous, précédant l'ambulance, elle-même précédée
          par une autre moto avec side-car. Sur le bord de la route, un
          crucifix de grande hauteur. Suite du générique.
                         
          Plan général de la plage, vue du haut de la corniche, avec
          quelques toits de maison en premier plan. On aperçoit le groupe de
          soldats allemands, semblable, à cette distance, à un petit groupe
          de fourmis.
                         
          Fin du générique.
                         
          BAR « CHINOIS » - EXTÉRIEUR JOUR
                         
          Plan d'ensemble de l'escalier un peu rustique qui monte vers une
          grande bâtisse isolée au sommet d'une colline déserte, près de la
          mer et légèrement en dehors du village. Il s'agit d'un bar dit
          « chinois », en fait une maison « de rendez-vous ». Une jeune
          femme en imperméable monte l'escalier. A côté de l'escalier, une
          tour métallique supporte un bloc de sirènes.
          Contrechamp sur la femme qui monte l'escalier. En contrebas, des
          voitures militaires et des soldats allemands. La femme est
          Georgina, la « tenancière » du bar.
                         
          BAR « CHINOIS » - INTÉRIEUR JOUR
                         
          Plan moyen sur la porte d'entrée qui s'ouvre et Georgina qui
          entre. Elle referme la porte derrière elle. Dans le petit couloir
          menant au bar, elle croise un officier allemand, qui la salue.
          Elle lui dit deux ou trois mots en allemand et lui sourit.
          L'officier sort et referme la porte derrière lui. Georgina
          remarque un casque colonial accroché sur un porte-manteau, fait
          une petite moue d'agacement et se dirige vers le bar en enlevant
          ses gants.
                         
          La décoration de la salle de bar est assez conventionnelle. Seuls
          quelques éléments donne une touche un peu asiatique à
          l'établissement, comme les lustres chinois qui pendent du plafond,
          ou la fresque qui couvre tout le mur derrière le bar.
                         
          Il n'y a que deux clients assis devant le bar : Albert Quentin et
          Lucien Esnault. Ils sont en train de boire, et sont déjà
          passablement éméchés. Les deux hommes paraissent dans la
          quarantaine. En fait, les deux acteurs, Jean Gabin et Paul
          Frankeur, ont été artificiellement rajeunis par les maquilleuses,
          de façon à paraître environ quinze ans plus jeunes que leur âge
          réel.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Matelot Esnault Lucien, veuillez armer la jonque, on
           appareille dans cinq minutes.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           C'est parti.
                         
          Il salue et se lève avec une certaine difficulté, traverse la
          pièce et se dirige, avec une démarche mal assurée, vers une jonque
          posée sur une étagère. Cette jonque est un modèle réduit de taille
          assez importante, mesurant environ 70 centimètres de la proue à la
          poupe. Il la prend et vient la poser sur le comptoir du bar.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Voilà !
                         
          Le « zinc » du comptoir forme un creux avec un rebord, tout autour
          du comptoir, d'environ cinq centimètres de hauteur. Albert prend
          un pichet publicitaire « Marie Brizard », et commence à verser de
          l'eau dans le creux du comptoir. Lucien prend un autre pichet et
          en fait autant de l'autre côté de la jonque. Georgina, qui vient
          d'enlever son imperméable, s'approche d'eux et ne semble pas ravie
          de voir ce qu'ils sont en train de faire.
                         
                          GEORGINA
           Albert !
                         
          Elle parle avec un léger accent étranger.
                         
                          GEORGINA
           Oh, je vous en prie, vous n'allez pas encore tout me
           saloper comme l'autre fois !
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Madame, le droit de navigation sur le Yang-Tsé-Kiang nous
           est formellement reconnu par la convention du 3 août 1885.
           Contesteriez-vous la chose ?
                         
          D'un revers de main, il fait tomber les trois bouteilles vide qui
          étaient sur le comptoir.
                         
                          GEORGINA
           Je ne conteste rien, je vous demande simplement de ne pas
           tout me casser comme l'autre jour.
                         
          Albert se retourne vers elle. Lucien aussi se retourne, mais plus
          lentement, et le regard un peu vague, alors qu'Albert, malgré
          qu'il soit visiblement ivre, garde le regard alerte.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ohhh mais pardon ! L'autre jour les hommes de Sun-Yat-Sen
           ont voulu jouer aux cons. Heureusement que j'ai brisé la
           révolte dans l'oeuf. Sans barbarie inutile d'ailleurs. On
           n'a coupé que les mauvaises têtes, le matelot Esnault peut
           témoigner.
                         
          Il le désigne du doigt, et Lucien lève une main hésitante comme
          pour prêter serment.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Sur l'honneur !
                         
          Albert contourne le comptoir.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Bon. Nous allons donc poursuivre notre mission
           civilisatrice.
                         
          Il est maintenant derrière le comptoir.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Et d'abord je vais vous donner les dernières instructions
           de l'amiral Guépratte, rectifiées par le quartier-maître
           Quentin ici présent. Voilà... L'intention de l'amiral
           serait que nous percions un canal souterrain qui relirait
           le Wang-Hu au Yang-Tsé-Kiang !
                         
          Du doigt, il désigne le fleuve dessiné sur la fresque murale
          derrière lui.
                         
          Lucien essaie de répéter le mot « Yang-Tsé-Kiang », mais sa
          bouche, empâtée par l'alcool, a du mal à prononcer un mot aussi
          compliqué. Georgina le regarde en souriant.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Bon !
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Je ne vous apprendrai rien en vous rappelant que Wang-Hu
           veut dire dire fleuve jaune et Yang-Tse-Kiang, fleuve bleu.
           Je ne sais pas si vous vous rendez compte de l'aspect
           grandiose du mélange ? Un fleuve vert ! Vert comme les
           forêts, comme l'espérance. Matelot Esnault, nous allons
           repeindre l'Asie, lui donner une couleur tendre, nous
           allons installer le printemps dans ce pays de merde !
                         
          Il s'énerve un peu sur les derniers mots et désigne, de nouveau,
          la fresque murale du doigt.
                         
          Georgina sort de la salle du bar.
                         
                          GEORGINA
           Bon, je vois que vous êtes raisonnables, je vous laisse.
           J'ai des clients à servir, moi !
                         
          Albert sort de derrière le comptoir et crie :
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Hé !... Dites donc, l'indigène ! Un peu de tact, hein !
                         
          Il la suit dans la salle voisine.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Parlons d'autre chose... parce qu'on les connaît vos
           clients, la Wehrmacht polissonne et le Feldwebel
           escaladeur ! Hein !
                         
          Il s'est approché de l'escalier que Georgina a commencé à monter.
          Du doigt, il désigne le haut de l'escalier. Lucien l'a suivi.
          Gergina se retourne, un peu effrayée. De la main, elle lui fait
          signe de baisser le ton.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Et puis merde, je vous raconterai plus rien, là !
                         
          Il retourne vers le bar.
                         
                          GEORGINA
           Chhhhut ! Albert ! Vous fâchez pas !
                         
          Albert revient un peu sur ses pas.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Vous fâchez pas, vous fâchez pas... Mais, nom de Dieu de
           bordel, je vous offre des rivières tricolores, des
           montagnes de fleurs et des temples sacrés, et vous me
           transformez tout ça en maison de passe ! Vous plantez votre
           Babylone normande dans ma mer de Chine. Alors... Matelot
           Esnault !
                         
          Lucien salue Albert.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Oui Chef !
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Reprenez le village ! Où sont les grenades que je les
           dégoupille ?
                         
          Il revient vers le bar, suivi par Lucien. Georgina, toujours
          plantée sur les premières marches de l'escalier, les regarde avec
          un peu d'inquiétude.
                         
          Albert ramasse une bouteille de vin sur une table. Lucien en
          ramasse une autre. Albert s'approche du bar et enlève le bouchon
          de sa bouteille avec les dents, comme s'il s'agissait de la
          goupille d'une grenade. Lucien en fait autant avec une autre
          bouteille. Les deux hommes s'apprêtent à lancer les bouteilles
          contre la fresque murale.
                         
           GEORGINA (criant en voix off)
           Monsieur Quentin !...
                         
          Elle s'approche des deux hommes, qui se retournent.
                         
                          GEORGINA
           Calmez-vous ! Je vous demande pardon.
                         
          Sa voix se fait suppliante et elle joint les mains. Albert enlève
          le bouchon qu'il avait gardé coincé entre les dents.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Une reddition ? Soit. La main de fer dans le gant de
           velours. Matelot, à vos pagaies !
                         
          Il se rassoit au comptoir, Lucien l'imite.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Oui Chef !
                         
          Ils versent chacun du vin dans leur verre à partir la bouteille
          qu'ils ont en main. Ils posent leurs bouteilles respectives, puis
          se mettent à boire. Lucien se lève avec difficulté, et, en
          titubant, tend les mains vers la jonque sur le comptoir. Albert
          l'observe.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Attention aux roches ! Et surtout attention aux mirages !
           Le Yang-Tsé-Kiang n'est pas un fleuve, c'est une avenue,
           une avenue de cinq milles kilomètres qui dégringole du
           Tibet pour finir dans la mer jaune...
                         
          Albert a soulevé la jonque du bar avec délicatesse et lenteur.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           ... avec des jonques et puis des sampans de chaque côté.
           Puis au milieu, il y a des... des tourbillons d'îles
           flottantes avec des orchidées hautes comme les arbres. Le
           Yang-Tsé-Kiang, camarade, c'est des millions de mètres
           cubes d'or et de fleurs qui descendent vers Nankin. Puis
           avec, tout le long, des villes-pontons où on peut tout
           acheter... des... alcool de riz... la religion, puis les
           garces et l'opium.
                         
          Il se tourne vers Georgina, toujours debout derrière eux. Lucien
          repose la jonque sur le comptoir et se retourne aussi.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Je peux vous affirmer, tenancière, que le fusilier des
           marins a été longtemps l'élément décoratif des maisons de
           thé. En ce temps-là, on savait rire ! « Elle s'était mis
           sur la paille pour un maquereau roux et rose, c'était un
           juif qui sentait l'ail ! Il l'avait, venant de Formose,
           tiré d'un bordel de Shangaï. »
                         
          Georgina a l'air ému.
                         
                          GEORGINA
           Oh, c'est beau !
                         
          Albert commence lentement à se diriger vers la sortie.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           C'est pas de moi ! J'ai des vapes comme ça qui me
           reviennent quand je descends le fleuve !
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Je croyais que c'était une avenue ?
                         
          Albert a mis une cigarette entre ses lèvres. Il écarte les bras
          avec une moue dubitative. Puis il prend un air pensif.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           On sait pas ! C'est peut-être un rêve qui se jette dans la
           mer.
                         
          On entend la sirène d'alerte qui se met en marche.
                         
          BAR « CHINOIS » - EXTÉRIEUR JOUR
                         
          Plan rapproché sur la sirène située à côté du bar « chinois ».
          Travelling à droite, montrant la mer dans le lointain. On entend
          d'autres sirènes qui sonnent aussi.
                         
          Plan général du ciel au-dessus de Tigreville. Une escadrille
          d'avions volent dans le ciel.
                         
          TIGREVILLE - PLAGE - EXTÉRIEUR JOUR
                         
          Une grosse « jeep » allemande vient de s'arrêter au bord de la
          plage. Des soldats armés en descendent rapidement, sous les ordres
          d'un officier.
                         
                          OFFICIER ALLEMAND
           Schnell !...
                         
          Les soldats et l'officier descendent en courant vers la plage.
          D'autres officiers descendent derrière eux.
                         
          BAR « CHINOIS » - INTÉRIEUR JOUR
                         
          Plan en contre-plongée de l'escalier. Une femme en robe de
          chambre, puis un officier allemand, sortent d'une chambre sur le
          palier. L'officier finit d'enfiler ses bottes. D'autres filles en
          robe de chambre et d'autres officiers sortent de chambres
          voisines, et commencent à descendre l'escalier. On entend les
          officiers parler allemand sur un ton assez énervé. Les filles
          aussi semblent énervées, mais le brouhaha ambiant fait que l'on
          peut à peine distinguer leurs paroles.
                         
                          UNE FILLE
           Hé ! Attendez-moi !
                         
          Plan rapproché sur l'arrière des marches de l'escalier, à travers
          lesquelles on voit les jambes des filles et des officiers qui
          descendent rapidement, et en arrière-plan, le visage un peu ahuri
          de Lucien, et celui, plus moqueur d'Albert.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Achtung, monsieur ! Achtung !
                         
          Georgina, venant du bar, vient vers eux en courant.
                         
                          GEORGINA
           Allez ! Allez ! Descendez dans la cave.
                         
          Albert fait un geste évasif, ramasse son casque colonial accroché
          au porte-manteau, et se dirige tranquillement vers la sortie,
          suivi de Lucien.
                         
          La porte est restée ouverte après le départ des officiers
          allemands, et Albert sort dehors, suivi de Lucien.
          BAR « CHINOIS » - EXTÉRIEUR JOUR
                         
          Albert et Lucien s'arrête devant l'entrée du bar, et regardent
          autour d'eux. On entend les moteurs des avions alliés. Derrière
          eux, on voit se fermer la porte du bar. Les deux hommes lèvent la
          tête.
                         
          Contrechamp sur le ciel au-dessus d'eux, dans lequel on voit trois
          avions voler côte à côte.
                         
          Retour sur les deux hommes. Derrière eux, un officier allemand
          retardataire sort en courant du bar.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Ils bombardent Le Havre.
                         
          Dans le ciel, un avion largue des bombes.
                         
          Retour sur les deux hommes.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Le Havre ! Le Havre ! T'es complètement bourré ! Le Havre,
           c'est de l'autre côté. Ça nous tombe sur la gueule, oui !
                         
          Il s'éloigne rapidement. Lucien le suit.
                         
          Ils s'arrêtent un peu plus loin sur la colline qui surplombe la
          mer. Albert met sa main en visière pour regarder le ciel.
                         
          Dans le ciel, un autre avion largue des bombes.
                         
          Retour sur les deux hommes. Albert fait signe à Lucien de
          s'allonger par terre.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Couchez-vous !
                         
          Ils s'aplatissent par terre, juste au moment où une bombe tombe
          non loin d'eux.
                         
          Plan rapproché sur les deux hommes allongés dans l'herbe,
          environnés d'une épaisse fumée. Lucien a les mains sur la tête.
                         
          Dans le ciel, un autre avion passe rapidement en larguant des
          bombes.
                         
          Retour sur la colline. Une autre bombe tombe près du bar
          « chinois ».
                         
          Plan rapproché sur les deux hommes. La fumée se dissipe un peu.
          Lucien est couvert d'herbe et de branchages. Albert relève
          lentement la tête. On entend les rafales des mitrailleuses anti-
          aériennes. Puis d'autres bruits mêlés de bombes, de coups de canon
          et de tir de DCA. Les deux hommes se relèvent et s'éloignent.
                         
          Dans le ciel, un autre avion largue des bombes.
                         
          Plan moyen sur Albert et Lucien, qui se cachent derrière un talus,
          toujours sur la colline. On voit la plage en contrebas, avec les
          bombes qui explosent. Les deux hommes, allongés sur le ventre, se
          couvrent la tête de leurs mains.
                         
          Dans le ciel, deux avions larguent des bombes.
                         
          Retour sur Albert et Lucien, qui n'ont pas bougé de place. Les
          bombes continuent à éclater autour d'eux sur le flanc de la
          colline.
                         
          Plan moyen en contre-plongée du bar « chinois ». Une bombe éclate
          tout près de lui.
                         
          Plan rapproché d'Albert et Lucien, que l'on aperçoit au milieu
          d'une épaisse fumée. Ils se redressent lentement.
                         
          Plan général de la plage et de ses abords, en contrebas de la
          colline. La DCA allemande tire en continu.
                         
          Plan rapproché sur Lucien, qui relève la tête vers le ciel. Albert
          l'imite.
                         
          Dans le ciel, un avion vole au milieu des parachutes qui
          descendent lentement vers le sol.
                         
          Retour sur Albert et Lucien, qui regardent vers la plage.
                         
          Plan d'ensemble des canons anti-aériens, qui tirent vers le ciel.
                         
          Dans le ciel, un avion prend un long virage. Il largue un
          parachute.
                         
          Plan rapproché d'Albert et Lucien, qui se protègent la tête de
          leurs mains. Albert rampe lentement vers le bas et passe derrière
          Lucien.
                         
          Plan rapproché d'Albert caché dans un creux d'herbes. Lucien
          descend vers lui. Ils regardent tous deux vers le ciel.
                         
          Dans le ciel, une imposante escadrille d'avions approche de la
          côte.
                         
          Retour sur les deux hommes. Albert semble réfléchir.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Dis donc, il serait peut-être temps d'aller retrouver nos
           bonnes femmes. Elles doivent s'inquiéter.
                         
          Il se relève.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Y aurait comme de quoi.
                         
          Il se lève à son tour.
                         
          A quatre pattes, les deux hommes remontent vers le chemin. Un
          mouvement de caméra permet de découvrir, devant eux, une petite
          maison, autour de laquelle les bombes explosent. Devant la maison,
          est garé un véhicule militaire. Une moto s'éloigne de la maison.
          Lucien et Albert descendent lentement vers le terre-plein autour
          de la maison. On entend une ambulance. Lucien et Albert sont
          maintenant sur le terre-plein et marchent tranquillement vers la
          maison.
                         
          TIGREVILLE - RUES BOMBARDÉES - EXTÉRIEUR JOUR
                         
          Plan rapproché sur une tour, qui pourrait être le clocher d'une
          l'église (?), et d'où sortent des flammes. Derrière ce
          « clocher », un escalier qui descend vers le centre ville. Albert
          et Lucien descendent l'escalier.
                         
          Plan rapproché des restes calcinés d'un avion finissant de brûler
          sur la chaussée.
                         
          Plan de demi-ensemble d'une rue jonchée de débris et de deux
          voitures en flamme. Derrière ces voitures, le bas d'un escalier
          sur lequel Albert et Lucien apparaissent. Ils marchent entre les
          deux voitures en flamme. Bruit d'une grosse explosion.
                         
          TIGREVILLE - PLAGE - EXTÉRIEUR JOUR
                         
          Plan général de la côte. Au milieu de la baie, l'explosion soulève
          d'énorme gerbes d'eau.
                         
          TIGREVILLE - RUES BOMBARDÉES - EXTÉRIEUR JOUR
                         
          Albert continue sa progression entre les deux voitures en flamme.
          Lucien le suit à une certaine distance.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Voilà que ça repart !
                         
          Albert se tourne vers lui.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Et puisque je te dis que c'est rien.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           C'est rien, c'est rien...
          Albert fait un geste autoritaire des deux bras.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Rien !
                         
          Il repart, suivi de Lucien.
                         
          Plan d'ensemble des ruines d'une maison. Les deux hommes circulent
          entre ces ruines. Derrière eux, un bâtiment de trois étages en
          flammes. On entend des tirs de mitrailleuse. Albert se retourne
          vers Lucien, qui tripote sa cravate.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ben, qu'est-ce que tu fous avec ta cravate ?
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Je veux pas mourir débraillé.
                         
          Il rejoint Albert.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Oui, et bien tu feras ta toilette de mort plus tard. Allez,
           magne-toi.
                         
          Il reprend sa marche, et descend vers une autre maison en ruines,
          suivi de Lucien. Ils atteignent une zone où une épaisse fumée
          permet à peine de les distinguer
                         
          CAMPAGNE NORMANDE - EXTÉRIEUR JOUR
                         
          Vue aérienne des champs autour de Tigreville. Sur les champs,
          l'ombre d'un avion volant à basse altitude.
                         
          Dans le ciel, on suit l'avion, dont on vient de voir l'ombre, et
          qui largue des bombes sur la campagne Normande.
                         
          TIGREVILLE - RUES BOMBARDÉES - EXTÉRIEUR JOUR
                         
          Plan d'ensemble d'une esplanade, sur laquelle se trouvent deux
          chars allemands abandonnés. Albert et Lucien traversent cette
          esplanade. A l'extrémité de l'esplanade, ils montent une rampe qui
          rejoint des bâtiments. Des bombes tombent autour des chars
          abandonnés.
                         
          Dans le ciel, une escadrille d'avion est doublée par une autre
          escadrille plus rapide.
                         
          Une bombe explose sur le sol.
                         
          Dans le ciel, trois avions piquent vers le sol.
                         
          Plan moyen d'Albert et Lucien montant la rampe au sein d'une
          épaisse fumée. Albert lève les yeux vers le ciel.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Oh, merde !
                         
          Il fait semblant de tirer vers le ciel avec une mitraillette
          imaginaire.
                          ALBERT QUENTIN
           Ta-ta-ta-ta-ta-ta-ta !...
                         
          Dans le ciel, un avion pique vers le sol.
                         
          Retour sur Albert qui s'est remis en marche. Lucien regarde
          l'avion. On entend son moteur s'emballer.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Oh !... Albert !
                         
          Mais Albert s'est remis en marche et est déjà loin devant Lucien.
                         
          Plan, dans le ciel, de l'avion qui descend en piqué et s'écrase en
          mer.
                         
          Retour sur Lucien qui court après Albert.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Albert !
                         
          Il marche en tendant le bras en arrière, car, dans son délire
          d'ivrogne, il semble persuadé que c'est Albert, avec sa
          mitraillette imaginaire, qui a descendu l'avion !
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Oh !... Albert !
                         
          Plan d'ensemble d'une rue en ruines, plongée dans une épaisse
          fumée, et au milieu de laquelle on distingue à peine les deux
          silhouettes d'Albert et de Lucien. Des gens courent autour d'eux
          pour aller se mettre à l'abri.
                         
          Fondu enchaîné.
                         
          TIGREVILLE - RUE HÔTEL STELLA - EXTÉRIEUR NUIT
                         
          Plus tard. La nuit est tombée.
                         
          Plan rapproché en contre-plongée sur l'angle de deux rues. Une
          plaque, apposée au premier étage du mur de la maison, indique le
          nom de la rue : « Rue du Maréchal Pétain ».
                         
          La caméra descend au niveau du sol, et montre d'autres pancartes,
          installées au niveau du rez-de-chaussée à l'angle de la rue, et
          qui donnent des indications en allemand. Un groupe de soldats
          allemands casqués courent dans la rue, au milieu des flammes. Il
          passent devant une maison avec une grande vitrine. Au-dessus de
          cette vitrine, une inscription : « Hôtel Stella ».
                         
          Gros plan en contre-plongée d'une enseigne accrochée au mur de
          cette maison, et sur laquelle on peut lire, en lettres blanches
          sur fond noir : « Hotel Stella - Pension - Restaurant - Garage ».
                         
          Retour au niveau de la rue, dans laquelle circulent des motos de
          l'armée allemande. Derrière le passage des motards, un pan de
          maison s'écroule en flammes. Un homme à la jambe bandée traverse
          la rue en s'aidant de deux béquilles. Des soldats allemands
          casqués courent dans le sens inverse du premier groupe. On entend
          la voix d'Albert chanter à tue-tête :
           ALBERT QUENTIN (voix off)
           It's a long way to Tipperary...
                         
          Un soupirail vu à travers les jambes des soldats qui courent.
          Albert passe la tête par le soupirail et chante. Derrière lui, on
          distingue sa femme Suzanne.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           It's a long way to go...
                         
          Zoom avant sur le soupirail. On voit plus distinctement Albert
          accroché des deux mains aux barreaux du soupirail et continuant à
          chanter.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           It's a long way to Tipperary... Et good-bye Piccadilly !...
                         
                         
          HOTEL STELLA - CAVE - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Plan d'ensemble d'une cave voûtée, dont le plafond est supporté
          par de gros piliers de briques. Sur des étagères sont alignées de
          nombreuses bouteilles de vins. Des toiles d'araignées pendent du
          plafond. Au fond de la cave, debout devant le soupirail, Albert
          continue à chanter.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           It's a long way to gooo !...
                         
          Il revient vers l'intérieur de la cave, où sa femme, Suzanne, est
          assise.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Aux chiottes, les teutons !... Bande de mange-merde !
                         
          Il se sert un verre de vin, à partir d'une bouteille posée sur un
          tonneau.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Arrête, Albert ! Tu vas nous faire fusiller !
                         
          Par le soupirail ouvert, on voit les jambes des gens qui circulent
          dans la rue.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Et pas de bandeau sur les yeux, je commanderai le peloton
           moi-même, comme le Maréchal Ney !
                         
          Il pointe le doigt vers son coeur.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Droit au coeur, messieurs.
                         
          Suzanne reste assise, enveloppée dans un grand châle de laine.
          Elle semble mal à son aise.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Si tu crois que c'est le moment de faire le zouave.
                          ALBERT QUENTIN
           Je me demande, madame, ce que les Zouaves viennent faire
           la-dedans ! Quartier-maître Quentin, du Corps
           Expéditionnaire d'Extrême-Orient... Garde à vous ! Envoyez
           les couleurs !
                         
          Il porte une bouteille à ses lèvres comme s'il s'agissait d'une
          trompette, et chante la sonnerie de l'envoi des couleurs. Suzanne
          le regarde en haussant les épaules.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ta-ta, tagada-dein-dein, ta-ta, tarrrrein-tein, ta-ta,
           tarra-da-da, ta-ta, tarrein-tein.
                         
          Il baisse sa bouteille.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Repos !
                         
          Une bombe a dû tomber très près de chez eux, car le bruit est plus
          fort, les bouteilles sont agitées sur leurs étagères, et une pluie
          de plâtre tombe du plafond. Albert sursaute et se tourne vers la
          pluie de plâtre.
                         
          Une autre bombe tombe près de chez eux. Et cette fois-ci, c'est
          derrière Suzanne que tombe la pluie de plâtre.
                         
          Une autre bombe éclate. Deux pluies de plâtre en deux endroits
          différents de la cave. Des bouteilles tombent par terre et se
          brisent.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           La rigolade s'organise.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Ce matin, chez le boucher, on disait que les Allemands
           allaient tout faire sauter avant de partir.
                         
          Albert lève la main d'un geste impérial.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Mais c'est leur droit. Moi, je dis que le soldat en fuite a
           droit à certaines compensations récréatives.
                         
          Il ramasse son verre sur le tonneau, et se dirige vers Suzanne.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Personnellement, je me suis tapé de sévères courettes, je
           connais la question.
                         
          Il s'assoit sur un casier à bouteilles.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Si tu buvais moins, t'aurais peur comme tout le monde.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ouais, et bien si je buvais moins, je serais un autre
           homme.
                         
          Il débouche la bouteille, qui lui avait servi de trompette
          improvisée, et remplit son verre.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Et j'y tiens pas.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Si tu trouves ça intelligent de mourir saoul !... Je te
           jures, ça fera bonne impression en ville. Tu sais ce qu'on
           dira ?
                         
          Il se lève et regarde sa femme avec un air important.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Mourir saoul, c'est mourir debout, et je me fous des
           racontars ! L'histoire jugera, madame, et d'ailleurs, je ne
           vois pas pourquoi je boirais moins aujourd'hui...
                         
          Il porte le verre à ses lèvres, mais le redescend aussitôt, car
          une grosse pluie de plâtre s'abat derrière lui. Il s'éloigne en
                         CRIANT :
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ils vont tout foutre en l'air, ces cons-là !
                         
          Une autre pluie de plâtre s'abat sur l'escalier.
                         
          Suzanne se lève d'un bond. Elle bute sur un tonneau et se retourne
          au moment où un autre pluie de plâtre s'abat derrière elle.
                         
          TIGREVILLE - RUE HÔTEL STELLA - EXTÉRIEUR NUIT
                         
          Dans la rue, trois soldats en armes courent dans tous les sens.
          L'un d'eux crie quelque chose en allemand, mais une bombe tombe
          dans la rue et les tue tous les trois.
                         
          HOTEL STELLA - CAVE - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Albert boit tranquillement son verre au milieu du vacarme et du
          plâtre qui continue à tomber du plafond. Suzanne se précipite sur
          lui et le prend par le bras. Elle semble effrayée.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Albert, j'ai peur !
                         
          Il la regarde longuement avant de répondre :
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Bois !
                         
          Un autre bruit de bombe, et toute la vaisselle de service en métal
          de l'hôtel dégringole dans l'escalier de la cave, accompagnée des
          valises dans lesquelles elle était rangée.
                         
          La lampe d'éclairage de la cave se balance sur son fil, puis
          s'éteint.
                         
          Dans la pénombre, où l'on ne distingue plus que la lumière de la
          rue filtrant par la lucarne, on entend Albert crier : « Oh ! »,
          puis Suzanne se met à sangloter tout en toussant à cause de la
          poussière. On aperçoit la lueur d'une bougie qu'Albert vient
          d'allumer au fond de la cave. Les sanglots de Suzanne sont devenus
          presque hystériques.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ben, Suzanne, où que t'es, ma Suzanne ?... Ben,
           Suzanne !... Hein ?
                         
          Il se rapproche de l'endroit d'où proviennent les sanglots et la
          toux de Suzanne.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ah !...
                         
          Il vient de la repérer, assise près d'une étagère, et sanglotant
          toutes les larmes de son corps.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Écoute-moi bien, ma Suzanne...
                         
          Suzanne relève la tête et le regarde.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ce que je vais te dire, c'est sérieux, et puis... c'est
           même grave. Si on s'en sort, hein... si la maison tient
           debout, et puis, si, un jour, je peux rallumer l'enseigne
           qui est au-dessus de la porte... et bien, je te jure de ne
           plus toucher un verre... Jamais...
                         
          Les sanglots de Suzanne se sont arrêtés. Elle regarde son mari,
          semblant, malgré elle, assez impressionnée par ce discours et
          cette gravité inhabituels.
                         
          Albert se sert un grand verre de vin à la lumière de la bougie. Il
          pose la bouteille sur le tonneau, et lève son verre en direction
          de Suzanne.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Tiens, regarde. C'est peut-être le dernier.
                         
          Il porte le verre à ses lèvres et le boit lentement.
                         
          TIGREVILLE - RUE HÔTEL STELLA - EXTÉRIEUR NUIT
                         
          Même plan rapproché que précédemment : contre-plongée du premier
          étage de l'immeuble au coin de la rue près de l'hôtel, avec la
          plaque indiquant le nom de la rue, qui est toujours : « Rue du
          Maréchal Pétain ».
                         
          Fondu au noir.
                         
          Le même plan réapparait, mais, cette fois-ci, le nom de la rue est
          devenu : « Rue du Général de Gaulle » !
                         
          La caméra descend au niveau de la rue, qui est très calme
          maintenant. Toutes les devantures des magasins ont été réparées,
          les impacts de bombe sur la chaussée ont été bouchés. Par contre,
          il pleut ! Un homme s'éloigne, marchant à grandes enjambées sous
          la pluie.
                         
          Plan rapproché en contre-plongée de l'enseigne de l'hôtel. Elle
          est maintenant rédigée en lettres noires sur fond blanc, mais le
          même texte est toujours inscrit : « Hôtel Stella - Pension -
          Restaurant - Garage ». Et elle est éclairée par une grosse
          ampoule. Albert a donc pu rallumer son enseigne, comme il le
          souhaitait.
                         
          DEAUVILLE - PLACE DE LA GARE - EXTÉRIEUR NUIT
                         
          Plan d'ensemble de la place de la gare de Deauville, qui est
          déserte. Seul, une DS Citroën est garée sur le parking, avec
          l'enseigne « Taxi » fixée sur le toit.
                         
          Plan moyen de l'entrée de la gare. Un homme jeune, dans la
          trentaine, sort de la gare, portant une valise. Il s'agit de
          Gabriel Fouquet. Il est engoncé dans son imperméable. Il regarde
          la pluie qui tombe avec une grimace de mécontentement. Il relève
          son col et se dirige vers le parking.
                         
          Il s'approche du taxi garé au milieu du parking. Il n'y a personne
          dans la voiture. Il pose sa valise par terre, ouvre la porte du
          conducteur et actionne le klaxon à plusieurs reprises.
          Plan moyen du « Café de la Gare ». Par les vitres du café, on voit
          un homme s'éloigner du comptoir et ouvrir la porte d'entrée. Il
          referme la porte et court vers son taxi.
                         
           LE CHAUFFEUR DE TAXI
           Voilà ! Voilà !
                         
          Il s'approche de sa voiture.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Je vais à Tigreville.
                         
           LE CHAUFFEUR DE TAXI
           Montez !
                         
          Gabriel prend sa valise et ouvre la porte arrière. Le chauffeur
          ouvre sa portière avant.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           C'est loin ?
                         
           LE CHAUFFEUR DE TAXI
           Oh non... Six kilomètres.
                         
          Les deux hommes montent dans la voiture, qui démarre et sort du
          parking.
                         
          TAXI - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Gabriel s'est assis, non pas derrière le chauffeur, mais sur le
          siège voisin, de façon à pouvoir discuter plus facilement. Il
          regarde la route sombre et pluvieuse qui défile par les vitres du
          taxi, puis les premières maisons de Tigreville.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Vous croyez qu'on trouvera un hôtel ouvert dans le coin ?
                         
           LE CHAUFFEUR DE TAXI
           Oh... c'est pas la saison. Enfin, je vais vous montrer ce
           qui nous reste.
                         
          TIGREVILLE - EXTÉRIEUR NUIT
                         
          Le taxi passe devant le panneau qui indique l'entrée de
          Tigreville, et enfile la route qui monte vers le centre ville.
                         
          TAXI - INTÉRIEUR NUIT
                         
           LE CHAUFFEUR DE TAXI
           Ça, en temps normal, c'est les Roches Noires. C'est ce
           qu'il y a de mieux, hein.
                         
          Par les vitres du taxi, on aperçoit l'hôtel des Roches Noires,
          dont tous les volets sont fermés.
                         
           LE CHAUFFEUR DE TAXI
           Seulement, ils ferment le quinze septembre. J'ai pas de
           conseil à vous donner, mais vous auriez mieux fait de
           rester à Deauville. D'ailleurs, y a encore des hôtels bien.
                          GABRIEL FOUQUET
           A Cannes aussi, ou à Palma. Malheureusement, j'ai rien à y
           faire.
                         
           LE CHAUFFEUR DE TAXI
           Moi, je vous disais ça, hein...
                         
          TIGREVILLE - RUE HÔTEL STELLA - EXTÉRIEUR NUIT
                         
          Le taxi s'approche de l'hôtel Stella, et s'arrête devant.
                         
          Le chauffeur se glisse sur le siège passager et ouvre la portière.
          Gabriel baisse sa vitre.
                         
           LE CHAUFFEUR DE TAXI
           Y a ça, chez Quentin...
                         
          Plan en contre-plongée de l'enseigne de l'hôtel, qui n'est plus
          éclairée.
                         
          Retour sur le taxi.
                         
           LE CHAUFFEUR DE TAXI
           C'est ouvert, mais je vous préviens, vous allez pas vous
           marrer.
                         
          Gabriel inspecte la devanture de l'hôtel.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Je suis pas venu pour me marrer.
                         
           LE CHAUFFEUR DE TAXI
           Ah bon...
                         
          Le chauffeur sort de son taxi par la porte passager et la referme.
          Il lève la tête vers les fenêtres du premier étage, et appelle :
                         
           LE CHAUFFEUR DE TAXI
           Quentin !... Albert !... Albert !...
                         
          Plan, en contre-plongée, d'une fenêtre qui s'allume au premier
          étage, à côté de l'enseigne. La fenêtre s'ouvre, et Albert
          apparaît en pyjama rayé. L'acteur Jean Gabin a maintenant repris
          son aspect normal et ses cheveux blancs, et paraît donc son âge
          réel.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Qu'est-ce que c'est ?
                         
           LE CHAUFFEUR DE TAXI (voix off)
           Un client...
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Je descends.
                         
          Il rentre dans sa chambre.
                         
          Retour sur le taxi. Le chauffeur ouvre la porte de Gabriel, qui
          sort sa valise, que le chauffeur lui prend des mains. Puis Gabriel
          lui-même sort du taxi.
                          GABRIEL FOUQUET
           Je vous dois combien ?
                         
           LE CHAUFFEUR DE TAXI
           Quinze cents francs pour la course.
                         
          Gabriel sort des billets de sa poche.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Et cinq cents pour la conversation. Gardez tout.
                         
          Il met l'argent dans la main du chauffeur.
                         
           LE CHAUFFEUR DE TAXI
           Merci.
                         
          Ils se dirigent tous les deux vers la porte de l'hôtel.
                         
          HOTEL STELLA - VESTIBULE DE RÉCEPTION - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Albert, qui a enfilé un blouson par-dessus son pyjama, se dirige
          vers la porte d'entrée. A sa gauche, le comptoir de la réception.
          Il ouvre la porte.
                         
           LE CHAUFFEUR DE TAXI
           Bonsoir, Albert.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Bonsoir.
                         
          Le chauffeur donne sa valise à Gabriel, et retourne vers son taxi.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Vous avez une chambre ?
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Oh la ! J'en ai quatorze ! Entrez, monsieur.
          Gabriel entre dans l'hôtel. Albert referme la porte derrière lui.
          Gabriel regarde le comptoir de réception. On entend sonner un
          carillon. Albert fait le tour du comptoir. Sur le mur, derrière le
          comptoir, l'horloge marque 10h30, et, sur le mur de côté, le
          calendrier indique : « jeudi 28 octobre ». Albert décroche une
          clef sur le tableau sous l'horloge. Il prend une fiche sur le
          comptoir, et refait le tour du comptoir.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Tenez, si vous voulez me suivre.
                         
          Il s'éloigne du comptoir et Gabriel le suit.
                         
          Plan en plongée vu du haut de l'escalier. Albert commence à
          monter, suivi de Gabriel.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Vous savez, si vous êtes venu pour les bains de mer, j'aime
           mieux vous dire que la saison est terminée.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Qu'est-ce que ça veut dire, la saison ? Les paysans disent
           qu'il y en a plus, de saison. Vous en avez encore une,
           vous ?
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Boh !... Du premier au quinze août, dans les années
           exceptionnelles.
                         
          HOTEL STELLA - COULOIR PREMIER ÉTAGE - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Ils sont arrivés au premier étage. Albert s'avance dans le
          couloir.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Vous gardez la chambre plusieurs jours ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Je sais pas.
                         
          Albert s'arrête devant une porte et introduit la clef dans la
          serrure.
                         
          HOTEL STELLA - CHAMBRE GABRIEL - INTÉRIEUR NUIT
                         
          La porte s'ouvre et Albert entre le premier.
                         
          La chambre est assez conventionnellement celle d'un hôtel de
          province de l'époque. Papier à grosses fleurs sur les murs, cadre
          avec une photo de voilier, un lavabo avec une tablette de verre et
          un miroir au-dessus, un lit à structure métallique, une table de
          nuit avec une lampe de chevet, une commode, un fauteuil en bois
          avec un coussin dessus, une table recouverte d'une nappe à motif
          moderne avec un cendrier publicitaire posé dessus.
                         
          Gabriel suit Albert et jette un rapide regard circulaire autour de
          lui.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Voilà...
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Ça m'a l'air parfait.
                         
          Il pose sa valise au pied du lit.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Je vous laisse votre fiche, vous la remplirez demain. Vous
           avez besoin de quelque chose ?
                         
          Albert a posé la fiche sur la table. Gabriel commence à
          déboutonner son imperméable.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Euh... Qu'est-ce qu'on peut boire à cette heure-ci ?
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Oh ben...Vittel, Evian, Perrier...
                         
          Gabriel finit d'enlever son imperméable.
                          GABRIEL FOUQUET
           Oh... Tout compte fait, j'ai pas soif.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Et ben, comme vous voudrez. Voilà...
                         
          Albert se dirige vers la porte.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Bonne nuit, monsieur.
                         
          Albert sort et referme la porte derrière lui. Gabriel pose son
          imperméable sur le bout du lit, et regarde autour de lui. Il met
          les mains dans ses poches, et s'adosse sur le lit.
                         
          HOTEL STELLA - CHAMBRE ALBERT - INTÉRIEUR NUIT
                         
          La chambre d'Albert et Suzanne ne ressemble pas aux autres
          chambres de l'hôtel. Elle est moins impersonnelle, avec des
          meubles plus jolis et de nombreux vases et objet disposés dessus.
                         
          Albert entre et referme la porte derrière lui. On ne voit pas
          encore Suzanne, mais on devine qu'elle est toujours au lit, dont
          on aperçoit le pied à droite du champ.
                         
           SUZANNE QUENTIN (voix off venant du lit)
           Qui est-ce ?
                         
          Albert enlève son blouson, et s'avance dans la chambre, suivi par
          la caméra.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Un client.
                         
          On découvre Suzanne à moitié assise dans le lit. Elle a changé de
          coiffure et a maintenant les cheveux coupés courts, alors qu'elle
          les portait longs pendant la guerre.
                          SUZANNE QUENTIN
           Je m'en doute. Il t'a rien dit ?
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ben, qu'est-ce que tu voulais qu'il me dise ? Il m'a
           demandé une chambre, je lui ai donné le huit.
                         
          Il pose son blouson sur un fauteuil.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Avoue que c'est quand même une drôle d'heure pour arriver,
           surtout de ce temps-là.
                         
          Albert s'assoit sur le lit et enlève ses pantoufles.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Oh... les voyageurs, c'est fait pour voyager, et puis le
           temps n'a rien à voir là-dedans.
                         
          Il se glisse sous les draps. Suzanne en fait de même.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Allez...
                         
          Il ramasse un bonbon dans une coupelle sur la table de nuit et le
          met dans sa bouche. Il se gratte la tête, puis éteint sa lampe de
          chevet. Suzanne a les yeux grand ouvert, et soudain, elle tourne
          la tête et tend l'oreille. On entend une porte qui se ferme, puis
          des bruits de parquet qui grince. Suzanne se redresse dans son
          lit. Albert ne bouge pas, un bras replié au-dessus de sa tête.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Écoute !...
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Quoi ?
                         
          Plan rapproché sur la porte de la chambre. On entend quelqu'un qui
          passe derrière la porte dans le couloir.
                         
          Suzanne se tourne vers Albert.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Tu vas tout de même pas me dire que tu trouves ça naturel ?
                         
          Albert n'a toujours pas bougé.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Qu'est-ce qu'il y a de surnaturel à chercher les waters ?
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Albert !...
                         
          Elle sort précipitamment du lit, et ramasse sa robe de chambre.
          Albert allume posément sa lampe de chevet.
                         
          Suzanne arrive près de la porte en finissant d'enfiler sa robe de
          chambre. Elle entr'ouvre doucement la porte et regarde dans le
          couloir. Elle fait signe à Albert de venir près d'elle.
          Albert se lève lentement, sort du lit, enfile ses pantoufles et
          rejoint Suzanne près de la porte. Il ouvre la porte en grand et
          sort dans le couloir. Suzanne le suit.
                         
          HOTEL STELLA - COULOIR PREMIER ÉTAGE - INTÉRIEUR NUIT
                         
          La caméra suit Albert et Suzanne dans le couloir. Ils arrivent à
          l'escalier. En contrebas, dans le hall de réception, on voit
          Gabriel, qui descend les dernières marches. Il regarde autour de
          lui. Il ouvre à deux battants les portes d'un placard, mais rien,
          dans ce placard, ne semble l'intéresser et il le referme. Il
          trouve un interrupteur et allume la lumière de la salle à manger.
          Il pénètre dans la salle à manger que l'on voit à travers le mur
          vitré qui la sépare du hall de réception. Albert et Suzanne
          s'accoudent sur la rampe pour mieux l'observer. Gabriel s'approche
          d'un buffet, dont il ouvre les portes. Il regarde à l'intérieur et
          referme le buffet.
                         
          HOTEL STELLA - VESTIBULE DE RÉCEPTION - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Gabriel revient vers le hall de réception, et éteint la lumière
          avant de sortir. Une autre lumière s'allume au premier étage.
          Gabriel se retourne vers Albert et Suzanne, que l'on voit en
          contre-plongée en haut de l'escalier.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Vous cherchez quelque chose ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           La porte.
                         
          Albert montre quelque chose du doigt derrière Gabriel.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Droit devant vous.
                         
          Gabriel se retourne et se dirige vers la porte d'entrée.
                         
           ALBERT QUENTIN (voix off)
           Soyez aimable de la refermer, hein ?
                         
          Gabriel ouvre la porte, sort dans la rue, et referme la porte
          derrière lui.
                         
          Retour à la contre-plongée sur Albert et Suzanne, en haut de
          l'escalier. Albert pénètre dans le couloir, suivi de Suzanne.
                         
          HOTEL STELLA - CHAMBRE ALBERT - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Par la fenêtre de la chambre d'Albert, on voit, en plongée,
          Gabriel qui marche dans la rue, où, maintenant, il ne pleut plus.
          Il se dirige vers un café situé à quelques mètres de l'hôtel, dans
          une rue qui coupe la rue de l'hôtel à angle droit, le « Café
          Normand ».
                         
          TIGREVILLE - RUE HÔTEL STELLA - EXTÉRIEUR NUIT
                         
          Contre-champ et plan rapproché sur la fenêtre d'Albert, vue de la
          rue. Albert et Suzanne regardent dans la rue, écartant chacun un
          rideau pour mieux voir.
          HOTEL STELLA - CHAMBRE ALBERT - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Retour au plan en plongée, vu de la fenêtre de la chambre. Gabriel
          est maintenant arrivé au café et regarde à travers les rideaux qui
          décorent les vitres de l'établissement. Puis il se dirige vers la
          porte qu'il ouvre.
                         
          CAFÉ NORMAND - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Le « Café Normand » est un petit bistro provincial typique de
          l'époque. Comptoir en bois avec « zinc » vraiment en zinc. Vitres
          protégés par des rideaux blancs bien repassés. Cendriers
          publicitaires « Picon » ou « Martini »sur le comptoir. Derrière le
          comptoir, des étagères avec des bouteilles d'alcool, des verres,
          une machine expresso, le tout devant un grand miroir qui couvre
          tout le mur.
                         
          Gabriel entre dans le café et referme la porte derrière lui.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Messieurs !...
          Il s'assoit sur un tabouret en bois devant le comptoir. Il se
          retourne lentement, car il vient de s'apercevoir que le brouhaha
          ambiant s'est tu soudainement à son entrée.
                         
          Contrechamp montrant la salle du café. Au fond, la salle de
          billard, communiquant sans séparation avec le reste de la salle du
          café, mais à laquelle on accède par trois marches. Deux hommes
          sont en train de jouer au billard. A côté du billard, une vieille
          femme, Joséphine, seule à une table. Le long du mur qui prolonge
          la vitrine du café, des tables, derrière lesquelles sont assis des
          clients, visiblement des marins, ou d'anciens marins, vu leur
          costumes et leurs casquettes. De l'autre côté de la salle, une
          table où le patron, Lucien Esnault, est en train de manger en face
          de son épouse, une femme brune au chignon sévère. Simone, la
          serveuse, une petite jeune femme blonde d'allure sympathique,
          portant un grand tablier blanc, et tenant un torchon à la main,
          quitte la table des « marins » et se dirige vers le comptoir.
          Joséphine, Madame Esnault et Simone sont les trois seules femmes
          présentes dans le café. Les conversations reprennent.
                         
          Retour sur Gabriel tourné vers le comptoir, derrière lequel Simone
          vient d'arriver.
                         
                          SIMONE
           Pour monsieur, ce sera ?...
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Un Picon-bière.
                         
          Simone reste interdite : elle semble ne pas savoir ce qu'est
          exactement un Picon-bière. Elle pose un verre sur le comptoir
          devant Gabriel. Puis, de dessous le comptoir, elle sort une
          bouteille d'un litre de bière, fermée par un bouchon mécanique.
          Elle ouvre la bouteille, qui fait un « pop » caractéristique. Elle
          se retourne pour prendre une bouteille de Picon sur l'étagère
          derrière elle. Elle débouche la bouteille, puis prend les deux
          bouteilles, une dans chaque main, et se tourne vers la salle.
                          SIMONE
           M'sieur Esnault... pour un Picon-bière, c'est moitié-
           moitié ?
                         
          Contre champ. La caméra est placée derrière Simone, et montre
          Gabriel en premier plan, assis devant le comptoir, et derrière
          lui, en arrière plan, la salle du café.
                         
          Gabriel prend les bouteilles des mains de Simone.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Ça peut le devenir, mais pas maintenant.
                         
          Il pose la bouteille de bière sur le comptoir, et commence à
          verser le Picon dans son verre.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Je saute pas l'obstacle sans élan. Vous allez voir, j'ai ma
           recette.
                         
          Il pose la bouteille de Picon, prend la bouteille de bière et
          verse la bière dans son verre.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Pendant ce temps, faites-moi un numéro de téléphone.
                         
                          SIMONE
           Pour ici ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Non.
                         
                          SIMONE
           Pour Paris ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Non. Pour Madrid.
                         
          Il pose la bouteille de bière et sort, de la poche de sa veste, un
          papier qu'il tend à Simone.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Tenez, il est là-dessus.
                         
          Simone se dirige vers le téléphone, posé à l'extrémité du
          comptoir. Elle pose la main sur le téléphone, puis se tourne vers
          la salle.
                         
                          SIMONE
           M'sieur Esnault... Pour téléphoner à Madrid, comment on
           fait ?
                         
          Dans la salle, Lucien, toujours à table avec sa femme, et qui
          tourne le dos au comptoir, s'essuie la bouche et se lève de table.
          Il s'approche du comptoir, et actionne la manette d'appel du
          téléphone.
                         
          (NOTE - A cet époque, seules certaines grandes villes, comme
          Paris, avait un réseau téléphonique automatique. Pour la plupart
          des petites villes de province, il fallait passer par un standard,
          qui vous mettait en relation avec le correspondant demandé.)
                         
          Simone fait le tour du comptoir pour donner le papier de Gabriel à
          Lucien, qui le prend et décroche le combiné. Avant de parler, il
          se tourne vers la salle.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Un peu de silence, je téléphone en Espagne.
                         
          Les conversations s'arrêtent à la table des « marins », qui se
          tournent tous vers Lucien. Ce dernier, le combiné à la main,
          regarde le papier de Gabriel.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Mademoiselle Claire comment ?...
                         
          Il se tourne vers Gabriel.
                         
          Plan moyen de Gabriel, au comptoir, en train de boire son Picon-
          bière. Il baisse son verre.
                          GABRIEL FOUQUET
           Claire Prévost.
                         
          Il recommence à boire lentement.
                         
           LUCIEN ESNAULT (voix off)
           Pour le 14 à Tigreville, je voudrais le 39...
                         
          Retour sur Lucien qui lit le papier au téléphone.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           48 00... à Madrid.
                         
           VOIX DE L'OPÉRATRICE (voix off dans le téléphone)
           En Espagne ?...
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Ben oui, en Espagne. Un préavis pour mademoiselle Claire
           Prévost.
                         
           VOIX DE L'OPÉRATRICE (voix off dans le téléphone)
           Quelques minutes d'attente.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Hé ! Allo ! Avec I.D.
                         
           VOIX DE L'OPÉRATRICE (voix off dans le téléphone)
           D'accord.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Oui, merci.
                         
          Il raccroche. Il replie le papier et le rend à Gabriel.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Ils rappellent, y a quelques minutes d'attente.
                         
          Gabriel remet le papier dans sa poche.
                          GABRIEL FOUQUET
           En attendant, qu'est-ce que je vous offre ?
                         
          Lucien, qui se préparait à retourner vers la table, où sa femme
          continue à diner seule, s'accoude au comptoir.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Oh, un petit Calva.
                         
          Gabriel fait signe à Simone derrière le comptoir.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Un Calva pour monsieur.
                         
          Il reprend les deux bouteilles, une dans chaque main, et commence
          à verser le Picon, puis la bière, dans son verre.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Pour moi, même jeu, la même couleur !
                         
          Simone dépose un verre vide devant Lucien. Puis elle prend une
          bouteille de Calva sous le comptoir, la débouche et verse l'alcool
          dans le verre.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Dites donc, ils ont l'air de se coucher de bonne heure en
           face.
                         
          Lucien se redresse avec un large sourire.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Ahhh ! Parce que vous êtes descendu chez Quentin ! Ben vous
           avez pas fini de rigoler.
                         
          Simone rebouche la bouteille et la repose sous le comptoir.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Avec lui, si vous avez pas soif, vous serez tout de suite
           servi. Je sais même pas s'il sert encore du vin à table.
           Hum ! Sacré Albert !
                         
          Il se tourne vers la salle.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Ah, on peut dire qu'il a sauté la barrière, celui-là.
                         
          Il revient vers Gabriel.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Parce que, hein, pardon... Joyeux compagnon, mesdames ! Pas
           snob sur le biberon, c'est moi qui vous le dis. Allez,
           venez...
                         
          Il prend son verre et fait signe à Gabriel de le suivre en salle.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           On a bien rigolé, il y a quinze ans, tous les deux. Tandem
           terrible, connu sur la région.
          Il fait quelques pas, suivi de Gabriel, qui a aussi pris son
          verre, puis il s'arrête de marcher.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Parce que vous en fûtes ?
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Comme vous dites. Et pas manchot. Et puis un jour, crac,
           fini, plus un verre, l'abstinence, le gâtisme. C'est de ce
           jour-là qu'il a changé.
                         
          Il reprend sa marche.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           On dirait qu'il y a plus que le mauvais qui ressort.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Qu'est-ce que vous appelez le mauvais ?
                         
          Lucien s'assoit sur la banquette d'une table à côté des
          « marins ». Gabriel s'assoit en face de lui.
                          LUCIEN ESNAULT
           Côté renfermé, cette espèce de prétention, pas faire comme
           tout le monde... Un genre, quoi !
                         
          Un vieux « marin », en blouson de cuir, assis juste à côté de
          Lucien, qui a des cartes dans une main et une cigarette dans
          l'autre, se tourne vers Lucien.
                         
           LE « MARIN » EN BLOUSON DE CUIR
           Mais il l'a toujours eu, le genre. L'a-t-y pas été faire
           son service militaire en Chine ? Je vous demande un peu.
                         
          A côté de lui, sur la banquette, un homme portant un béret, une
          pipe au bec, se mêle à la conversation.
                         
           L'HOMME AU BÉRET
           C'est comme la prétention qu'il a toujours eu dans ses
           lectures. Vous croyez peut-être qu'il lit le journal comme
           tout le monde ? Ah ! Pensez-vous ! Des bouquins plein une
           malle. Tu te rappelles les soirs où il nous emmerdait
           avec... et comment qu'il l'appelait, celui-là ?... Un gros
           qu'avait un nom d'eau gazeuse... A... Ap...
           Appolinarès ?... Apolina...
                         
           LE « MARIN » AU BLOUSON DE CUIR
           Appolinaris !...
                         
           L'HOMME AU BÉRET
           Ah !...
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Ah, je dis pas qu'il a pas toujours été fou. Mais avant, il
           communiquait. C'est depuis qu'il a arrêté de boire qu'il a
           muté sournois. Il est plus rien. Allez donc voir ce qui se
           passe là-dedans.
                         
          Il se tapote le front. Un autre client, assis à la table voisine,
          s'assoit sur la banquette à côté de l'homme au béret.
           LE CLIENT DE LA TABLE VOISINE
           Et d'après Billoux, qu'a servi chez lui, paraît qu'il avait
           des sortes d'éblouissements... de malaises.
                         
          Lucien se lève.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Je ne dis pas non. Car il aurait comme un cancer ou une
           cirrhose du foie que je serais le premier à lui tirer mon
           chapeau, mais alors qu'il le dise, Bon Dieu, c'est tout ce
           qu'on lui demande.
                         
          Le téléphone sonne. Lucien contourne la table.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Tiens, ça doit être Madrid.
                         
          Il se dirige vers le comptoir.
                         
          Arrivé au comptoir, il décroche le téléphone. Derrière lui, on
          voit Gabriel, qui est resté sans bouger à sa place, et qui
          continue à boire.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Allo ! Allo !
                         
           VOIX DE L'OPÉRATRICE (voix off dans le téléphone)
           Le 14 à Tigreville ?
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Oui.
                         
           VOIX DE L'OPÉRATRICE (voix off dans le téléphone)
           Madrid.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Ne quittez pas.
                         
          Il se tourne vers Gabriel.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           C'est Madrid.
                         
          Il pose le combiné sur le comptoir. Gabriel, son verre à la main,
          se lève lentement et se dirige vers le comptoir. Lucien retourne
          s'assoir sur la banquette. Gabriel arrive au comptoir sur lequel
          il pose son verre. Il prend le combiné et le porte à son oreille.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Allo ! La résidence Mora ?...
                         
          Derrière lui, Lucien et les « marins » sont tous tournés vers lui,
          et ne perdent pas une miette de la conversation.
                         
           VOIX ESPAGNOLE (voix off dans le téléphone)
           Si señor. Digame ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Mademoiselle Claire Prévost.
           VOIX ESPAGNOLE (voix off dans le téléphone)
           Un secondo. Le pongo.
                         
          Un long silence.
                         
           CLAIRE (voix off dans le téléphone)
           Allo ?... Allo ?... Mais enfin, qui appelle ?... Allo ?...
           Mais répondez ! Qui est à l'appareil ?
                         
          Gabriel raccroche lentement sans répondre. Puis il reprend son
          verre sur le comptoir, se dirige vers les deux bouteilles, remplit
          son verre, d'abord de Picon, puis de bière, repose les bouteilles,
          porte le verre à ses lèvres, et le boit lentement.
                         
          TIGREVILLE - RUE HÔTEL STELLA - EXTÉRIEUR NUIT
                         
          Même plan rapproché sur la fenêtre de la chambre d'Albert que
          celui vu juste avant que Gabriel entre dans le café.
                         
          Albert est maintenant seul à scruter la rue derrière les rideaux.
          Il laisse retomber le rideau et s'éloigne de la fenêtre.
          HOTEL STELLA - CHAMBRE ALBERT - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Albert s'éloigne de la fenêtre dont il vient de laisser retomber
          le rideau. Il se rapproche du miroir au-dessus de la cheminée,
          miroir dans lequel on voit le lit, dans lequel Suzanne est
          couchée. Il ouvre une boîte à bonbons posée sur la cheminée.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Qu'est-ce qu'il peut bien faire là-bas ?
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Chercher ce qu'on ne trouve plus chez nous.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Tu regrettes ?
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Pourquoi veux-tu que je regrettes ? J'ai mes bonbons, moi.
                         
          Il met un bonbon dans sa bouche. Il se rapproche lentement d'un
          cadre accroché au mur à droite de la cheminée. Ce cadre montre une
          photo d'Albert en uniforme colonial, posant devant un fleuve sur
          lequel navigue une jonque. A droite de ce cadre, un autre cadre
          montre une autre photo d'Albert devant le bastingage d'un bateau.
          Derrière lui, sur le fleuve, navigue aussi une jonque. Albert
          regarde longuement les photos, en croquant son bonbon.
                         
          A moitié assise dans son lit, Suzanne l'observe.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Albert...
                         
          Albert regarde toujours les photos au mur.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Hmmm !...
          Il se retourne.
                         
          Suzanne le regarde avec un pointe d'inquiétude dans les yeux.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Allez, viens te coucher, va.
                         
          Mâchouillant toujours son bonbon, Albert s'éloigne des photos. La
          caméra reste un temps en plan fixe sur les photos, puis la lumière
          s'éteint dans la pièce.
                         
          CAFÉ NORMAND - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Simone s'éloigne du comptoir avec un plateau chargé de verres de
          vin. On entend beaucoup de brouhaha dans la salle. Simone passe
          devant Madame Esnault, assise seule à la même table que
          précédemment. La nappe a été enlevée, et une tasse de café est
          posée devant la patronne. Il n'y a plus de joueurs autour du
          billard, mais Joséphine est toujours assise seule à sa table à
          côté du billard, donc légèrement surélevée par rapport à la salle.
          Simone s'approche de la table des marins, qui sont tous pliés en
          deux de rire. Seul Gabriel, en premier plan, ne semble pas
          partager l'hilarité générale. Il verse le fond de la bouteille de
          Picon dans son verre. En face de lui, Lucien rigole avec ses
          clients. Simone pose son plateau en bout de table.
                         
                          JOSÉPHINE
           Moi, Hitler, tout ce que j'avais à lui reprocher, c'est ses
           moustaches.
                         
          Au son de sa voix, il est évident que Joséphine a un peu trop bu.
          Les rires, qui s'étaient interrompus pour la laisser parler,
          reprennent de plus belle. Simone pose chaque verre devant son
          destinataire. Au premier plan, Gabriel se lève lourdement, la
          bouteille à la main. Il lève la bouteille en l'air.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Une autre bouteille !
                         
          Simone s'approche de Gabriel, mais personne d'autre ne semble
          s'intéresser à lui.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Joséphine, raconte un peu à monsieur ce que tu faisais sous
           l'occupation.
                         
          Simone prend la bouteille de la main de Gabriel et s'éloigne vers
          le bar. Gabriel reste debout.
                         
          Plan moyen de Joséphine, le verre à la main.
                         
                          JOSÉPHINE
           J'écrivais à la Kommandantur, et je dénonçais tous les
           malfaisants.
                         
          Éclats de rire en voix off.
                         
                          JOSÉPHINE
           Tiens, toi, je t'ai dénoncé plus de dix fois pour marché
           noir. Mais ils ont jamais voulu me croire.
          Contrechamp avec la caméra placé dans le dos de Joséphine, et
          montrant la table des « marins » en contrebas. Gabriel est
          toujours debout. Le client, qui était auparavant installé à la
          table voisine, se tourne vers Gabiel.
                         
           LE CLIENT DE LA TABLE VOISINE
           Quand on vous disait que c'était un phénomène !
                         
          Simone apporte une nouvelle bouteille de Picon à Gabriel, qui se
          rassoit. Le « marin » au blouson de cuir lève son verre vers
          Gabriel.
                         
           LE « MARIN » AU BLOUSON DE CUIR
           Et bien, m'sieur, à votre santé !
                         
          Plan moyen sur Gabriel qui verse de la bière dans son verre. On
          entend des clients qui lui parlent en voix off, mais il est
          difficile de savoir qui parle exactement.
                         
           UN CLIENT (voix off)
           Voilà une tournée qui vous portera bonheur !
           UN AUTRE CLIENT (voix off)
           La première fois que vous venez à Tigreville, ben ce sera
           pas la dernière ! On a vingt milles parisiens tous les
           étés, ben y en avait même depuis avant la guerre.
                         
          Gabriel boit son verre par gorgées, le regard un peu vague.
                         
           UN AUTRE CLIENT (voix off)
           Ah oui, c'est vrai.
                         
          Le début de la réplique d'un autre client est rendue
          incompréhensible par le brouhaha ambiant.
                         
           UN AUTRE CLIENT (voix off)
           Question iode, on craint personne, même pas Berck.
                         
          Plan sur la table des « marins ». Le vieux « marin » au blouson de
          cuir pointe son doigt vers Gabriel.
                         
           LE « MARIN » AU BLOUSON DE CUIR
           Dans un journal, on nous appelle la Californie Normande.
                         
          Tous les autres « marins » approuvent. Le marin au blouson de cuir
          lève son verre.
                         
           LE « MARIN » AU BLOUSON DE CUIR
           Messieurs !... A Tigreville !...
                         
          Tous lèvent leurs verres, y compris Lucien, en disant : « A
          Tigreville !» Gabriel se lève, le verre à la main, et dit, d'une
          voix un peu pâteuse :
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Messieurs... Votre accueil me bouleverse, mais ne saurait
           égarer mon jugement. J'ai tout de même pas mal voyagé, ce
           qui me permet de vous dire, en connaissance de cause, que
           votre patelin est tarte comme il est pas permis et qu'il y
           fait un temps de merde !
                         
          Il se penche sur la table pour parler plus près des visages des
          « marins », qui éberlués par l'impertinence de Gabriel, reposent
          lentement leurs verres sur la table.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Je suppose que monsieur plaisante...
                         
          Gabriel se tourne vers lui.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Absolument pas.
                         
          Le marin au blouson de cuir se lève pour faire face à Gabriel
                         
           LE « MARIN » AU BLOUSON DE CUIR
           Vous savez combien y a eu de jours de soleil en
           Juillet ?... Dix-sept !
                         
          Gabriel rapproche son visage du sien.
                          GABRIEL FOUQUET
           Soleil de mes fesses ! Vous savez pas ce que c'est que le
           soleil ! Vous l'avez jamais vu, vous !
                         
          D'une bourrade, il repousse le marin, qui retombe sur ses amis sur
          la banquette. Puis il monte sur « l'estrade » du billard. Arrivé
          en haut des trois marches, il commence à danser le flamenco en
          tapant du pied par terre, à la manière des danseurs espagnols.
          Tous les clients du café le regarde, un peu subjugués par cette
          démonstration inhabituelle d'ivresse.
                         
          Plusieurs gros plans sur les pieds de Gabriel en train de danser.
                         
          (NOTE - Lors des gros plans de pieds, ce n'est pas l'acteur Jean-
          Paul Belmondo qui danse, mais il est doublé par un véritable
          danseur de flamenco. C'est aussi la raison pour laquelle, sur la
          plupart des autres plans, on ne voit que le haut du corps de
          Gabriel, à partir de la taille.)
                         
          Gabriel saute de l'estrade sur la table de la patronne, qui ôte
          prestement sa tasse de café, se lève et s'éloigne de la table.
          Gabriel continue à danser sur la table.
                         
          A la fin de la démonstration de Flamenco, Gabriel saute à terre.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           C'est ça, le soleil !
                         
          Il s'avance, en titubant un peu, vers la table. D'un geste rapide
          du bras, il balaie tous les verres posés sur la table.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Ahhhh !... Mais je veux pas voir de verres vides.
                         
          Lucien se lève, et alpague Gabriel, aidé par l'un des « marins ».
          Gabriel repousse Lucien. Tous les clients du bar se sont levés, et
          se sont regroupés autour de Gabriel. Derrière lui, un homme le
          pousse. Gabriel se retourne, près à se battre. Puis il se retourne
          de nouveau vers Lucien, que sa femme retient par le bras. Il prend
          une liasse de billets dans sa poche et les lance en l'air.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Quieto !
                         
                          UN MARIN
           Il est peut-être armé !...
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Le monsieur paie !... Les gens de ma suite vont venir... ce
           sont des gitans... traitez-les comme moi-même.
                         
          Lucien l'attrape par le col de sa veste.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           A coups de pompe dans le train que je vais vous traiter !
                         
          Gabriel le repousse avec force, repoussant aussi, en même temps,
          tous les clients groupés derrière lui.
                         
          Il se plante devant la porte d'entrée.
                          GABRIEL FOUQUET
           Arrière, les esquimaux ! Je rentre seul... le matador
           rentre toujours seul. Plus il est grand, plus il est seul.
           Je vous laisse à vos banquises, à vos igloos, à vos
           pingouins. ¡
                         
          Il se tourne vers madame Esnault.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Por favor Señora ! À quelle heure le train pour Madrid ?
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Dans cinq minutes ! Si tu te dépêches pas, tu le loupes !
                         
          Gabriel le regarde posément, se retourne lentement et ouvre la
          porte. Lucien le pousse violemment dehors.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Allez, ouste, avant que je me fâche !
                         
          TIGREVILLE - RUE HÔTEL STELLA - EXTÉRIEUR NUIT
                         
          Poussé par Lucien, Gabriel sort du café en titubant. Il manque
          s'étaler par terre, mais se redresse. La porte du café s'est
          refermée. Gabriel se dirige vers l'hôtel en zigzaguant. Il manque
          de nouveau s'étaler par terre, mais s'appuie sur le mur en face de
          l'hôtel. Il attends un instant, puis reprend sa progression
          hésitante vers l'hôtel. Finalement, il s'étale à plat ventre par
          terre.
                         
          CAFÉ NORMAND - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Dans le café, tous les clients sont toujours debout. Lucien
          observe Gabriel en écartant le rideau de la vitrine. Il se tourne
          vers le client au béret.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Va l'aider à traverser la rue, il y arrivera jamais tout
           seul.
                         
          L'homme au béret ouvre la porte et sort en refermant la porte
          derrière lui.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Le Picon-bière, ça pardonne pas. C'est de ça que mon pauvre
           papa est mort ! Y a rien de plus traître !
                         
          Il reprend son observation derrière le rideau de la vitrine.
                         
          TIGREVILLE - RUE HÔTEL STELLA - EXTÉRIEUR NUIT
                         
          L'homme au béret trotte vers Gabriel, toujours couché par terre au
          milieu de la rue. Il l'aide à se relever.
                         
           L'HOMME AU BÉRET
           Allons !...
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           J'ai buté contre un piège à phoques !
           L'HOMME AU BÉRET
           Ah oui, mais c'est rien que ça ! Allez !...
                         
          Gabriel passe le bras autour des épaules de l'homme, qui l'aide à
          marcher vers l'hôtel.
                         
           L'HOMME AU BÉRET
           Appuie-toi sur mon épaule.
                         
          Gabriel le regarde en souriant et le pointe du doigt.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           T'as une bonne tête, toi !
                         
          Il lève les yeux vers l'hôtel.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           C'est la gare ?
                         
           L'HOMME AU BÉRET
           Oui.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Tu veux un billet de quai ?
                         
           L'HOMME AU BÉRET
           Non, c'est pas la peine.
                         
          Gabriel se dégage de son étreinte, et se dirige vers la porte de
          l'hôtel.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Allez, Ciao !
                         
          L'homme au béret agite la main.
                         
           L'HOMME AU BÉRET
           Bon voyage !
                         
          On entend, en bruit off, la porte de l'hôtel qui se referme
          lourdement.
                         
          HOTEL STELLA - CHAMBRE ALBERT - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Suzanne et Albert dorment dans leur lit. On entend des bruits de
          pas mal assurés. Suzanne se redresse brusquement sur le lit.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           C'est lui, c'est lui qui rentre.
                         
          Albert ne bouge pas.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Hmm !...
                         
          Les bruits de pas hésitants continuent. Puis un bruit de chute
          prolongée, comme quelqu'un qui dévale un escalier. Suzanne se
          tourne vers Albert.
                          SUZANNE QUENTIN
           Tu vois ce que je te disais.
                         
          Albert bouge lentement dans le lit.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Oh, merde !
                         
          Il s'extirpe lentement de sous ses draps, s'assoit sur le rebord
          du lit, allume sa lampe de chevet, puis se lève. Suzanne le
          regarde traverser la chambre. On entend le bruit de la porte qui
          s'ouvre, puis qui se ferme en claquant.
                         
          HOTEL STELLA - COULOIR PREMIER ÉTAGE - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Plan en contre-plongée d'Albert, en pyjama, arrivant sur le palier
          de l'étage. Il regarde dans la pénombre en contrebas, puis il
          allume la lumière pour mieux voir.
                         
          Plan en plongée de Gabriel étalé sur le dos au pied de l'escalier.
          Il se redresse légèrement et ricane bêtement.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Salut, papa !
                         
          Par signe, il explique sa chute, tout en continuant à ricaner.
          Albert descend l'escalier.
                         
          HOTEL STELLA - VESTIBULE DE RÉCEPTION - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Gabriel s'accroche des deux mains à la rampe pour essayer de se
          relever, mais n'y arrive pas. Albert arrive à sa hauteur.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Et ben, qu'est-ce qui vous arrive ?
                         
          Il l'aide à se relever.
                          GABRIEL FOUQUET
           J'ai voulu descendre du train en marche.
                         
          Il est enfin debout.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Oh, ben oui, ça doit être ça !... Allez, tenez-vous bien.
                         
          Il le soutient pour l'aider à monter l'escalier. Gabriel fait
          trois pas, puis rate une marche.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Attention !... Allez...
                         
          HOTEL STELLA - COULOIR PREMIER ÉTAGE - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Plan en légère plongée, montrant Albert et Gabriel gravissant les
          dernières marches de l'escalier.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Ah, mon vieux papa !... Heureusement que je t'ai, hein ?
          Il viennent d'atteindre le palier.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Ça t'ennuie pas que je t'appelle papa ?
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ben non, ça m'ennuie pas.
                         
          Il le guide le long du couloir.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           On va aller boire un petit verre, tous les deux, sans rien
           dire à personne.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Merci, mais moi, je ne bois pas.
                         
          Ils viennent de dépasser la chambre d'Albert. La porte s'ouvre et
          Suzanne apparaît, en chemise de nuit. Gabriel se retourne.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Oh ben, la señora, là, elle a peut-être envie d'aller
           porter un toast à...
                         
          Albert le tient à bout de bras plaqué contre le mur.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           La señora, elle a surtout envie de roupiller. Allez...
                         
          Il le laisse appuyé contre le mur, pendant qu'il ouvre la porte de
          sa chambre. Gabriel fait un petit signe de la main et un sourire
          niais à Suzanne, qui rentre précipitamment dans sa chambre.
                         
          HOTEL STELLA - CHAMBRE GABRIEL - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Albert allume la lumière dans la chambre, puis traverse le
          couloir, pour récupérer Gabriel, toujours appuyé contre le mur.
                          ALBERT QUENTIN
           Allez...
                         
          Soutenu par Albert, Gabriel entre dans sa chambre.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Viens, je t'emmène au Prado... Tu connais le Prado ?...
                         
          Albert le guide vers son lit.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Un jardin avec un musée dessus. Oh, ben, c'est pas des
           trucs à me faire relever la nuit, ça.
                         
          Il appuie Gabriel contre la rambarde au pied du lit, puis se
          dirige vers la tête du lit, pour rabattre le couvre-lit.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Claire et moi, on y allait tout le temps. On prenait deux
           Prado, et on avait des rêves pour cent ans.
                         
          Il se tourne vers Albert, qui finit de rabattre le couvre-lit.
                          GABRIEL FOUQUET
           Et Claire... Tu vas me dire que tu la connais aussi, peut-
           être ?...
                         
          Albert le prend par le torse et le guide vers le lit.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           C'est votre amie ?
                         
          Gabriel hoche la tête.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Ouais, c'est mon amie... une amie qui s'est tirée !...
           C'est pas gentil, ça !
                         
          Albert vient de réussir à l'assoir sur le lit.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Allez !...
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Pas beau ! Alors, tu vois, tu pas refuser de boire avec un
           type qu'a plus d'amie.
                         
          Albert le couche sur le lit.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Mais je vous ai déjà dit que je ne buvais pas. Allez...
           Là...
                         
          Il se relève et se dirige vers la porte.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Maintenant, je vais éteindre, et vous allez dormir, hein ?
                         
          Gabriel se redresse brusquement sur son lit.
                          GABRIEL FOUQUET
           Non !
                         
          Il tend la main vers Albert.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           J'ai une meilleure idée. Je vais faire monter deux Xérès.
                         
          Il se recouche et appuie sur la sonnette du service en chambre.
                         
          HOTEL STELLA - VESTIBULE DE RÉCEPTION - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Plan moyen du mur, près de l'entrée du restaurant, mur sur lequel
          est fixé un gros tableau de contrôle avec une voyant lumineux pour
          chaque chambre. Une sonnette résonne et le voyant correspondant à
          la chambre n° 8 s'allume.
                         
          HOTEL STELLA - COULOIR PREMIER ÉTAGE - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Plan en plongée du palier du premier étage, vu du plafond au-
          dessus de l'escalier. Une porte s'ouvre et une jeune femme en
          chemise de nuit vient s'accouder à la rambarde. Il s'agit de
          Marie-Jo, l'employée résidente de l'hôtel.
                         
                          MARIE-JO
           Ben, qu'est-ce qu'y a ? Qu'est-ce qui se passe ?
                         
          Elle lève les yeux vers le plafond.
                         
          Plan moyen du couloir. Albert sort de la chambre de Gabriel et
          fait un pas hors de la chambre.
                         
           MARIE-JO (voix off)
           Qui est-ce qui a sonné ?
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Personne... Retournez vous coucher, Marie-Jo.
                         
          HOTEL STELLA - CHAMBRE GABRIEL - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Albert rentre dans la chambre et referme la porte. Gabriel le
          rejoint près de la porte.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Je vais inviter la patronne à prendre un verre.
                         
          Albert le repousse vers l'intérieur de la chambre.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Elle dort, la patronne. Tout le monde dort. Allez...
                         
          Il le prend par le bras et le guide vers son lit.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Les manières se perdent. On s'est jamais couché si tôt à
           Madrid.
                         
          Arrivé devant l'armoire à glace, il se retourne vers Albert.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           J'espère qu'elle me fera tout de même la grâce d'assister à
           mes débuts aux Arènes Monumentales.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Je lui ferai part de votre aimable invitation.
                         
          Gabriel se tourne vers la glace et regarde son reflet.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Y aura du monde... Luis Miguel attire toujours la foule...
           Y a longtemps que je rêve de triompher à Madrid... Le
           public sera exigeant... surtout derrière Miguelito.
                         
          Il se tourne vers Albert, qui le regarde avec une tendresse mêlée
          de nostalgie.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Je vais être obligé de prendre des risques.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Et bien, j'espère que tout se passera bien.
          Gabriel marche vers le milieu de la chambre. Il parle avec de
          grands gestes et une voix passionnée.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Je mettrai mon costume blanc... celui de mes débuts. Vous
           vous souvenez de cette Novillada de Tolède ? Ce vent froid,
           ce public affreux... et ce taureau qui voulait pas mourir.
           Mais depuis, j'en ai estoqué plus de cent... Je suis le
           plus grand matador français... Gabriel Fouquet, plus grand
           que Pierre Schul... Yo soy unico !
                         
          D'un geste vif, il ramasse la nappe sur la table, et commence à
          tournoyer dans la chambre, se servant de la nappe comme de la cape
          d'un matador, faisant des passes à un taureau imaginaire. Il
          prononce les paroles rituelles des matador en espagnol. Albert
          s'assoit sur une chaise pour le regarder. A la fin de sa courte
          prestation, Gabriel se tourne vers Albert, gardant la nappe à la
          main dans la position figée de la cape du matador.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Ça vous intéresse, papa ?
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Peut-être...
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Qu'est-ce qui vous intéresse ?... Le matador, le taureau,
           où l'Espagne.
                         
          Plan rapproché sur la nappe, qui tourne, découvrant Albert en plan
          moyen.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Le voyage... votre façon de voyager.
                         
          Gabriel pose la nappe et s'assoit sur le lit.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Ah ! Ça, c'est un secret.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Oh, la-la ! Le véhicule, je le connais, je l'ai déjà pris.
           Et c'était pas un train de banlieue, vous pouvez me croire.
           Monsieur Fouquet, moi aussi, il m'est arrivé de boire. Et
           ça m'envoyait un peu plus loin que l'Espagne. Le Yang-Tsé-
           Kiang, vous avez déjà entendu parler du Yang-Tsé-Kiang ? Ça
           tient de la place dans une chambre, moi, je vous le dis.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Sûr... Et alors ?... Deux Xérès ?...
                         
          Albert hoche négativement la tête.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Je ne bois plus. Je croque des bonbons.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Et ça vous mène loin ?
                         
                          ALBERT QUENTIN
           En Chine, toujours... mais plus la même. Maintenant, c'est
           une espèce de Chine d'antiquaire. Quant à descendre le
           Yang-Tsé-Kiang en une nuit, c'est hors de question.
           Pfft !... Un petit bout par-ci, un petit bout par-là... Et
           encore, pas tous les soirs.
                         
          Il sourit.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Les sucreries font bouchon.
                         
          Il se lève.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Allez... Bonsoir.
                         
          Il fait deux pas vers la porte.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Papa !
                         
          Albert se retourne vers le lit, sur lequel Gabriel est toujours
          assis.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Oui ?...
                         
          Gabriel écarte les bras.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Je crois que j'ai raté mon train pour Madrid !
                         
          Il retombe à plat ventre sur le lit. Albert le regarde.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Monsieur Fouquet, quand on a les rêves que vous avez dans
           la tête, on ne se tourmente pas pour un train raté.
          Il se rapproche du lit, et prend la rambarde du pied de lit à deux
          mains.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Savez-vous à qui vous me faites penser ? A un de ces singes
           égarés, comme on en rencontre en Orient au moment des
           premiers froids...
                         
          Il regarde Gabriel avec plus d'attention et s'aperçoit qu'il s'est
          endormi. Il se retourne et se dirige lentement vers la porte. Il
          éteint la lumière, ouvre la porte, sort de la chambre et referme
          la porte derrière lui.
                         
          HOTEL STELLA - CHAMBRE ALBERT - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Albert entre dans la chambre et referme la porte derrière lui.
          Suzanne est assise dans le lit.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Alors, qu'est-ce qui lui est arrivé ?
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Oh, rien, il a bu un coup de trop, c'est tout.
                         
          Il s'assoit sur le bord du lit pour enlever ses pantoufles.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Vous avez parlé de quoi ?
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Offf !... De singes... De singes et de singerie...
                         
          Il se glisse sous les draps. Suzanne en fait autant.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Allez...
                         
          Il éteint sa lampe de chevet. Suzanne garde les yeux grand
          ouverts. Elle semble songeuse.
                         
          Fondu au noir.
                         
          TIGREVILLE - LE PORT - EXTÉRIEUR JOUR
                         
          Plan moyen de la voiture d'Albert, une DS break. Albert vient de
          se garer à côté d'un « cube » Citroën, et sort du véhicule. Il
          porte une épaisse parka à col de fourrure, style « canadienne ».
          Il marche le long du bassin du port et passe devant des bateaux de
          pêches amarrés à quai.
                         
          Plan d'ensemble de la partie du port, où les pêcheurs débarquent
          leur poisson. Albert enjambe une amarre, et continue son chemin,
          passant devant un pêcheur vendant son poisson à la criée.
                         
          Plan moyen sur des cageots de poissons. Deux femmes sont en train
          de les trier, les répartissant dans les cageots.
                         
                          LE MARIN
           Hé !... T'as vu mes dorades ?...
          Albert serre distraitement la main du marin et continue à circuler
          entre les étals de poissons. Chaque marin-pêcheur a disposé sa
          pêche sur une planche posée sur deux tréteaux, tout le long du
          quai. Albert s'approche d'un autre étal et serre la main du marin.
          Apparemment, concentré sur les cageots de poisson, il n'a pas vu
          Lucien, debout, les mains dans les poches, à l'extrémité de l'étal
                         
                          LE MARIN
           Salut.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Combien, ces rougets ?...
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Ils sont bien, mais ils sont retenus. Toi aussi, je te
           retiens. Je te remercie pour la soirée d'hier.
                         
          Le marin suit la conversation en regardant alternativement Lucien
          et Albert.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Quelle soirée ?
                          LUCIEN ESNAULT
           Oh, fais pas celui qui comprend pas. Ton client, là, ton
           Espagnol. Douze verres cassés, ça te dit rien ?
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Dis donc, toi. Primo, ça fait quinze ans que je t'interdis
           de me parler. Deuxio, si tu voulais pas qu'il boive,
           t'avais qu'à pas le servir.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Alors, là, monsieur Quentin, je te rétorque que primo, je
           l'ai viré. Deuxio, des ivrognes, il y en a assez dans le
           pays, sans que tu les fasses venir de Paris !
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Un ivrogne ?
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Oh ben un peu, oui ! Même que le père Bardasse, qui boit
           quinze Pastis par jour, il en revenait pas.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ahh ! Parce que tu mélanges tout ça, toi, mon Espagnol,
           comme tu dis, et le père Bardasse, les Grands-Ducs et les
           boit-sans-soif !
                         
          Il se rapproche de Lucien.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Les Grands-Ducs ?
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Oui, monsieur, les princes de la cuite, les seigneurs, ceux
           avec qui tu buvais le coup dans le temps et qui ont
           toujours fait verre à part. Dis-toi bien que tes clients et
           toi, ils vous laissent à vos putasseries, les seigneurs.
           Ils sont à cent milles verres de vous. Eux, ils tutoient
           les anges !
                         
          Il s'éloigne de Lucien.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Excuse-moi, mais, nous autres, on est encore capable de
           tenir le litre sans se prendre pour Dieu le Père.
                         
          Albert se retourne.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Mais... c'est bien ce que je vous reproche. Vous avez le
           vin petit et la cuite mesquine. Dans le fond, vous méritez
           pas de boire. Tu te demandes pourquoi il picole,
           l'Espagnol ? C'est pour essayer d'oublier les pignoufs
           comme vous !
                         
          Il se tourne vers le marin, toujours debout et stoïque derrière
          son étal.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Combien qu'il fait, ton lot de rougets, là ?
          Plan rapproché sur trois cageots plein de rougets, posés sur de la
          glace pilée sur l'étal du marin.
                         
           LE MARIN (voix off)
           Trois cents francs le kilo.
                         
          Plan d'ensemble sur l'étal du marin (vu de dos) avec le port
          derrière Albert.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Je te préviens : j'en ai retenu la moitié.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Et bien, moi, je prends le tout. Allez, emballe-le moi, je
           vais venir le prendre.
                         
          Il s'éloigne lentement.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Décidément, on peut plus causer de rien, avec toi, tiens.
                         
          Albert, avant de quitter l'étal, se retourne une dernière fois
          vers Lucien.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           T'es trop con !
                         
          Albert s'éloigne lentement, les mains dans les poches. Lucien
          s'éloigne aussi, dans la même direction qu'Albert, mais à
          distance.
                         
          HOTEL STELLA - CUISINE - INTÉRIEUR JOUR
                         
          Plan rapproché sur le tableau d'appel des chambres. Le voyant n° 8
          s'allume et sonne. En-dessous du tableau, un plan de travail, sur
          lequel un plateau de petit-déjeuner est posé. Marie-Jo apporte une
          grosse cafetière en métal, qu'elle pose sur le plateau. Elle prend
          le plateau et sort de la cuisine vers la salle à manger.
                         
          La caméra reste dans la cuisine et suit Marie-Jo qui traverse la
          salle à manger vers le vestibule. Assise à une table, Suzanne est
          occupée à gérer la paperasserie de l'hôtel. Elle tourne légèrement
          la tête vers Marie-Jo.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Ah, tout de même !
                         
          Marie-Jo ne s'arrête pas et continue son chemin vers la porte
          ouverte du vestibule de réception. A travers les vitres de la
          salle à manger, on la voit monter l'escalier.
                         
          HOTEL STELLA - CHAMBRE GABRIEL - INTÉRIEUR JOUR
                         
          La porte s'ouvre et Marie-Jo entre, tenant son plateau à deux
          mains. Elle se dirige vers le lit, sur lequel Gabriel est affalé,
          tout habillé. Il a même encore ses chaussures ! Il a juste rabattu
          le couvre lit en partie sur lui, et surtout sur sa tête. Marie-Jo
          s'arrête devant le lit.
                          MARIE-JO
           Monsieur ?
                         
          Gabriel se retourne lentement, découvrant son visage, encore
          bouffi de sommeil... Il regarde le plateau d'un air un peu
          dégoûté.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Ohhh non ! Pas ça ! Montez-moi un Vichy.
                         
          Marie-Jo se retourne et se dirige vers la porte.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Hé !...
                         
          Marie-Jo s'arrête et se retourne. Gabriel s'assoit sur le lit, les
          jambes pendantes par-dessus la rambarde au pied du lit.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Qu'est-ce qu'on raconte dans la maison ?
                         
                          MARIE-JO
           A propos de quoi ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Hier soir.
                         
                          MARIE-JO
           Oh, Monsieur Quentin, y parle jamais de ces choses-là,
           hein. Pour lui, hier, c'est hier.
                         
          Gabriel regarde Marie-Jo, les bras croisés.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Et aujourd'hui, c'est aujourd'hui. Votre patron personnifie
           le bon sens. Bon, je descends.
                         
          Il descend lentement du lit. Marie-Jo sort de la chambre et
          referme la porte derrière elle.
                         
          HOTEL STELLA - VESTIBULE DE RÉCEPTION - INTÉRIEUR JOUR
                         
          La porte d'entrée est ouverte, et on aperçoit la voiture d'Albert,
          garée devant l'hôtel. Albert entre portant un cageot de rougets.
          Il longe l'escalier, et entre par l'autre porte de la salle à
          manger, située derrière l'escalier. Dans la pièce, on aperçoit
          Suzanne, les mains sur les hanches, qui regarde les quatre cageots
          de rougets déjà empilés par terre ! Derrière Suzanne, les portes
          des chambres froides.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Mais t'es complètement fou. Qu'est-ce qu'on va faire de
           tout ça ?
                         
          Albert pose le dernier cageot sur la table. Sur la droite du
          champ, on aperçoit Gabriel qui descend l'escalier.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           J'en sais rien, mais je veux pas me laisser emmerder par
           Monsieur Esnault.
          Il ouvre la porte d'une chambre froide, au moment où Gabriel
          s'encadre dans la porte ouvert de l'office.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Et l'autre, il est descendu ?
                         
          Il se retourne et voit Gabriel.
                         
          HOTEL STELLA - SALLE À MANGER - INTÉRIEUR JOUR
                         
          Albert est debout devant la porte ouverte de la chambre froide,
          dans laquelle, posés sur des étagères, on aperçoit des bouteilles,
          du lait, des yaourts.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Vous avez besoin de quelque chose, Monsieur Fouquet ?
                         
          Il ouvre une autre porte de la chambre froide.
                         
          La caméra est maintenant placée dans la chambre froide. On voit
          Albert par la porte qui vient de s'ouvrir, et Gabriel par la porte
          déjà ouverte. Gabriel s'approche d'Albert.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Je voulais vous demander pour hier soir...
                         
          Albert fait de la place dans la chambre froide pour y déposer ses
          poissons. Il enlève des plats vides.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Me demander quoi ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           J'ai pas fait trop de foin ?
                         
          Albert pose les plats vides sur la table
                          ALBERT QUENTIN
           Non, pas trop.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Tant mieux. On a beaucoup bavardé. J'ai pourtant pas la
           mémoire des noms, mais y en a un qui m'est resté gravé
           là...
                         
          Il désigne sa tempe.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           ... le Yang-Tsé-Kiang.
                         
          Albert ouvre une troisième porte, découvrant Suzanne, qui regarde
          Gabriel, le visage inquiet, puis se tourne vers Albert.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           J'ai toujours retenu les choses compliquées, comme
           anticonstitutionnellement... la dictée de Mérimée, les rois
           d'Égypte. J'y ajouterai le Yang-Tsé-Kiang.
                         
          Albert dépose un plat contenant des rougets sur une étagère de la
          chambre froide. Marie-Jo passe derrière eux, portant le plateau du
          petit-déjeuner de Gabriel. Suzanne regarde l'intérieur de la
          chambre froide sans la voir, les yeux dans le vague. Albert
          referme la troisième porte de la chambre froide, cachant Suzanne.
          Il pose un autre plat de rougets sur une étagère.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Monsieur Fouquet, je m'excuse, mais y a des heures pour
           bavarder et des heures pour travailler.
                         
          Il referme la porte, disparaissant à notre vue. Seule reste
          ouverte la porte derrière laquelle Gabriel est toujours debout,
          les mains dans les poches.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Oh, moi, les heures, vous savez... Le principal, c'est que
           je vous aie pas contrarié.
                         
          Albert referme la dernière porte.
                         
          Plan moyen sur Albert fermant la porte de la chambre froide, avec
          Suzanne derrière lui, qui l'observe, le regard inquiet.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ohhh ! Rassurez-vous. Pour me contrarier, faut se lever de
           bonne heure, ou se coucher beaucoup plus tard.
                         
          Il tire un cageot de rougets vers lui. Gabriel sourit, se retourne
          et sort de la salle à manger. Suzanne s'approche de la porte et le
          regarde traverser la réception.
                         
          TIGREVILLE - RUE HÔTEL STELLA - EXTÉRIEUR JOUR
                         
          Gabriel sort de l'hôtel, referme la porte, et se dirige vers le
          Café Normand. Il est déjà presque arrivé au café lorsque la porte
          de l'hôtel s'ouvre de nouveau. Suzanne, qui a déjà son écharpe
          autour du cou, sort en enfilant son manteau. Au loin, on voit
          Gabriel qui passe devant le café sans s'arrêter et continue dans
          la rue, disparaissant à nos yeux. Suzanne finit d'enfiler son
          manteau et court vers lui.
                         
          Contrechamp sur Suzanne, qui trottine en enfilant ses gants.
          Lorsqu'elle tourne le coin de la rue, elle se trouve nez à nez
          avec Gabriel qui achète des journaux. Il paie la marchande, qui
          rentre dans sa boutique, sourit et s'approche de Suzanne.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Alors, madame Quentin, on espionne l'aimable clientèle ?
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Monsieur Fouquet...
                         
          Il lui montre le journal qu'il tient à la main.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Les assassins, les voleurs, ils se nourrissent de journaux.
           L'homme traqué est obligé de se tenir au courant de tout.
           Depuis cette manie des portraits-robots, je suis obligé de
           changer de tête tous les jours. Je m'étais fait, je crois,
           hier, la tête de l'homme qui boit. Demain, de quoi sera-t-
           il fait ?...
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Je vois que vous aimez la plaisanterie.
                         
          Il s'éloigne d'elle, et continue sa promenade dans la rue qui
          descend vers la mer. Elle le suit.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Ça vous ennuie que nous fassions quelques pas ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Je vous en prie.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Monsieur Fouquet, vous comptez rester longtemps chez nous ?
           Cette question vous surprend peut-être...
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Elle me surprend d'autant moins que votre mari me l'a déjà
           posée hier soir.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Et qu'est-ce que vous lui avez répondu ?
                         
          Gabriel sort une cigarette d'un paquet et la met dans sa bouche.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Que j'en savais rien.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Ah !... Remarquez, si vous devez rester que deux ou trois
           jours, je n'ai rien à vous dire, mais si vous comptez
           rester davantage...
                         
          Gabriel allume sa cigarette. Suzanne s'arrête de marcher, et
          Gabriel s'arrête aussi.
                          SUZANNE QUENTIN
           Comment vous expliquer ?... Cette nuit, Albert vous a parlé
           du Yang-Tsé-Kiang. Et ben, il faut pas, c'est mauvais pour
           lui.
                         
          Elle se remet en marche, et Gabriel aussi.
                         
          TIGREVILLE - PLAGE - EXTÉRIEUR JOUR
                         
          Il sont arrivé en bordure de mer. Le temps est très brumeux, et on
          distingue à peine la mer.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Vous devez me prendre pour une folle. Je voulais pas vous
           dire ça comme ça.
                         
          Gabriel saute sur un banc.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Monsieur Fouquet, nous sommes un ménage heureux, foutez-
           nous la paix.
          Du haut du banc, il se penche vers elle.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           C'est ça, la formule brutale ?
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Oui...
                         
          Gabriel descend du banc, et s'approche de la rambarde qui
          surplombe la plage. Suzanne le rejoint.
                         
          Plan rapproché de Gabriel appuyé des deux mains sur la rambarde.
          Suzanne s'accoude sur la rambarde, et regarde Gabriel, qui ne la
          regarde pas, mais regarde au loin vers la mer embrumée.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Je voudrais que vous compreniez. Albert est devenu parfait.
           J'ai peur que vous lui redonniez le goût des voyages. Il
           pourrait penser que vous allez en Chine sans lui.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           En Espagne, madame.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Pardon ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Moi, c'est l'Espagne.
                         
          Il se tourne vers elle.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Voyez, vous pouvez dormir tranquille.
                         
          Il s'éloigne de la rambarde. Suzanne reste songeuse et
                         BREDOUILLE :
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Évidemment, si c'est l'Espagne...
                         
          Gabriel descend, par un escalier, vers la plage, loin en
          contrebas. Suzanne se penche par-dessus la rambarde qui surplombe
          l'escalier.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Monsieur Fouquet, sans indiscrétion, vous êtes venu à
           Tigreville pourquoi ?
                         
          Gabriel s'arrête à mi-chemin dans l'escalier et relève la tête
          vers elle.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Pour vous reposer ? Pour vos affaires ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Pour achat, je cherche un magasin de confection. Vous
           connaissez ça ?
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Euh... Ça dépend... Pour homme ou pour femme ?
                          GABRIEL FOUQUET
           Pour fillette.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Et ben, vous pourriez aller chez Landru. On l'appelle comme
           ça à cause de sa barbe et de ses deux femmes qui sont
           mortes.
                         
          Elle lui indique le chemin de la main.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Vous longez la plage, c'est dans la première rue qui monte.
           « Au Chic Parisien ».
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Merci.
                         
          Gabriel se retourne et reprend sa descente vers la plage.
                         
          Suzanne le regarde partir avec un air songeur. Elle met les mains
          dans ses poches et s'éloigne de la rambarde.
                         
          AU CHIC PARISIEN - EXTÉRIEUR JOUR
                         
          Gros plan sur le haut de la devanture du magasin. En grosses
          lettres, sur toute la longueur de la devanture, il est écrit « Au
          Chic Parisien ». En plus petit, à droite, il est écrit :
          « Frivolités », et à gauche : « Nouveautés ». Entre la vitrine et
          la porte d'entrée , est accrochée une enseigne publicitaire du
          « Journal de Mickey ». Un zoom arrière nous fait découvrir le
          reste de la devanture. Sur le côté droit de la vitrine, un panneau
          publicitaire des « Laines du Pingouin » voisine avec d'autres
          panneaux plus petits. En vitrine, un assortiment assez hétéroclite
          d'accessoires de plage, de vêtements et autres objets variés.
                         
          Panoramique vers la rue qui remonte de la mer. Gabriel y marche
          d'un pas décidé, venant vers le magasin.
          Il ouvre la porte, constellée de cartes postales, que l'on voit à
          travers la vitre. Sur la partie basse de la porte, où il n'y a pas
          de vitre, une gros panneau publicitaire de « Pierrot Gourmand ».
                         
          AU CHIC PARISIEN - INTÉRIEUR JOUR
                         
          L'intérieur du magasin a un aspect de « caverne d'Ali Baba », où
          les jouets voisinent avec les vêtements, les cartes postales, les
          ustensiles de cuisine, des roues de vélo, des masques de carnaval,
          un arrosoir...
                         
          Gabriel entre et referme la porte derrière lui. On entend des
          bruits, puis une voix qui dit :
                         
           LANDRU (voix off)
           Blanchette...
                         
          Gabriel fait deux pas dans la boutique.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Y a quelqu'un ?
          Dans un miroir, on voit le propriétaire des lieux qui s'approche,
          tenant un lapin blanc dans les bras.
                         
                          LANDRU
           Ma Blanchette, petite coquine ! Hein ? Tu t'es échappée !
                         
          « Landru » se dirige vers un grand clapier contenant d'autres
          lapins. Il est chauve avec une couronne de cheveux sur l'arrière
          du crâne, et une grande barbe qui le fait, en effet, ressembler
          vaguement au célèbre assassin de femmes.
                         
          A côté du clapier, deux grandes caisses, sur lesquelles sont
          inscrits, en lettres majuscules : « Matériel pour Feux
          d'Artifice » et « Danger Explosifs ». Et, à côté, une malle
          métallique, marqué « Fougasse Marrons ».
                         
                          LANDRU
           C'est pas gentil, ça, hein ! Allez, va retrouver tes petits
           amis.
                         
          Il va pour déposer le lapin dans le clapier, lorsqu'il entend
          Gabriel toussoter derrière lui. Il se retourne, avec le lapin
          blanc dans les bras.
                         
                          LANDRU
           Vous vouliez quelque chose, monsieur ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Je voudrais un vêtement chaud, un pull-over, pour fillette.
                         
                          LANDRU
           Fillette ?...
                         
          Il ouvre le clapier, dépose le lapin à l'intérieur, referme le
          clapier et se tourne vers Gabriel.
                         
                          LANDRU
           Fillette ?... Il y a bien longtemps que je ne fais plus
           dans la fillette. Quel âge ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Dix ans.
                         
                          LANDRU
           Dix ans fort, ou dix ans faible ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Plutôt faible.
                         
                          LANDRU
           Vous ne dites pas ça pour me faire plaisir ?
                         
          Il déplace une échelle.
                         
                          LANDRU
           Parce que, là, j'ai peut-être votre affaire.
                         
          Il grimpe sur l'échelle.
          Gabriel lève les yeux, intrigué par ce que Landru est en train de
          dénicher dans ses réserves supérieures. Landru redescend portant
          un pull-over de taille enfant sur un cintre. Le pull-over, dont on
          ne peut déterminer la couleur (le film est en noir et blanc), est
          décoré d'alignements horizontaux de losanges de couleur sombre,
          sur un fond clair. Il peut s'ouvrir dans sa partie supérieure
          grâce à trois boutons, et il a un petit col de couleur sombre.
                         
                          LANDRU
           Cher monsieur, nous vous attendions depuis trente ans.
                         
          Landru s'est arrêté sur l'un des derniers barreaux de son échelle.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Qui ça, nous ?
                         
                          LANDRU
           Lui et moi.
                         
          Il descend les derniers barreaux.
                         
                          LANDRU
           Regardez-moi ça.
                         
          Il tend le pull à Gabriel, qui l'examine, pendant que Landru va
          ranger son échelle.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           J'ai peur quand même qu'il soit un peu grand.
                         
          Landru, qui a dépose son échelle contre un mur couvert d'étagères,
          se tourne vers lui.
                         
                          LANDRU
           Ah ! Ah ! J'étais sûr que vous croiriez ça. Tout le monde
           croit ça. Vous ne connaissez pas les laines du Queensland ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Non, mais je connais ma fille.
                         
                          LANDRU
           Écoutez-moi bien, monsieur. Non seulement, ce pull-over
           n'est pas trop grand, mais il ne peut pas l'être. Vous ne
           me demandez pas pourquoi ?.... Parce qu'il a été tricoté
           sur mesure pour une naine. Oui, naturellement, Puppy
           Schneider, ça ne vous dit rien ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Ma foi non.
                         
          Landru lui tapote l'épaule, et s'éloigne. Gabriel le suit des
          yeux.
                         
                          LANDRU
           Vous êtes trop jeune.
                         
          Il s'est approché d'un meuble sur lequel sont posés des masques.
          Sur le mur derrière le meuble, une série de photos de mode.
                         
                          LANDRU
           Puppy Schneider... Il n'y en avait que pour elle, dans les
           mondanités des années vingt.
                         
          Il prend l'un des masques sur le meuble, représentant une jeune
          femme coiffé d'un étrange chapeau.
                         
                          LANDRU
           Un millionnaire Américain...
                         
          Il retourne un autre masque, accroché sur un poteau vertical, et
          qui représente un homme avec une grand barbe blanche.
                         
                          LANDRU
           ... Walter Krutchen, l'avait vue dans un cirque et en était
           tombé fou. Les grands hommes ont toujours aimé les petites
           femmes, mais à ce point-là, avouez que c'est rare.
                         
          Gabriel l'écoute en souriant, assis sur l'une des caisses
          d'explosifs.
                         
          Landru repose le masque sur le meuble, et l'autre masque s'est
          retourné tout seul. Il désigne le pull du doigt.
                         
                          LANDRU
           C'est lui qui m'avait commandé ce pull-over, d'après une
           maquette de Van Dongen.
                         
          Il se rapproche de Gabriel.
                         
                          LANDRU
           La-dessus, le krach de Wall Street, en 29. Le Krutchen
           s'est suicidé, comme vous et moi. La Puppy est retournées à
           son cirque, et le pull-over m'est resté sur les bras.
                         
          Il ricane.
                         
                          LANDRU
           C'est pour vous dire que ce n'est pas l'acquisition
           banale... pas le vêtement de tout le monde.
                         
          Gabriel examine le pull de plus prêt.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Mais vous êtes sûr que Puppy Schneider ne l'a pas porté ?
                         
          Il tend la main, comme s'il prêtait serment.
                         
                          LANDRU
           Juré.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Vous avez beaucoup de choses comme ça, qui datent un peu ?
                         
          Landru regarde autour de lui avec des yeux un peu inquiétants.
                         
                          LANDRU
           Des choses insoupçonnables. Ainsi, devinez un peu sur quoi
           vous êtes assis.
                         
          Gabriel se lève d'un bond.
                          LANDRU
           N'ayez pas peur !
                         
          Un chat saute sur la caisse d'explosifs que Gabriel vient de
          quitter, puis disparaît derrière la caisse. Landru ricane.
                         
                          LANDRU
           Le malin !... Encore une commande Walter Krutchen pour
           l'anniversaire de Puppy.
                         
          Il prend le bras de Gabriel et l'entraîne vers le devant de la
          boutique.
                         
                          LANDRU
           De quoi illuminer toute une ville. Pschhh !... Cher
           monsieur, au plaisir.
                         
          Il passe derrière sa caisse et prend le pull des mains de Gabriel.
                         
                          LANDRU
           Et si un jour, vous avez besoin de quoi que ce soit, je dis
           bien de quoi que ce soit...
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Je ne commettrai pas la folie de m'adresser ailleurs,
           soyez-en sûr.
                         
          Landru emballe le pull.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Vous ferez porter ma note à l'hôtel Stella.
                         
          Landru donne le paquet à Gabriel.
                         
                          LANDRU
           Ça ne presse pas.
          Gabriel se dirige vers la sortie de la boutique.
                         
                          LANDRU
           Cher monsieur, au plaisir.
                         
          Landru suit Gabriel avec un regard un peu inquiétant.
                         
          AU CHIC PARISIEN - EXTÉRIEUR JOUR
                         
          Gabriel sort du magasin avec son paquet à la main. Il fait trois
          pas dans la rue, mais se retourne car la porte du magasin vient de
          s'ouvrir de nouveau. Landru sort, son chapeau sur la tête, et
          ferme la porte à clef.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Vous fermez déjà ?
                         
                          LANDRU
           Vous m'avez bien dit de porter votre note ? Chose promise,
           chose due.
                         
          Il enlève son chapeau, et s'éloigne vers le centre ville. Gabriel
          sourit et s'éloigne lui aussi.
                         
          UN CHEMIN FORESTIER - EXTÉRIEUR JOUR
                         
          Gabriel marche sur un chemin carrossable, bordé de chaque côté par
          des arbres. Il a toujours ses journaux et le paquet de Landru à la
          main. Sur la droite de Gabriel, à travers la végétation, on
          distingue un grand mur de pierre. Gabriel arrive à un grand
          portail de fer forgé blanc, sur lequel est apposé un écriteau qui
          indique : « Cours Dillon - Externat Internat ». Il tire sur une
          corde qui actionne une cloche. Il regarde, à travers les barreaux
          du portail, un homme qui s'approche de lui en courant. Il s'agit
          de l'homme au béret, qui l'avait, la veille au soir, ramené à son
          hôtel. L'homme regarde Gabriel à travers les barreaux du portail.
                         
           L'HOMME AU BÉRET
           Gabriel !... Ah, ça par exemple ! Qu'est-ce que tu viens
           glander dans nos confins.
                         
          Il ouvre la porte. Gabriel entre et regarde l'homme avec surprise.
                         
          COURS DILLON - PARC - EXTÉRIEUR JOUR
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Nous nous connaissons ?
                         
           L'HOMME AU BÉRET
           Ben, ma parole, t'étais encore plus rond que je ne
           pensais ! Tu te rappelles pas ? C'est moi qui t'ai mis dans
           le train.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Cette nuit ?
                         
           L'HOMME AU BÉRET
           Oui...
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Je vois... Bon, et bien, je voudrais pas abuser deux fois
           de votre obligeance.
                         
          Il met ses journaux sous son bras et tend le paquet à l'homme.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Soyez bien aimable de remettre ce paquet...
                         
          L'homme écarte les bras pour ne pas toucher au paquet.
                         
           L'HOMME AU BÉRET
           Ah non, je me ferais engueuler. Tiens, adresse-toi là-bas.
                         
          Il lui montre une imposante bâtisse du XVIII° siècle au bout de
          l'allée. Une femme vient vers eux. Gabriel et l'homme marchent à
          sa rencontre.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Pour les histoires de train, j'aimerais pouvoir compter sur
           la... enfin sur ta discrétion.
                         
          Il lui tend un billet, que l'autre ne prend pas.
           L'HOMME AU BÉRET
           Ah non, mon cochon ! Crois pas t'en tirer comme ça...
                         
          Il baisse la voix, car la femme est presque arrivée près d'eux.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Tu paieras ta tournée ce soir.
                         
          Il s'éloigne. La femme, qui est l'infirmière de l'école en
          général, et l'infirmière personnelle de la directrice en
          particulier, et qui se prénomme Georgette, toise Gabriel. Elle
          porte un uniforme de nurse anglaise : grande cape noire et coiffe
          noire avec voile couvrant toute la chevelure, avec seulement une
          petite bordure blanche sur le front.
                         
                          GEORGETTE
           Monsieur, le personnel ne doit accepter aucun pourboire.
           Que puis-je pour vous ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Si vous voulez bien remettre ce paquet à la petite Marie
           Fouquet.
                         
                          GEORGETTE
           Voulez-vous me suivre au parloir.
                         
          Elle fait demi-tour pour retourner vers le bâtiment. Gabriel la
          suit.
                         
          COURS DILLON - HALL D'ENTRÉE - INTÉRIEUR JOUR
                         
          Hall de dimensions imposantes, avec un grand escalier de bois
          montant vers les étages. Un grand lustre en fer forgé pend au
          milieu du hall. Un groupe de petite filles, portant toutes la même
          blouse grise serrée à la taille, traverse le hall sous la conduite
          d'une maîtresse strictement habillée et au chignon impeccable.
          Elles montent l'escalier. Une grande porte vitrée, à l'extrémité
          du hall, s'ouvre, laissant entrer Georgette, suivie de Gabriel.
                         
                          GEORGETTE
           Entrez.
                         
          Elle referme la porte derrière Gabriel et traverse le hall, suivie
          par Gabriel.
                         
                          GEORGETTE
           Je crois que votre visite fera plaisir à tout le monde.
           Nous commencions à craindre que cette petite Fouquet soit
           complètement oubliée. Vous permettez ?
                         
          Elle s'arrête au milieu du hall, lui prend le paquet des mains, et
          reprend son chemin.
                         
                          GEORGETTE
           Nous vérifions tous les colis destinés aux pensionnaires.
           Vérification symbolique, bien sûr.
                         
          Elle monte l'escalier d'un pas rapide, puis s'arrête net au bout
          de cinq ou six marches. Elle se retourne et regarde Gabriel qui
          est resté debout au milieu du hall.
                         
                          GEORGETTE
           C'est drôle, je vous voyais plus âgé. Marie a de la chance
           d'avoir un papa aussi jeune.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Oui, mais je ne suis pas son père. Je suis un cousin...
           cousin éloigné.
                         
                          GEORGETTE
           Ah !... Tant pis, je vais quand même la chercher. Si vous
           voulez bien attendre.
                         
          Elle fait deux pas dans l'escalier
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Non...
                         
          La femme s'arrête et se retourne de nouveau vers Gabriel.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Je voudrais pas la déranger dans son travail.
                         
                          GEORGETTE
           Ça lui arrive si rarement.
                         
          Une voix, provenant d'une pièce donnant sur le hall, appelle :
                         
           MADAME VICTORIA (voix off)
           Georgette !
                         
          Georgette se retourne vers l'endroit d'où provient la voix.
                         
          Plan rapproché sur une double porte battante donnant sur le hall.
                         
           MADAME VICTORIA (voix off)
           What's happening ? I don't want to be disturbed. I am
           working.
           (Traduction : Que se passe-t-il ? Je ne veux pas être
           dérangée. Je travaille.)
                         
          Retour sur Georgette, toujours debout sur les marches de
          l'escalier, le paquet de Gabriel à la main. Elle se penche vers le
          hall.
                         
                          GEORGETTE
           Nothing at all, madam !
           (Traduction : Rien du tout, madame.)
                         
          Elle chuchote en direction de Gabriel.
                         
                          GEORGETTE
           C'est madame la directrice.
                         
          Gabriel, toujours debout au milieu du hall, la regarde et
          chuchote, lui aussi :
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Je ne savais pas qu'elle était anglaise.
          Sans bouger de l'escalier, Georgette lui répond, toujours en
          chuchotant.
                         
                          GEORGETTE
           Elle ne l'est pas : elle fait semblant.
                         
          Elle redescend vers Gabriel.
                         
                          GEORGETTE
           Il y a dix ans, elle s'est mis dans la tête de parler
           anglais.
                         
          Elle a rejoint Gabriel, à qui elle parle à voix basse.
                         
                          GEORGETTE
           Sans doute pour faire bien, pour épater les parents
           d'élève. Le plus beau, c'est qu'il a fallu que je m'y mette
           aussi, sans ça, où est-ce qu'on allait. Les questions
           étaient anglaises et mes réponses françaises.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           C'est ce qui a perdu Jeanne d'Arc.
                         
                          GEORGETTE
           Ah oui, sûrement... Si je vous disais, monsieur, que j'ai
           soigné, pendant dix ans, le Général Marvier, héros du Bec
           d'Ambès. J'ai fermé les yeux d'un sénateur-maire de la Côte
           d'Or, mon dévouement a permis à la grande Magda Golovina de
           remonter sur scène.
                         
          Elle pointe son doigt sur la poitrine de Gabriel.
                         
                          GEORGETTE
           Et bien, monsieur, j'affirme que je n'ai jamais payé de ma
           personne comme auprès de Madame Victoria... Jamais !
                         
          Les deux battants de la porte s'ouvrent devant un fauteuil
          roulant, sur lequel la directrice est assise. Elle est habillée
          tout de noir, et ressemble un peu à une vieille dame anglaise dans
          le style de la Miss Marple d'Agatha Christie.
                         
                          MADAME VICTORIA
           What are you doing ? Speaking alone ?...
           (Traduction : Qu'est-ce que vous faites ? Vous parlez toute
           seule ?)
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Madame...
                         
          La directrice se tourne vers lui et le toise d'un regard peu
          aimable.
                         
                          GEORGETTE
           This gentleman is a relative of Marie Fouquet.
           (Traduction : Ce monsieur est un parent de Marie Fouquet.)
                         
          La directrice se retourne vers Georgette.
                         
                          MADAME VICTORIA
           Well... What are you waiting for ? Go and fetch the girl.
           (Traduction : Et bien... Qu'est-ce que vous attendez ?
           Allez chercher la fillette.)
                         
          Georgette contourne la chaise roulante et monte l'escalier, le
          paquet de Gabriel dans les mains. Tout en montant, elle se tourne
          vers Gabriel.
                         
                          GEORGETTE
           Je vous demande deux minutes.
                         
          La directrice retourne son fauteuil roulant vers la double porte
          battante, qui s'ouvre sous la poussée du fauteuil.
                         
          Gabriel la regarde sortir. Il semble songeur. Il fait quelques pas
          dans le hall. Il s'approche d'une grande baie vitrée et regarde
          dans le parc. Puis, après quelques instants de réflexion, il prend
          une décision soudaine et se dirige, à grandes enjambées, vers la
          porte du hall. Il ouvre la porte, sort dehors, et referme la porte
          derrière lui.
                         
          Contrechamp en contre-plongée vers la galerie du premier étage.
          Marie Fouquet, en blouse d'uniforme, et un grand sourire aux
          lèvres, court sur la galerie, puis descend l'escalier quatre à
          quatre. Elle porte, sur son bras, le pull que son père lui a
          offert. Elle s'arrête au bout de quelques marches, et inspecte le
          hall.
                         
          Le hall, vu en plongée, est totalement vide.
                         
          Marie, toujours debout sur une marche, semble très triste. On sent
          que ses larmes sont prêtes à sortir. Elle se retourne et remonte
          lentement l'escalier.
                         
          HOTEL STELLA - CAVE - INTÉRIEUR NUIT
                         
          La cave est plus propre, plus lumineuse, et mieux rangée que
          pendant la guerre. Les étagères son pleines de bouteilles. Suzanne
          et Albert sont en train d'inspecter les bouteilles, chacun sur une
          étagère différente. Ils sont dos à dos. Albert porte un tablier et
          a un crayon et un carnet en main.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Je sais pas ce qu'ils ont, mais ils se sont tous jetés sur
           le Bordeaux, cette année. Fais-moi donc penser à téléphoner
           à Courtine.
                         
          Suzanne se retourne avec une bouteille en main. Elle a une lueur
          inquiète dans le regard.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Albert...
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Hmm...
                         
          Elle marque un léger temps avant de continuer.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           ... je voudrais pas que tu prennes ça mal, mais tu sais, à
           force de vivre ensemble... je sais pas, moi, mais... on
           finit par deviner certaines choses, par sentir euh...
                         
          Elle va pour remettre la bouteille sur l'étagère.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Sentir quoi ?
                         
          Elle se retourne, toujours la bouteille en main.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Oh... Rien de précis, c'est seulement une idée... Mais
           depuis quatre jours, j'ai l'impression que t'es plus tout à
           fait le même. Depuis que monsieur Fouquet est là, tu te
           rends pas compte, mais...
                         
          Albert, qui partait avec un cageot de bouteilles dans les mains,
          se retourne vers sa femme. Il a mis le crayon et le carnet dans la
          poche pectorale de sa chemise.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ah !...
                         
          Il pose le cageot sur un autre cageot.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Nous y voilà. Ma bonne Suzanne, tu viens de commettre ton
           premier faux pas. Y a des femmes qui révèlent à leur mari
           toute une vie d'infidélité, mais toi, tu viens de m'avouer
           quinze années de soupçons, c'est pire.
                         
          Il reprend son cageot et traverse la cave.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Note bien que tu as peut-être raison.
                         
          Il pose le cageot un peu plus loin. Suzanne l'a suivi.
                          ALBERT QUENTIN
           Qui a bu boira. Ça, faut reconnaître qu'on a le proverbe
           contre nous. Rassure-toi,va, je plaisante.
                         
          Il ricane. Mais Suzanne garde un visage fermé et légèrement
          inquiet.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Qu'est-ce que tu veux qu'il m'arrive ? J'ai une femme qui
           veille sur moi, un métier qui m'occupe, et des bonbons pour
           me distraire, alors...
                         
          Il s'éloigne d'elle.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           D'ailleurs, je vais peut-être les supprimer, les bonbons.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Pourquoi ? Quand une habitude n'est pas mauvaise...
                         
          Elle suit Albert à travers la cave, et pose, au passage, la
          bouteille, qu'elle tenait en main, dans un cageot. Albert arrive
          au pied de l'escalier.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Oh, y a pas de bonnes habitudes. L'habitude, c'est une
           façon de mourir sur place.
                         
          Il monte l'escalier, Suzanne le suit.
                         
          HOTEL STELLA - VESTIBULE DE RÉCEPTION - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Gabriel, en costume et cravate, parle au téléphone, debout et
          accoudé sur le comptoir de réception.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Projet de sketch pour une publicité jumelée... sous-
           vêtements et lessive. Bon, vous y êtes ?...
                         
          Il lit un papier qu'il a posé sur le comptoir.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           En scène, Richelieu...
                         
          Derrière lui, Albert et Suzanne entre par la porte de la cave.
          Albert porte toujours son tablier.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Ben oui, évidemment, le Cardinal !... Il écoute les propos
           d'un capucin barbu qui lui parle à l'oreille. Soudain
           jaillit des coulisse un athlète, vêtu d'un slip immaculé.
                         
          Albert et Suzanne passe derrière lui, se dirigeant vers la salle à
          manger. Albert enlève son tablier, et Suzanne regarde Gabriel, un
          peu étonnée par ses propos surprenants.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Il renvoie d'un geste son conseiller, et désigne l'athlète
           au public en déclarant : « Je croyais que mon éminence
           était grise, mais le sien a la blancheur Persil »...
          HOTEL STELLA - SALLE À MANGER - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Albert et Suzanne se sont installés à leur table, près des
          chambres froides. Sur la table trône une soupière et, à côté de la
          soupière, une bouteille de Vittel. Albert pousse la soupière vers
          Suzanne.
                         
           GABRIEL FOUQUET (voix off)
           Oui, évidemment, ça manque un peu de femmes, mais enfin, on
           verra, hein.
                         
          Pendant que Suzanne se sert de la soupe, Albert regarde en
          direction de Gabriel.
                         
          Contrechamp sur Gabriel, toujours accoudé au comptoir de
          réception, et vu à travers la porte ouverte de la salle à manger.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Bon. Deuxième projet. Pâtes Lustucru à traiter en dessin
           animé. Un chat tente de s'introduire dans une marmite
           pleine de spaghettis.
          Albert regarde toujours Gabriel, puis il tourne la tête vers
          Suzanne qui se sert de la soupe.
                         
           GABRIEL FOUQUET (voix off)
           Surgit le père Lustucru, armé d'une louche. Dialogue.
                         
          Nouveau contrechamp sur Gabriel, vu à travers la porte de la salle
          à manger. Il a maintenant pris son papier en main, et continue à
          le lire.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Le père Lustucru : « A bas les pattes ! » Le chat, avec un
           grand sourire...
                         
          Retour sur Suzanne qui se sert de la soupe, et Albert, qui regarde
          Gabriel.
                         
           GABRIEL FOUQUET (voix off)
           ... « A bas les pattes, sauf les pâtes Lustucru. » Je
           compte sur vous pour fignoler les voix, un peu détimbrée
           pour Lustucru...
                         
          Contrechamp sur Gabriel.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           ... avec beaucoup d'écho... C'est ça, au revoir.
                         
          Il raccroche le téléphone, puis entre dans la salle à manger, et
          se dirige vers sa table. Il n'y a d'ailleurs que deux tables
          dressées dans la salle, chacune à une extrémité de la salle. Celle
          de Gabriel, près de la fenêtre, et celle des patrons, près des
          chambres froides. Toutes les autres tables sont vides et n'ont
          même pas de nappe. Gabriel s'assoit à table et déplie sa
          serviette. Sur sa table, à côté de son couvert, une bouteille de
          vin. Marie-Jo arrive de la cuisine, portant une soupière, qu'elle
          pose sur la table de Gabriel. Elle s'éloigne et Gabriel se sert de
          la soupe.
          Contrechamp sur la table d'Albert et Suzanne, qui mangent leur
          soupe.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           C'est quand même triste un jeune homme seul devant sa
           soupe.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Bien sûr que c'est triste. Seulement, si je l'invite, tu
           diras encore que je manigance des trucs.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Ne parlons plus de ça, va.
                         
          Elle relève la tête et appelle.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Monsieur Fouquet !... Nous n'aurons plus de client à cette
           heure-là, si ça vous ennuie pas de venir à notre table.
                         
          Gabriel regarde Suzanne, puis il se lève et prend sa bouteille de
          vin.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Avec plaisir, chère madame.
                         
          Il traverse la salle, prend une chaise au passage, et l'installe
          en face d'Albert et Suzanne. Il montre la bouteille qu'il tient à
          la main.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Vous permettez ?
                         
          Il s'assoit et Albert se lève.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ah non. Hé, vous êtes notre invité, hein.
                         
          Il prend la bouteille de Gabriel et se dirige vers la cuisine.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Marie-Jo, mettez donc un couvert à monsieur Fouquet, là.
                         
          Il disparaît dans la cuisine. Marie-Jo, qui faisait la plonge, se
          dirige vers la salle. Gabriel se penche vers Suzanne.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Alors, quand on veut conjurer le diable, on l'invite à sa
           table.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Je ne vois pas ce que vous voulez dire, monsieur Fouquet.
                         
          Albert sort de la cuisine, une bonne bouteille à la main.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Tenez, vous allez me goûter ça.
                         
          Il pose la bouteille sur la table.
                          ALBERT QUENTIN
           Ma femme vous tiendra compagnie.
                         
          Il s'assoit à table.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Marie-Jo !
                         
           MARIE-JO (voix off en provenance de la cuisine)
           Oui, monsieur.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Venez donc ouvrir la bouteille, là.
                         
          Il prend la bouteille d'eau minérale et s'en sert un verre, sous
          le regard un peu absent de sa femme, qui gratte inconsciemment la
          nappe.
                         
          Fondu enchaîné.
                         
          TIGREVILLE - PLAGE - EXTÉRIEUR JOUR
          Marée basse. Plan moyen sur une vieille femme qui, en bordure de
          mer, est en train de ramasser des coquillages dans le sable. Elle
          les dépose dans un cageot. A côté d'elle, une vieille poussette de
          bébé, qui lui sert à transporter son cageot.
                         
          Panoramique sur la plage, où deux autres personnes ramassent aussi
          des coquillages. Il s'agit d'Albert et Gabriel.
                         
          Plan moyen sur eux deux. Gabriel, vêtu d'un blouson de cuir avec
          col de mouton, a les deux pieds dans l'eau, et un grand panier
          plat à la main. Albert, lui, est vêtu d'une canadienne à col de
          fourrure. Il est sur le sable sec et creuse le sable avec ses
          mains pour en extraire les coquillages. Gabriel revient vers
          Albert.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Que ce soit la révolution ou la paella, dites-vous bien que
           rien de ce qui est Espagnol n'est simple.
                         
          Il est arrivé près d'Albert, qui se relève. Il lui montre son
          panier. Albert ramasse son propre panier et ils se mettent en
          marche côte à côte sur la plage.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Une paella sans coquillage, c'est un gigot sans ail, un
           escroc sans rosette, quelque chose qui déplait à Dieu. Au
           temps de mes amours, je confectionnais la paella comme
           personne. Claire me reconnaissait ce talent. J'espère que
           mes déboires ne m'auront pas gâté la main.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Pourquoi buvez-vous ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           La question m'a déjà été posée, monsieur le Proviseur.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Probablement par des gens qui vous aiment bien.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Probablement. Claire me la posait trois fois par semaine,
           elle devait m'adorer. Je croyais que vous étiez un homme
           ennemi des questions.
                         
          Ils croisent la vieille femme, qui traîne sa poussette sur la
          plage. Albert s'arrête de marcher.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           C'est exact, je préfère les réponses.
                         
          Ils sont arrivés devant un endroit où de nombreux petits piquets
          sont plantés dans le sable. Il s'agit de « bouchots », qui sont
          découverts seulement à marée basse, et sur lesquels s'accrochent
          les moules.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           C'est curieux, Claire aussi. « Gabriel, m'aimez-vous ? »
           « Gabriel, pourquoi buvez-vous ? » «Croyez-vous que ce soit
           raisonnable de vous mettre dans cet état-là ? » Sous
           prétexte de vous empêcher de boire, leur rêve, ce serait de
           nous mettre en bouteille.
                         
          Il s'avance entre les bouchots.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ohh... je crois simplement qu'elles ont la trouille.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           La trouille de quoi ? J'ai jamais eu le vin mauvais, plutôt
           affectueux, même grotesque.
                         
          Il pose son panier par terre.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           J'avais, en tout cas, le charme de l'imprévu.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Oh la-la ! Alors, là, vous êtes complètement à côté, elles
           aiment les valeurs sûres.
                         
          Lui aussi pose son panier au milieu des bouchots. Il ramasse des
          moules collées sur les bouchots et les jette dans son panier.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Attendre un homme et en voir arriver un autre, elles ont
           horreur de ça, d'autant plus que la surprise est rarement
           bonne, faut être juste. Non, croyez-moi, allez, j'ai des
           souvenirs sur la question. Je la vois d'ici, votre Claire,
           avec vos trente-six manières d'arriver saoul. Vous avez dû
           lui foutre le vertige.
                         
          Gabriel, lui aussi, ramasse des moules sur les bouchots, et les
          jette dans son panier.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Possible.
                          ALBERT QUENTIN
           Ben, c'est certain. Notez bien que tout ça ne me regarde
           pas. J'ai peut-être un peu usé de mon droit d'ancienneté.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Y a pas de mal, j'ai toujours fait plus jeune que mon âge.
           N'empêche que j'ai une fille de dix ans.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Alors, là, vous êtes con.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Cette fois, vous abusez.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Quand on a un enfant, y a des choses qu'on n'a pas le droit
           de faire. Comment s'appelle-t-elle ?
                         
          Gabriel ramasse son panier et se rapproche d'Albert
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Marie. J'étais venu ici pour la chercher, et puis...
          Il fait un geste vague de la main. Albert ramasse son panier. Ils
          sortent tous deux du parc à bouchots et se remettent en marche sur
          la plage.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Elle est pensionnaire au cours Dillon. Dites-moi, monsieur
           Quentin, puisqu'on en était aux indiscrétions, lorsque vous
           étiez en Chine, vous fumiez l'opium ?
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ohhh... Y a rien d'indiscret. Oui, ça m'est arrivé, à
           Shanghaï, à Hong-Kong... Mais rien de bien extraordinaire.
           On rêvassait.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Vous n'aimiez pas rêver ?
                         
          Albert s'arrête de marcher. Gabriel aussi.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ben, ça dépend de la qualité des choses. Là, c'était des
           rêves de fusilier-marin. L'amiral Guépratte m'embrassait
           sur l'oreille, ou bien le thé avait un goût d'anisette. Des
           petits délires grisants, sans plus.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Et maintenant ?
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Maintenant, il m'arrive de rêver que je fume, ça doit être
           le retour d'âge.
                         
          On entend des cris d'enfants dans le lointain. Les deux hommes
          tournent la tête vers ces rires.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Tiens ! Voilà le cours Dillon.
          Contrechamp en plan général sur la plage. On voit arriver le
          groupe de fillettes, toutes vêtues du même manteau de couleur
          sombre, des mêmes chaussettes blanches, et de la même jupe
          écossaise. Derrière elles, une rangée de belles maisons normandes
          en bordure de plage. Elles sont menée par une maîtresse en manteau
          gris.
                         
          Albert récupère le panier de Gabriel.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Allez, je vous laisse en famille.
                         
          Il s'éloigne. Gabriel fait quelques pas vers la mer. Il prend une
          petite flasque vide dans la poche arrière de son pantalon.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Et une bouteille à la mer !
                         
          Il lance la flasque dans l'eau.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Vous verrez, monsieur Fouquet, un jour, vous finirez par
           rêver que vous buvez.
                         
          Il se retourne et s'éloigne, avec un panier dans chaque main.
                         
          Un peu plus loin sur la plage, le groupe de fillettes est en train
          de jouer près d'un blockhaus. Deux petites filles se détachent du
          groupe, l'une courant après l'autre. Celle de derrière finit par
          rattraper celle de devant, qui n'est autre que Marie, la fille de
          Gabriel, et la plaque dans le sable. Les deux filles commencent à
          se battre. La maîtresse se détache du groupe et vient vers elles.
                         
                          LA MAÎTRESSE
           Marie Fouquet, assez !
                         
          Les deux filles arrêtent de se battre, se relèvent et se dirigent
          vers la maîtresse.
                         
                          LA MAÎTRESSE
           Voulez-vous venir ici tout de suite ! Qu'est-ce que c'est
           que ces manières ? Jouez par ici.
                         
          Gabriel arrive en courant, mais trop tard : les deux filles ont
          déjà rejoint la maîtresse. Il contourne le blockhaus.
                         
          TIGREVILLE - BLOCKHAUS SUR LA PLAGE - INTÉRIEUR JOUR
                         
          Gabriel entre dans le blockhaus par une ouverture irrégulière,
          probablement faite par un explosif. Derrière lui, par l'ouverture,
          on aperçoit les fillettes qui continuent à jouer. Gabriel se cache
          derrière l'un des pans de mur déchiquetés, qui bordent l'entrée,
          et ce afin de ne pas être vu par les fillettes. Les filles se
          rassemblent un cours instant autour de la maîtresse, qui dit :
                         
                          LA MAÎTRESSE
           C'est parti !
                         
          Puis les filles s'éparpillent comme une volée de moineaux,
          accompagnées de la maîtresse. Seule Marie reste au milieu de la
          plage, les yeux fermés. Deux filles courent vers le blockhaus.
          Gabriel s'enfonce vers l'intérieur du blockhaus, puis il se cache
          derrière un pan de mur. Les deux filles entrent et se cachent
          chacune d'un côté de l'entrée.
                         
                          MARIE FOUQUET
           Deux, trois, quatre, cinq ! Ça y est !
                         
          Elle ouvre les yeux et se retourne. La maîtresse vient vers elle,
          déplie un siège pliant, et s'assoit dessus. Marie court vers le
          blockhaus, et lorsqu'elle arrive devant, elle s'arrête et met ses
          mains en porte-voix.
                         
                          MARIE FOUQUET
           Défense de se cacher dans le blockhaus !
                         
          Puis elle part en courant sur la gauche.
                         
                          PREMIÈRE FILLETTE
           Tu parles d'une andouille.
          Plan rapproché sur le visage de Gabriel, qui sort
          précautionneusement de sa cachette.
                         
           DEUXIÈME FILLETTE (voix off)
           La prochaine fois, on a qu'à la semer en route.
                         
           PREMIÈRE FILLETTE (voix off)
           Laisse-la faire, ça lui fera les pieds... Allez, on y va ?
                         
           DEUXIÈME FILLETTE (voix off)
           Et si elle est encore là ?
                         
          Retour sur les deux fillettes.
                         
                          PREMIÈRE FILLETTE
           On dira qu'elle triche, ça la fera pleurer.
                         
          Elles se faufilent lestement en dehors du blockhaus. La maîtresse,
          absorbée par la lecture d'un livre, ne semble pas s'apercevoir de
          leur présence.
                         
          Gabriel sort lentement de sa cachette. Il regarde vers la mer avec
          de la tristesse dans les yeux.
                         
          Fondu enchainé.
                         
          HOTEL STELLA - SALLE À MANGER - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Toutes la salle à manger à été nettoyée et rangée. Toutes les
          chaises sont posées à l'envers sur les tables. Seule, la grande
          table ronde au fond de la salle, près des chambres froides, est
          dressée. Albert, Suzanne et Gabriel sont en train de terminer la
          paella préparée par Gabriel. Albert chante.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           On l'appelait le Dénicheur ! Il était rusé comme une
           fouine. C'était un gars qu'avait pas peur, et qui
           connaissait les combines. Le soir, sur les boul'
           extérieurs, quand on voyait passer sa dame, on s'écriait
           sur toutes les gammes : « Ça, ben, c'est la femme à
           Dénicheur ».
                         
          Il s'arrête de chanter.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ah, dans ce temps-là, hein...
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           ... on savait faire les chansons.
                         
          Elle semble légèrement « pompette » ! A côté d'elle, une bouteille
          de vin dans un seau à glace.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Hé oui !
                         
          Marie-Jo passe derrière Suzanne, et ramasse la grande sauteuse,
          qui contenait la paella.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Monsieur Fouquet, votre paella est une splendeur. Ah, celle
           qui vous épousera aura de la chance.
                         
          Elle finit son verre de vin.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Je crains, malheureusement, chère madame, qu'on ne
           s'attache pas une femme avec des vertus culinaires...
                         
          Il prend la bouteille dans le seau et ressert Suzanne.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           ... avec des vertus d'aucune sorte, d'ailleurs.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Moi, je dis qu'on peut très bien apprécier les hommages
           déposés dans un plat.
                         
          Gabriel se sert à son tour. Suzanne se tourne vers son mari.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Si Albert avait daigné un jour faire la cuisine pour moi
           toute seule, j'aurais considéré ça comme un madrigal.
                         
          Gabriel repose la bouteille dans le seau. Suzanne porte son verre
          à ses lèvres.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Mais il m'a jamais offert même une omelette.
                         
          Elle boit. Gabriel la regarde en souriant.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ben, qu'est-ce que tu racontes ? D'octobre en avril, on est
           à peu près seuls. Alors, tu peux considérer que, pendant
           six mois de l'année, je ne fais la tambouille que pour te
           rendre hommage ?
          Suzanne le regarde avec le sourire un peu niais de quelqu'un qui a
          un peu trop bu. Gabriel boit lentement son verre.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           C'est vrai.
                         
          Elle se tourne vers Gabriel.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Au fond, c'est beau. Monsieur Fouquet ?... Vous connaissez
           La Bourboule ?
                         
          Gabriel baisse son verre en souriant.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Ma foi, non.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Et ben, vous avez tort. C'est là que j'ai connu Albert. Il
           était en permission libérable. Il portait un blazer à
           rayures, et un canotier... avec ruban assorti. Bel homme,
           et il le savait.
          Marie-Jo vient débarrasser les assiettes.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           C'était le début de la Biguine. Tu te rappelles le disque
           de Dranem ?
                         
          Elle se met à chanter en tapotant sur la table. Gabriel sourit.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           C'est la biguine, il n'y a rien de plus coquin.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Suzanne !
                         
          Il semble un peu gêné.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Oh pourquoi ! Y a pas de mal. On est que tous les trois.
           C'était en juillet, y avait des mimosas. Tu portais des
           bottines de toile. Je m'en rappelle comme si c'était hier.
                         
          Elle se tourne vers Gabriel.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Vous voyez, moi, j'aurais bien aimé une auberge dans le
           midi, mais Albert a pas voulu. Il a voulu qu'on s'installe
           ici à cause du mauvais temps, pour qu'il y ait moins de
           monde, vous voyez ce que c'est que la séduction. C'est
           drôle que vous ne connaissiez pas La Bourboule, un homme
           comme vous.
                         
          Elle ricane niaisement et reprend une gorgée de son verre. Albert
          s'adresse à Gabriel avec un petit sourire en coin.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Et bien, vous voyez, elle, ça la conduit à La Bourboule !
                          SUZANNE QUENTIN
           Tenez, on est entre nous... Voulez-vous que je vous
           dise ?...
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Mais enfin, Suzanne, notre voyage de noces n'intéresse pas
           monsieur Fouquet.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Vous n'aimez pas les voyages ? Albert est imbattable là-
           dessus. Si je vous disais qu'il connait les horaires de
           tous les trains d'Europe, même les horaires de
           correspondance.
                         
          Albert pose sa serviette et se lève.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Oh, ben écoute, arrête... Oh, arrête !
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Oh, Albert, sois gentil, montre tes horaires à monsieur
           Fouquet.
          Marie-Jo vient déposer une corbeille de fruits sur la table.
          Albert ouvre un tiroir du buffet situé à côté de la table.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Mais ça ne l'intéresse pas.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Mais si, voyons, au contraire.
                         
          Albert sort une boite de cigare du tiroir.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Ah, tu vois ! Même pour les petits déplacements, c'est
           pareil.
                         
          Elle se lève et se dirige vers un buffet situé de l'autre côté de
          la table. Albert tend la boite de cigares à Gabriel, qui en prend
          un. Gabriel écoute le babillage de Suzanne tout en regardant
          Albert avec une lueur amusée dans les yeux.
                         
           SUZANNE QUENTIN (voix off)
           Tenez, il doit partir demain soir pour Blangy. Et ben, il a
           déjà en poche son aller et retour...
                         
          Elle fouille dans le tiroir du buffet.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           ... sa correspondance, sa chambre d'hôtel retenue, tout.
           C'est pas quelque chose, ça ?
                         
          Elle sort du tiroir un gros classeur, referme le tiroir et revient
          vers la table sur laquelle elle pose le classeur, puis elle
          s'assoit. Gabriel, le visage soudain un peu grave, tripote son
          cigare sans l'allumer.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Je ne savais pas que vous partiez.
          Albert s'assoit et prend un cigare dans la boite.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Oh, pour deux jours. Tous les ans, à la Toussaint, je vais
           sur la tombe de mon père en Picardie. Mais vous serez
           surement encore là à mon retour ?
                         
          Il regarde Gabriel qui ne lui répond pas, puis qui se lève.
          Suzanne, elle, est en train de sortir les livres d'horaires de
          train du classeur.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Bon, ben, je vous souhaite un bon voyage, monsieur Quentin.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Vous nous quittez déjà ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Oui, je vais me dégourdir un peu les jambes avant de
           monter.
          Il met le cigare dans la poche de sa veste sur le porte-manteau,
          puis décroche la veste.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Et bien, vous ne savez pas ce que vous perdez, parce que je
           vous avais mis de côté un vieux calva de trente ans.
                         
          Gabriel enfile sa veste et noue son cache-nez.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Je veux pas vous retarder. Demain, c'est dimanche, vous
           partez le soir, vous aurez une journée chargée. Merci pour
           cette excellente soirée.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Oh, c'était tout simple.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Mais familial.
                         
          Il s'éloigne dans le vestibule vers la porte de l'hôtel
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Tu lui offres du calva, c'est malin ! Heureusement qu'il
           est raisonnable.
                         
          On entend la porte d'entrée qui se ferme. Albert se lève, le
          cigare au bec, et se dirige vers la baie vitrée qui donne sur la
          rue.
                         
          TIGREVILLE - RUE HÔTEL STELLA - EXTÉRIEUR NUIT
                         
          Plan rapprochée sur les vitres de l'hôtel. On voit Albert, le
          cigare au bec, qui regarde la rue par-dessus les rideaux.
                         
          Contrechamp sur Gabriel qui se dirige vers le Café Normand, mais
          qui passe devant sans s'arrêter.
          HOTEL STELLA - CHAMBRE ALBERT - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Albert allume la lumière et entre dans la chambre. Suzanne le suit
          et referme la porte. Albert sort un bonbon de sa poche, le sort de
          son emballage et s'approche de la fenêtre entr'ouverte.
                         
          TIGREVILLE - RUE HÔTEL STELLA - EXTÉRIEUR NUIT
                         
          Plan rapproché sur la fenêtre d'Albert qui met le bonbon dans sa
          bouche et s'appuie sur la rambarde pour regarder dans la rue d'un
          air pensif. Derrière lui, Suzanne prépare le lit.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Tout de même, quand je pense, du calva... Avoue que c'est
           une trouvaille ! C'est simple, t'aurais voulu le faire
           boire, tu t'y serais pas pris autrement.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Si. J'aurais bu avec lui.
                         
          Suzanne se retourne vers son mari.
          Contrechamp de la rue vue de la fenêtre d'Albert. Gabriel revient
          de sa « promenade » et pose la main sur la poignée de la porte du
          Café Normand. Il s'arrête et regarde vers la fenêtre d'Albert. Il
          fait quelques pas dans la rue, et fait un grand salut à Albert.
          Puis il retourne vers l'entrée du café, ouvre la porte et entre
          dans l'établissement.
                         
          Retour sur Albert, qui regarde toujours dans la rue, accoudé à la
          rambarde de la fenêtre.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Albert, tu parlais pas sérieusement ?
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Tu crois pas que tu ferais mieux de te coucher.
                         
          Il crache son bonbon dans la rue.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Réponds-moi d'abord.
                         
          Il ferme la fenêtre.
                         
          HOTEL STELLA - CHAMBRE ALBERT - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Albert finit de fermer la fenêtre, et se tourne vers sa femme.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Écoute, ma bonne Suzanne, t'es une épouse modèle.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Oh !...
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Mais si, t'as que des qualités, et physiquement, t'es
           restée comme je pouvais l'espérer. C'est le bonheur rangé
           dans une armoire. Et tu vois, même si c'était à refaire, et
           bien je crois que je t'épouserais de nouveau. Mais tu
           m'emmerdes.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Albert !
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Tu m'emmerdes gentiment, affectueusement, avec amour, mais
           tu m'emmerdes !
                         
          Il s'éloigne un peu d'elle, dont on voit le visage contrarié dans
          le miroir.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           J'ai pas encore les pieds dans le trou, mais ça vient, Bon
           Dieu, tu te rends pas compte que ça vient. Et plus ça
           vient, plus je m'aperçois que j'ai pas eu ma ration
           d'imprévu, et j'en redemande ! T'entends, j'en redemande.
                         
          Il s'est un peu énervé au fur et à mesure qu'il parlait.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           L'imprévu ? Qu'est-ce que ça veut dire ?
          Albert lui répond d'une voix plus calme.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Oh ! Rien, c'est des idées d'un autre monde. Et puis, ne
           parlons plus de ça, va.
                         
          Il se rapproche d'elle.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Parce que, tu sais, si ça te manquait vraiment, si t'y
           pensais trop, tu pourrais... je sais pas, moi... reprendre
           un peu de vin au repas... un demi-verre.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Un demi-verre ? Dis-toi bien que si quelque chose devait me
           manquer, ce serait plus le vin, ce serait l'ivresse !
                         
          Il s'éloigne de Suzanne, qui ne bouge pas et reste très pensive.
                         
          Fondu au noir.
                         
          TIGREVILLE - RUE HÔTEL STELLA - EXTÉRIEUR JOUR
                         
          Deux touristes allemands sortent des bagages du coffre avant de
          leur voiture : une Coccinelle Volkswagen, dont le moteur, lui, est
          situé à l'arrière. L'homme parle en allemand à sa femme. Il
          referme le coffre, prend les valises et se dirige vers l'entrée de
          l'hôtel. Derrière eux, est garée une grosse voiture américaine
          noire.
                         
          HOTEL STELLA - SALLE À MANGER - INTÉRIEUR JOUR
                         
          Par la porte ouverte entre la salle à manger et le vestibule, on
          voit Marie-Jo, qui se dirige vers le couple de touristes
          allemands, qui vient d'entrer. Elle prend les valises des mains de
          l'homme. Le couple entre dans la salle à manger, dont presque
          toutes les tables sont occupées. Albert, portant un tablier blanc,
          est occupé à servir des clients. Il se redresse vers les nouveaux
          arrivants.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Messieurs-dames. Germaine !
                         
          Il vient de se tourner vers une serveuse habillée de noir et
          portant un tablier blanc. Il s'agit d'une serveuse qui ne vient
          travailler à l'hôtel que lorsque l'affluence le nécessite.
          Germaine entraîne le couple allemand vers une table libre. Albert
          se tourne vers Suzanne, qui vient d'entrer, un calepin à la main,
          et désigne une table libre, sur laquelle est installée un service
          de petit-déjeuner, qui n'a pas été touché.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Tiens, Suzanne, débarrasse-moi ça.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Mais c'est le petit-déjeuner de monsieur Fouquet.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Oui, et ben, à cette heure-là, une aspirine lui suffira.
          TIGREVILLE - RUE HÔTEL STELLA - EXTÉRIEUR JOUR
                         
          L'homme au béret, l'habitué de chez Esnault, qui travaille au
          Cours Dillon, court dans la rue et entre précipitamment dans
          l'hôtel.
                         
          HOTEL STELLA - SALLE À MANGER - INTÉRIEUR JOUR
                         
          L'homme au béret entre dans la salle, et regarde autour de lui. Il
          avise Suzanne et se tourne vers elle.
                         
           L'HOMME AU BÉRET
           Albert est là ?
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Il est à la cuisine.
                         
          L'homme se précipite vers la cuisine.
                         
          HOTEL STELLA - CUISINE - INTÉRIEUR JOUR
                         
          Albert a ouvert le four et est en train de surveiller un plat qui
          cuit à l'intérieur. L'homme au béret entre précipitamment.
                         
           L'HOMME AU BÉRET
           Quentin ! Y a ton Espagnol qu'est au carrefour.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Mais alors ? C'est pas son droit d'être au carrefour ?
                         
           L'HOMME AU BÉRET
           Mais pas de faire ce qu'il fait ! Ah, tu peux pas savoir.
           C'est une catastrophe !
                         
          TIGREVILLE - CARREFOUR - EXTÉRIEUR JOUR
                         
          Un carrefour avec une rue qui monte vers une propriété privée,
          dont le portail est ouvert. Une foule est massée derrière la
          barrière de la propriété, et d'autres personnes sont groupées, en-
          dessous d'eux, au bord de la route. Mais on ne voit pas encore ce
          qu'ils regardent. Par contre, on entend leurs éclats de voix.
                         
          Une DS Citroën zigzague sur la route et s'arrête devant le
          portail. Le conducteur descend précipitamment de son véhicule, et
          se dirige vers le centre du carrefour. Gabriel est debout au
          milieu de la route, la veste à la main.
                         
                          LE CONDUCTEUR
           Vous êtes complètement cinglé, non ?
                         
          Gabriel salue le conducteur. Une autre voiture arrive à vive
          allure d'une route qui descend vers le carrefour.
                         
          A son passage, Gabriel fait une « passe » avec sa veste, à la
          manière d'un matador.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Olé !
          Le conducteur, certainement affolé, perd un peu le contrôle de son
          véhicule, et se précipite vers un groupe de personnes, massés
          devant une boutique d'antiquités. Les gens s'éparpillent en
          courant. Heureusement, la voiture réussit à s'arrêter, sans
          toucher personne. Une autre voiture, une grosse américaine,
          arrivant en sens inverse du centre ville, klaxonne, car son
          conducteur ne comprend pas la manoeuvre étrange du premier
          véhicule.
                         
          VOITURE AMÉRICAINE - INTÉRIEUR JOUR
                         
          Gabriel, vu à travers le pare-brise de la voiture, agite sa veste
          devant la voiture, qui s'arrête juste devant lui. Il pointe une
          épée imaginaire et la plante dans le pare-brise, comme s'il
          donnait l'estocade finale au taureau qu'il venait de combattre.
                         
          TIGREVILLE - CARREFOUR - EXTÉRIEUR JOUR
                         
          L'intérieur du véhicule, vu de la rue. Un homme est au volant,
          deux femmes sont assises à l'arrière. Il semble tous un peu
          affolés par ce qu'il vient de leur arriver.
                         
                          LE CONDUCTEUR
           I say, you're crazy !
           (traduction : Dis donc, vous êtes fou !)
                         
          Gabriel se tourne vers la foule massée derrière la barrière de la
          propriété, et qui l'acclame. On lui lance même un chapeau, qu'il
          attrape au vol. Gabriel marche le long de la route, saluant la
          foule en brandissant le chapeau.
                         
          Il revient vers le centre du carrefour, et lance le chapeau, prêt
          à affronter un autre « taureau » automobile ! Une 404 blanche,
          venant de la route qui descend vers la ville, le frôle à vive
          allure.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Olé !
                          LA FOULE
           Olé ! Olé ! Olé !...
                         
          Une autre voiture, venant du centre ville, évite Gabriel de
          justesse. Elle s'arrête au milieu du carrefour, et le conducteur
          en sort précipitamment. Il fonce vers Gabriel.
                         
          Gabriel fait une passe sur une autre voiture en provenance de la
          ville.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Olé !
                         
          Une voiture noire arrive de la route, et zigzague pour essayer
          d'éviter Gabriel.
                         
          Contrchamp sur Gabriel, au milieu du carrefour, qui bouge de
          droite à gauche, pour essayer de rester dans l'axe de la voiture.
          On a l'impression que la caméra est placée sur la voiture. Zoom
          avant sur Gabriel qui se rapproche. Sa veste passe sur l'objectif
          de la caméra, comme si elle passait sur le pare-brise de la
          voiture. Puis on voit la foule qui s'écarte pour éviter la
          voiture.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Olé !...
                         
          La foule entoure Gabriel toujours debout au milieu du carrefour,
          et l'acclame.
                         
          Vue aérienne de la route qui revient vers le centre ville.
          Gabriel, entouré de ses admirateurs, marche vers la ville. On
          entend des klaxons.
                         
          TIGREVILLE - UNE RUE - EXTÉRIEUR JOUR
                         
          Albert et l'homme au béret marchent d'un pas rapide, allant au-
          devant du cortège qui entoure Gabriel. Tous, d'ailleurs, dans ceux
          qui le suivent, ne semblent pas enthousiastes à son sujet. On
          entend, en effet, un conducteur mécontent.
                         
           UN CONDUCTEUR MÉCONTENT (voix off)
           Espèce de salaud ! Je vais t'arranger le portrait, moi.
                         
          Albert rejoint Gabriel et la foule qui l'entoure.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Alors quoi ? Qu'est-ce qu'y a ? Qu'est-ce qui se passe ?
                         
           UNE FEMME SUR LE TROTTOIR
           Si c'est pas une honte ! Faire ça le jour des morts !
                         
          Un homme, d'aspect cossu et bourgeois, marche à côté de son
          chauffeur en uniforme.
                         
                          L'HOMME COSSU
           Si mon chauffeur n'avait pas freiné, on l'écrasait !
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Il a freiné ? Et ben alors, c'est fini, n'en parlons plus.
                         
                          L'HOMME COSSU
           Ce serait trop commode ! On est venu en pèlerinage, nous,
           monsieur, on n'est pas venu au cirque !
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Et bien, allez-y à votre pèlerinage, la route est libre.
                         
           UNE FEMME SUR LE TROTTOIR
           Y a pas longtemps !
                         
          Il prend le bras de Gabriel et l'entraîne avec lui.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Allez, viens, toi.
                         
           L'HOMME AU BÉRET
           Ben, dis donc, Albert, tu vas quand même pas prendre sa
           défense !
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Mais je prends la défense de personne. Vous voyez pas qu'il
           est pas dans son état normal ?
                         
          Un peu plus loin. Albert tient toujours le bras de Gabriel, suivi
          par la foule. Gabriel dit trois mots en espagnol, puis :
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           J'attends la présidence pour m'offrir les oreilles ?
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Vous pourriez pas faire un entracte, non ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Yo soy unico !
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Fermez-la, mon vieux, oh, fermez-la.
                         
          Le cortège arrive devant la gendarmerie. A côté de la porte, une
          affiche sur laquelle est inscrit : « Jeunes gens - Effectuez votre
          service légal outre-mer - En devançant l'appel de votre classe. »
          Deux gendarmes sortent de la gendarmerie.
                         
          Gabriel leur fait un grand salut de la main.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Olé, carabineros ! Como va ustedes ?
                         
          Maurice, le brigadier, qui a un fort accent du Sud-Ouest, se
          tourne vers Albert.
                         
                          MAURICE
           Alors, vous trouvez qu'on n'a pas assez de travail
           aujourd'hui. Qu'est-ce qu'il y a ?
                         
          Une voix sort de la foule, celle du monsieur avec chauffeur.
                         
                          L'HOMME COSSU
           Y a que ce petit crétin a failli faire au moins dix
           accidents !
                         
          Albert se tourne vers lui.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Y en a pas eu, d'accident.
                         
           Il se tourne vers Maurice.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Il a bu un coup, c'est pas une affaire, quoi.
                         
           MAURICE (voix off)
           Et d'où qui sort ?
                         
                          ALBERT QUENTIN
           C'est un client à moi.
                         
          Retour sur Maurice, qui écarte les bras.
                         
                          MAURICE
           Client ! C'est pas un état-civil, ça, client ! Vous n'êtes
           pas d'ici, hein ?
                         
          Contrechamp sur la foule massée au pied de la gendarmerie, dont
          l'entrée est légèrement surélevée par rapport au niveau de la rue.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Et vous, vous êtes d'ici, avec votre accent du Cantal ?
                         
                          MAURICE
           Rodez ! Dans le Cantal ? Il est saoul comme une bourrique !
                         
          Il se tourne vers son collègue.
                         
                          MAURICE
           Alexandre, embarquez-moi monsieur, qu'on regarde ses
           papiers.
                         
          Le gendarme Alexandre descend les quelques marches qui mènent à la
          rue et prend Gabriel par le bras. Il le pousse vers le haut des
          marches et l'entrée de la gendarmerie. Albert les suit.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           La sortie en triomphe ! Enfin ! Regarde, public ingrat !
           Arrache-toi les yeux !
                         
          Pour ponctuer encore la sortie théâtrale de Gabriel, les cloches
          de l'église se mettent à sonner.
                         
          Après que Gabriel soit entré dans la gendarmerie, la foule
          commence à se disperser.
                         
          TIGREVILLE - PLACE DE L'ÉGLISE - EXTÉRIEUR JOUR
                         
          Plan d'ensemble de la place devant l'église. C'est la sortie de la
          messe. Les petites pensionnaires, dans leur uniforme sombre, mais
          avec la capuche relevée, sortent de l'église en rang deux par
          deux, précédées par la directrice dans son fauteuil roulant,
          poussé par une maîtresse en manteau gris. A la fin du cortège,
          Marie Fouquet marche toute seule derrière les autres.
                         
          Le cortège contourne l'église. Derrière l'église, on aperçoit la
          gendarmerie avec les mots « Gendarmerie Nationale » inscrits sur
          le haut du bâtiment.
                         
          TIGREVILLE - GENDARMERIE - INTÉRIEUR JOUR
                         
          Plan moyen sur Gabriel assis sur une chaise, le menton dans les
          mains. Il écoute distraitement Maurice le brigadier, que l'on ne
          voit pas.
                         
           MAURICE (voix off)
           Fouquet Gabriel, né à Paris le 18 mai 1930. Domicile : 14,
           rue Lincoln, Paris huitième. Profession...
                         
          Maurice, qui est en train de lire la carte d'identité de Gabriel,
          prononce Lincoln à la française. Panoramique découvrant Maurice
          assis derrière son bureau, et Albert devant. L'autre gendarme est
          assis sur un fauteuil derrière Albert.
                          ALBERT QUENTIN
           Mais enfin, Maurice, puisque je te dis que je me porte
           garant pour lui, alors laisse tomber, quoi. Tu peux bien
           faire ça pour moi.
                         
          Gabriel se lève péniblement.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Muchas gracias, señor, seulement, je suis adulte...
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Monsieur Fouquet, vous commencez à nous cassez les noix, on
           ne veut plus vous entendre, on en a marre.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Parfait... puisqu'on peut plus rien dire, je vous attends
           dehors.
                         
          Gabriel ramasse sa veste sur une petite table et se dirige vers la
          porte.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ça va, c'est ça, allez prendre l'air, ça vous fera du bien.
                         
          Gabriel sort de la gendarmerie. Albert se tourne vers Maurice.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Tu vois bien que c'est de l'enfantillage. Demain, il sera
           parti, et personne n'y pensera plus.
                         
                          MAURICE
           Bon, mais tu le ramènes chez toi, hein ? Que je le voie
           plus en train de trainer en ville. Et que ça lui serve de
           leçon.
                         
          Maurice se lève et tend la carte d'identité de Gabriel à Albert.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ben, j'espère, ou alors il est incorrigible.
                         
          Alors qu'Albert se dirige vers la sortie, le téléphone sonne.
          Maurice se dirige vers l'imposant poste téléphonique fixé au mur,
          et décroche.
                         
                          MAURICE
           Allo, ici la gendarmerie de Tigreville. Comment ? Qu'est-ce
           que vous dites ?
                         
          On entend la porte qui se ferme. Le gendarme Alexandre se lève et
          soulève légèrement le rideau pour voir ce qu'il se passe dehors.
                         
                          MAURICE
           Y a un bouchon terrible à Hennequeville ?
                         
          TIGREVILLE - PLACE DE L'ÉGLISE - EXTÉRIEUR JOUR
                         
          Albert sort de la gendarmerie et commence à contourner l'église.
          Il retrouve Gabriel assis sur les marches devant le monument aux
          morts, la tête dans les mains. Albert s'approche de lui.
                          ALBERT QUENTIN
           Et ben, qu'est-ce qui vous prend ?
                         
          Gabriel relève la tête.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Je crois que j'ai honte.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Allons, mon gars, on n'a pas le droit d'avoir honte, quand
           on a réussi une corrida comme la votre. Hein ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           La deuxième voiture était difficile, elle chargeait
           toujours à gauche, vous avez vu ?
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Les voitures anglaises, c'est toujours comme ça. C'est la
           déformation. Allez, venez.
                         
          Il lui rend sa carte d'identité et l'aide à se relever. Gabriel
          récupère son document et descend les marches.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Où on va ? J'irai bien prendre un verre. Pas pour boire,
           pour me remonter.
                         
          Albert le regarde un instant, puis dit :
                         
                          ALBERT QUENTIN
           D'accord, mais pas chez Esnault.
                         
          Il lui prend le coude et l'entraîne avec lui.
                         
          BAR « CHINOIS » - EXTÉRIEUR JOUR
                         
          En quinze ans, les marches qui permettent d'accéder au bar
          « chinois » en haut de sa colline, n'ont pas changé : elles sont
          toujours aussi « rustiques ». Albert et Gabriel les montent
          lentement. Gabriel regarde la bâtisse au sommet de la colline et
          s'arrête sur une marche. La bâtisse, non plus, n'a pas changé.
          Seule la tour métallique surmontée par les sirènes a disparu.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Dites donc...
                         
          Albert s'arrête et se tourne vers Gabriel.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Quoi ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Qu'est-ce que c'est que votre endroit ?
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Et bien, les gourmands, ils disent que c'est une maison de
           passe et les vicelards un restaurant chinois.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Vous y allez souvent ?
                          ALBERT QUENTIN
           J'y allais.
                         
          Il reprend son escalade, suivi par Gabriel.
                         
          Ils sont presque arrivés au sommet. Gabriel regarde la bâtisse et
          s'arrête de nouveau.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           A votre avis, pour ce qu'on veut en faire, vaudrait mieux
           que ce soit canaille ou chinois ?
                         
          Albert s'est arrêté pour l'écouter.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Que ce soit fermé.
                         
          Il reprend sa marche.
                         
          BAR « CHINOIS » - INTÉRIEUR JOUR
                         
          L'intérieur du bar « chinois » n'a pas changé non plus.
                         
          Albert ouvre la porte, et entre suivi par Gabriel, qui referme la
          porte derrière eux. Ils se dirigent vers le bar, lorsqu'ils sont
          arrêtés par une voix venant du haut de l'escalier.
                         
           GEORGINA (voix off)
           Albert !
                         
          Les deux hommes tournent la tête vers l'escalier.
                         
          Georgina descend l'escalier. Elle n'a, pour ainsi dire, pas changé
          en quinze ans.
                         
                          GEORGINA
           C'est pas possible ! C'est un revenant !
          Elle regarde Albert avec un grand sourire.
                         
                          GEORGINA
           Tiens, je suis trop contente. Tu permets que je
           t'embrasse ?
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Je te permets.
                         
          Elle lui fait une bise sur chaque joue. Albert se tourne vers
          Gabriel.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Je te présente un matador.
                         
          Georgina s'incline légèrement en souriant.
                         
                          GEORGINA
           Enchantée, monsieur.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Mais je te promets pas qu'il soit tout à fait authentique.
                         
          Georgina se dirige vers le bar, suivie par ses deux clients.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ici non plus, c'est pas très authentique, mais avec le vent
           du Tibet, ça peut faire illusion. Tenez, mon vieux, si je
           vous disais que, certains soirs, hein, derrière ce mur, là,
           et bien j'ai vu... Pas cru voir, hein !... J'ai vu !... Une
           ville, des tramways, la foule, des drames...
                         
          Un plan rapide sur le mur dont parle Albert, et sur lequel il y a
          seulement la grande affiche légale contre la répression de
          l'ivresse sur la voie publique, entourée d'aquarelles
          « chinoisantes » et d'une réclame pour l'apéritif « Saint
          Raphaël ».
                         
          Retour vers le bar, derrière lequel trône Georgina.
                         
                          GEORGINA
           Qu'est-ce que je vous sers ?
                         
          Albert se tourne vers Gabriel.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Qu'est-ce que vous voulez comme remontant ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Je vous fais confiance.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Bon. Est-ce que tu confectionnes toujours ton espèce de
           saké, là ?
                         
                          GEORGINA
           Bien sûr.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Alors, ça sera deux.
                         
          TIGREVILLE - RUE HÔTEL STELLA - EXTÉRIEUR NUIT
                         
          Plan rapproché en contre-plongée de l'enseigne éclairée de l'hôtel
          Stella.
                         
          HOTEL STELLA - SALLE À MANGER - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Suzanne est assise seule à une petite table près des chambres
          froides, et sur laquelle est dressé un couvert pour deux
          personnes. Mais les assiettes sont vides et la carafe de vin n'a
          pas été entamée. La tête appuyée sur la main, Suzanne semble
          rêveuse. Derrière elle, on entend le brouhaha de la salle à
          manger. D'un seul coup, Suzanne se lève d'un bond.
                         
          Panoramique rapide vers l'entrée de la salle. Marie-Jo entre et
          pose son manteau sur le porte-manteau.
                         
                          MARIE-JO
           Y a surement aucune raison de s'inquiéter.
          Elle s'approche de Suzanne. Derrière les deux femmes, on
          s'aperçoit que la moitié environ des tables sont occupées.
          Germaine fait le service.
                         
                          MARIE-JO
           Depuis ce matin au carrefour, personne n'a revu monsieur.
           Je suis allé chez Landru, chez le pâtissier, j'ai même été
           chez Esnault, ben... y a pas plus de monsieur que de beurre
           au...
                         
          Elle fait un geste vague pour éviter de dire une bêtise. Elle
          sourit.
                         
                          MARIE-JO
           Si y avait eu un accident, ça se saurait.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Bien sûr, ça se saurait.
                         
          Suzanne se dirige vers la sortie de la salle. Marie-Jo la suit.
                         
          HOTEL STELLA - VESTIBULE DE RÉCEPTION - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Suzanne commence à monter l'escalier. Marie-Jo, en sortant,
          s'aperçoit de la présence d'une valise dans le vestibule.
                         
                          MARIE-JO
           Tiens, la valise de monsieur. Qu'est-ce que j'en fais ?
                         
          Suzanne s'arrête un instant, puis reprend sa marche.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Vous pouvez la remonter. Maintenant, son train de huit
           heures...
                         
                          MARIE-JO
           Monsieur Fouquet n'a pas dîné ?
          Suzanne, qui est presque arrivée à l'étage, se retourne.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Non.
                         
                          MARIE-JO
           Si ça se trouve, ils sont ensemble.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Si ça se trouve, oui.
                         
          Elle reprend sa marche. Marie-Jo se penche pour ramasser la
          valise.
                         
          BAR « CHINOIS » - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Plan rapproché sur le comptoir du bar, sur lequel plusieurs verres
          de vin sont alignés. Gabriel remplit les verres. Zoom arrière
          découvrant Albert et Gabriel, debout devant le bar et en train de
          chanter.
                         
           ALBERT QUENTIN & GABRIEL FOUQUET (ensemble)
           Tata-talalala ! Tata-lalatin ! Tata-talalala ! Tata-
           lalatin !
                         
          Albert prend un verre.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           A l'Amiral Guépratte !
                         
          Il boit. Gabriel prend un verre.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           A el Gallo, le Divin Chauve !
                         
          Il boit. Ils reposent tous deux leurs verres vides. Albert prend
          un autre verre.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           A la gloire des fusiliers marins d'Extrême-Orient !
                         
          Il boit. Gabriel prend un autre verre.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           A Manolete ! Tué à Linarès par le taureau Isleiro !
                         
          Il boit. Albert repose son verre et en prend un autre.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Et celui-là, je le bois à mon pote Gédéon, tombé dans le
           traquenard de Long Son !
                         
          Gabriel prend un autre verre.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           A Roselito, le plus grand de tous !
                         
          Il boit.
                         
          Appuyée contre la fresque derrière le bar (la même que quinze ans
          auparavant), Georgina les regarde d'un oeil critique.
                         
                          GEORGINA
           On a le temps, messieurs ! Si ça continue, vous allez vous
           saouler...
                         
          Tous les verres sur le comptoir sont maintenant vides.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Quand on est en perm', c'est pour ça !
                         
          Gabriel s'éloigne du bar, et s'approche de la porte vitrée qui
          sépare le bar de la pièce voisine.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Mais qu'est-ce que tu cherches ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Claire, elle devait me prendre à la sortie des arènes...
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Mais c'est de ta faute ! Si tu buvais plus vite, elle
           serait déjà là ! Les choses entraînent les choses... Le
           bidule crée le bidule... Y a pas de hasard ! Allez ! On
           rentre à la caserne.
                         
          Il fouille dans sa poche et sort une poignée de billets froissés
          qu'il pose sur le comptoir. Gabriel revient vers lui.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Ben, permets-moi au moins de t'inviter...
                         
          Il sort de l'argent de sa poche. D'un geste, Albert l'arrête.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           T'occupe, la Bleusaille ! J'ai touché mon arriéré de
           solde... Alors, hein !
                         
          Gros plan sur le comptoir. Parmi les billets de banque, qu'Albert
          y a déposés, se trouve un billet de train.
                         
          Gabriel le prend et le regarde de plus près.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Y t'ont payé avec un billet de train...
                         
          Albert le lui prend des mains.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Tiens !...
                         
          Il le déchire en deux, et en donne la moitié à Gabriel
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Je te donne l'aller et je garde le retour... Allez, fais-en
           autant !
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           J'peux pas...
                          ALBERT QUENTIN
           T'as pas confiance ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           J'ai pas de billet...
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ah ! ben alors là, t'as tort ! Faut toujours avoir un
           billet... Au cas... Tu comprends ? Au cas...
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Qu'est-ce que tu crois m'apprendre... J'ai passé ma vie à
           faire des allers et retours. Instable, on appelle ça.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Bon, ben allez, on cause de trop, on se déshydrate, hein.
           Allez, viens.
                         
          Ils se retournent et se dirigent vers la sortie. Georgina se
          penche par-dessus le bar.
                         
                          GEORGINA
           Bonsoir, et bonne rentrée.
                         
          Albert est déjà sorti, mais Gabriel se retourne vers elle.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Madame, j'ai été charmé, positivement charmé.
                         
          Il sort à son tour, d'un pas un peu hésitant.
                         
          Georgina sourit et commence à défroisser les billets laissés par
          Albert sur le comptoir.
                         
          BAR « CHINOIS » - EXTÉRIEUR NUIT
                         
          Albert descend lentement les marches du bar. Il fredonne « Nuits
          de Chine ».
                         
                          ALBERT QUENTIN
           La-la-la la-la nuits de Chine, nuits d'amour ! La-la-la...
                         
          Gabriel sort à son tour du bar en nouant son écharpe. Puis il
          regarde autour de lui.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Merde !
                         
          Contrechamp et plan général sur la colline et la plage en
          contrebas, plongées dans le noir.
                         
           GABRIEL FOUQUET (voix off)
           Il fait nuit, dis donc.
                         
          Retour sur Gabriel et Albert, toujours debout en bas des marches
          du bar.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ben c'est normal, c'est le changement de latitude. Allez,
           en avant !
          Plan d'ensemble de la colline avec le bar au sommet et Gabriel et
          Albert qui descendent les marches de la colline, d'un pas un peu
          hésitant.
                         
           ALBERT QUENTIN & GABRIEL FOUQUET (ensemble)
           Nuits de Chine, nuits câlines, nuits d'amour !
                         
          Ils accompagnent leur chant de grands gestes.
                         
           ALBERT QUENTIN & GABRIEL FOUQUET (ensemble)
           Nuits d'ivresse, de tendresse...
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Merde !
                         
           ALBERT QUENTIN & GABRIEL FOUQUET (ensemble)
           La-la-la... Jusqu'au lever du jour. Nuits de Chine, nuits
           câlines...
                         
          Ils sont maintenant arrivés près de la caméra en plan moyen.
          Albert s'assoit sur un banc. Il dit la dernière strophe sans
          chanter.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Nuits d'amour.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           T'as le coup de pompe ?
                         
          Du pouce, Albert montre le bar derrière lui.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Non, mais c'est l'autre vache, là, l'indigène, qui a dû me
           filer du poison.
                         
          Gabriel s'assoit à côté de lui.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           T'as peut-être plus l'habitude. Si tu veux, on peut
           rentrer.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Oh, hé gamin, dis donc, hé, pas de faux-fuyant. C'est pas
           parce que t'as estoqué deux ou trois voitures, mais... Moi,
           j'ai pas eu mon compte. D'abord, on va leur montrer ce
           qu'un jeune et un vieux peuvent faire.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           A qui ça ?
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Aux affreux ! Allez viens.
                         
          Ils se lèvent tous les deux et reprennent leur marche.
                         
           ALBERT QUENTIN & GABRIEL FOUQUET (ensemble)
           Nuits de Chine...
                         
          HOTEL STELLA - CHAMBRE ALBERT - INTÉRIEUR NUIT
          La chambre est plongée dans le noir, mais les rideaux ne sont pas
          tirés sur les fenêtres. On entend, dans la rue, Albert et Gabriel
          chanter. Leur chant est dans la continuité de celui débuté dans la
                         SCÈNE PRÉCÉDENTE
                         
                         
           ALBERT QUENTIN & GABRIEL FOUQUET (ensemble et en voix off)
           ... nuits câlines, nuits d'amour !...
                         
          Lent panoramique vers le lit, dans lequel Suzanne est assise, les
          yeux grand ouverts.
                         
           ALBERT QUENTIN & GABRIEL FOUQUET (ensemble et en voix off)
           ... Nuits d'ivresse, de tendresse... Où l'on croit aimer
           jusqu'au lever du jour...
                         
          Suzanne s'allonge dans le lit, et rabat les couvertures sur elle.
                         
           ALBERT QUENTIN & GABRIEL FOUQUET (ensemble et en voix off)
           ... Nuits de Chine, Nuits câlines...
          CAFÉ NORMAND - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Plan moyen sur le billard, où un homme en cravate et casquette est
          en train de jouer. Derrière lui, la salle et le bar, devant lequel
          deux hommes sont accoudés. Un peu plus loin le long du comptoir,
          un autre homme, assis sur un tabouret, discute avec la patronne,
          debout derrière le bar. D'autres clients sont répartis autour des
          tables de la salle. Le joueur de billard s'éloigne de la table, et
          Lucien s'approche pour jouer à son tour. Il est en chemise,
          cravate et gilet. Dans un coin, derrière lui, on découvre
          Joséphine, en train de boire, seule à une table. La porte s'ouvre.
          Albert entre précipitamment, suivi de Gabriel, qui referme la
          porte. Ils s'accoudent tous les deux au comptoir.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Deux Calvas !
                         
          En entendant la voix d'Albert, Lucien s'arrête de jouer, et se
          tourne vers le bar. Il pose sa queue sur le billard.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Sois le bienvenu, Albert.
                         
          Il redescend lentement vers le comptoir.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Je me disais toujours : ça peut pas durer, on le reverra un
           jour. Et te revoilà... comme au bon vieux temps. Tiens ! Je
           me sens vingt ans de moins.
                         
          Il est maintenant arrivé près du comptoir. Albert boit son calva
          sans se retourner. Mais Gabriel se retourne vers Lucien.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           T'es qui ?
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Oh, toi, tu ferais mieux de t'en tenir là avant que tes
           espagnolades te reprennent !
                         
          Albert et Gabriel se retournent ensemble vers Lucien. Ils ont
          l'expression un peu vague des hommes qui ont trop bu. Gabriel
          s'incline légèrement vers Lucien, et lui dit, sur un ton très
                         POSÉ :
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Monsieur Esnault, si la connerie n'est pas remboursée par
           les assurances sociales, vous finirez sur la paille.
                         
          Gabriel se retourne vers le comptoir, mais Albert continue à fixer
          Lucien d'un air sévère.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Dis donc, petit malpoli, tu veux que je t'apprenne ?
                         
          Il fait un pas vers Gabriel, qui le regarde en souriant
          niaisement, mais Albert arrête Lucien.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Monsieur Esnault, je vous interdis de tutoyer mon homme de
           barre. Je vous ai déjà dit que vous n'étiez pas de la même
           famille.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Alors, toi, je te préviens, si t'es venu pour me donner des
           ordres, je vais vous virer tous les deux à coups de pompe
           dans le train !
                         
          Albert et Gabriel se regardent.
                         
           ALBERT QUENTIN & GABRIEL FOUQUET (ensemble)
           Ohh !...
                         
          Puis Gabriel fait signe à Albert que c'est à lui « de jouer » ! Et
          Albert balance à Lucien une baffe si violente qu'il titube sous le
          choc, et s'écroule sur l'escalier. Sa femme se précipite vers lui.
                         
                          MADAME ESNAULT
           Lucien !...
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Et ce n'est qu'un coup de semonce.
                         
          Madame Esnault, et d'autres clients, qui sont accourus, aident
          Lucien à se relever. Lucien, fou de colère, cherche à se dégager
          de leurs mains.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Ah ! Ah ! Laisse-le moi, hein !
                         
                          MADAME ESNAULT
           Partez, ou j'appelle les gendarmes !
                         
                          JOSÉPHINE
           Ils ont déjà eu affaire à eux ce matin. Ils n'auraient pas
           dû les relâcher !
                         
                          UN CLIENT
           Mais laisse-les donc, ils sont ronds comme des boules.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Oui, messieurs, pleins comme la mer. Ensuqué à rabord ! Y a
           longtemps que vous attendiez ça, hein ? Et ben, ça y est !
           Comme ça, vous pourrez causer et égayer vos soirées
           d'hiver ! Ah !
                         
          Il se retourne vers le comptoir. Derrière eux, on voit Madame
          Esnault et les clients qui entrainent Lucien vers le fond de la
          salle.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Albert...
                         
           Hmm ?...
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Ils me font mal aux yeux, tirons-nous.
                         
          Ils finissent leurs verres.
                          ALBERT QUENTIN
           T'as raison, va, on a rien à foutre chez les Français
           moyens.
                         
          Ils se dirigent lentement vers la sortie.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           On n'appartient pas au même bataillon.
                         
          Lucien, debout au milieu de la salle, entouré de ses clients, les
          regarde partir.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Et les calvas, qui c'est qui va les payer ?
                         
          Albert et Gabriel se retournent vers lui.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Adressez-vous à l'intendance. Nous, on paye plus, on ne
           connait plus, on ne salue plus.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           On méprise.
                         
          Gabriel ponctue sa dernière phrase d'un grand geste. Albert salue
          l'assistance. Gabriel ouvre la porte, et ils sortent tous les
          deux. Albert claque violemment la porte derrière lui, faisant
          tomber un thermomètre publicitaire (Picon Pikina) accroché près de
          la porte. On l'entend se briser en heurtant le sol.
                         
           LUCIEN ESNAULT (voix off)
           Bon Dieu de Bon Dieu !
                         
          TIGREVILLE - RUE HÔTEL STELLA - EXTÉRIEUR NUIT
                         
          Albert et Gabriel sortent du café et marchent dans la rue longeant
          l'hôtel Stella. Gabriel s'arrête devant l'hôtel.
                          GABRIEL FOUQUET
           Albert...
                         
          Albert se retourne.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Quoi ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           J'ai peur que ta femme soit pas contente.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Parle pas de femmes en patrouille.
                         
          Il reprend sa marche un peu titubante, suivi par Gabriel.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Juste... Le vent commence à fraîchir. T'as prévu un
           mouillage ?
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Blangy, dans la Somme. Faut que je te présente à mon père.
          Gabriel s'arrête de marcher.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Albert...
                         
          Albert se retourne.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Qu'est-ce qu'y a encore ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Blangy, c'est pas possible.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Alors, là, tu seras porté déserteur. En opérations, tu sais
           où ça mène ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Je peux pas partir d'ici... pas tout seul, tu comprends ?
           J'ai une mission.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Une mission ?... Ah, ben là, tu tombes dans ma spécialité.
           Il s'agit de quoi ?
                         
          Gabriel met un doigt sur ses lèvres.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Chhhhut !...
                         
          Il se rapproche de lui et parle plus bas.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Je t'ai parlé de ma fille ?
                         
                          ALBERT QUENTIN
           La petite Marie ?
                          GABRIEL FOUQUET
           C'est ça. Et ben, elle est pas heureuse, la petite Marie.
           Et ben, faut que j'aille la chercher et que je la ramène
           avec moi.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Et ben, on y va.
                         
          Il se remet en marche. On entend le son d'un poste de radio
          provenant d'une maison indéterminée.
                         
           L'ANIMATEUR DE RADIO (voix off)
           Et voici maintenant, comme chaque soir, une émission de
           Jean-Michel Audiard : « Ici l'on danse ! »...
                         
          Gabriel s'arrête au milieu de la rue.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Albert !...
                         
          Albert se retourne.
                          ALBERT QUENTIN
           Je peux pas y aller comme ça.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Tu peux pas, tu peux pas. Mais t'es marrant, toi. Qu'est-ce
           que ça veut dire, tu peux pas ? Hein ?
                         
          On entend un son d'accordéon provenant d'une maison, certainement
          d'un poste de radio. Les deux hommes lèvent la tête. Gabriel
          esquisse quelques pas de danse. Albert se met à danser aussi en
          chantant.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ta-la-la la-laaa...
                         
          Ils sont maintenant tous les deux en train de danser au milieu de
          la rue.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ti-la-la la-laaa... Ta-la-la la-laaa... La-la la-laaa...
           Ta-la-lala-la...
                         
          Une fenêtre s'ouvre au premier étage de la maison devant laquelle
          ils dansent, et un homme en pyjama apparaît.
                         
           LE VOISIN RONCHON
           Hé, vous allez taire vos gueules, un peu, là, oui ?
                         
          Albert et Gabriel lui font, tous les deux ensemble, un bras
          d'honneur.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ti-la-la la-laaa...
                         
          Un autre homme, en pyjama, sort d'une maison voisine.
                         
           UN AUTRE VOISIN RONCHON
           C'est tout de même malheureux de se mettre dans un état
           pareil, croyez-moi !
                         
          Pour toute réponse, Albert hausse la voix.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ti-la-la la-laaa...
                         
          Il lui fait un bras d'honneur.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           La-la la-la...
                         
          Ils s'éloignent en dansant. L'homme rentre chez lui.
                         
          COURS DILLON - PARC - EXTÉRIEUR NUIT
                         
          L'imposant portail du Cours Dillon, vu de la route. On entend
          Albert chanter.
                         
           ALBERT QUENTIN (voix off)
           La-la-la la-laaa... Ti-la-la la-laaa...
          Albert et Gabriel entre dans le champ en dansant, et s'approche du
          portail.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ti-la-la la-laaa... Ti-la-la la-laaa...
                         
          Contrechamp sur Albert et Gabriel, vus à travers les barreaux de
          la grille du portail, et qui regardent à l'intérieur du parc.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Bon, ben... A première vue, les défenses ont l'air assez
           faible.
                         
          Contrechamp et plan d'ensemble de l'imposant manoir du cours
          Dillon, vu à travers les arbres du parc.
                         
          Retour sur Gabriel et Albert, toujours les mains sur les barreaux
          de la grille et regardant à l'intérieur du parc.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Alors, inutile de contourner, on va prendre ça en force.
           Allez ! Je me mets en flèche, et puis tu me files le train.
                         
          Albert a déjà saisi les barreaux, prêt à escalader le portail.
          Gabriel lui prend le bras.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Hé !... Excuse-moi, Mais c'est pas à toi de prendre les
           commandes, il s'agit tout de même de ma fille.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           D'accord... D'accord !...
                         
          Gabriel commence à escalader le portail. Albert se retourne et se
          plaque le dos contre la grille. Gabriel lui met les deux pieds sur
          les épaules.
                          ALBERT QUENTIN
           Ohh !... Oh, ben dis donc, ben t'es un faux maigre !
                         
          Contre-plongée sur le haut du portail et Gabriel, qui a maintenant
          la tête au niveau du sommet du portail, mais qui fait face à la
          route.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           C'est peut-être que j'ai la langue chargée.
                         
          Retour sur Albert.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Oh !... Ben qu'est-ce tu fous ? Tourne-toi de l'autre côté,
           voyons.
                         
          Albert se dégage, et fait deux pas vers la route. Gabriel cale ses
          pieds sur une barre horizontale de la grille.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Albert !
                          ALBERT QUENTIN
           Quoi ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Regarde !
                         
          Albert se retourne. Zoom arrière, découvrant Gabriel accroché, les
          bras en croix, au portail.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           C'est moi, le Christ !
                         
          Le portail s'ouvre lentement, et Gabriel se retrouve accroché à la
          porte de droite.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ah !.... Ah !... Ah !...
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Hé, Albert, hé, me laisse pas ! Albert !...
                         
          Albert se précipite et Gabriel lui tombe dans les bras.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Oh !... Oh !...
                         
          Gabriel se rétablit sur le sol.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Oh ben, ça roupille là-dedans, dis donc... Y a une
           sonnette...
                         
          Il se tourne vers Albert.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Y a une sonnette ?
                         
          Il met un doigt sur ses lèvres, s'approche de la cloche fixée au
          portail et tire vigoureusement sur le cordon, faisant tinter la
          cloche. Puis il se dirige vers le manoir, suivi par Albert.
                         
          Comme ils s'approchent de la bâtisse, on voit deux fenêtres
          d'angle s'éclairer au premier étage.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Oh, ben, les voilà qui se réveillent, tiens !
                         
          D'autres fenêtres s'éclairent, mais au rez-de chaussée.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ah ! Enfin ! Ah ben, dis donc !
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Ah, ben voilà !
                         
          Albert se met à crier :
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Hé, branle-bas de combat, là-dedans !... Branle-bas de
           combat, je te dis, là-dedans ! Hein !
          Plan rapproché sur la porte d'entrée du manoir.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Allez, comme en 14, investissons l'ouvrage.
                         
          Il appuie très longuement sur le bouton de la sonnette.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ben alors, on se fout de nous, oui ? Mais, ma parole, c'est
           le soufflet au Sultan ! Oh, Bon Dieu !
                         
          Il donne plusieurs coups de pied dans la porte.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Si j'avais un obusier de 37, je te ferais sauter ça, et
           puis vite fait !
                         
          Gabriel, qui regarde à travers les rideaux, l'arrête de la main.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Arrête !
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Quoi ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Ils envoient un plénipotentiaire.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ah ben, c'est pas trop tôt.
                         
          La porte s'entr'ouvre, et Georgette, l'infirmière de la
          directrice, apparaît.
                         
                          GEORGETTE
           C'est vous, monsieur Quentin, qui faites tout ce raffut ?
          Albert la pousse et se faufile à l'intérieur du bâtiment, suivi
          par Gabriel.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Mission exceptionnelle !
                         
          COURS DILLON - HALL D'ENTRÉE - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Albert et Gabriel pénètrent dans le hall, pendant que Georgette
          referme la porte.
                         
                          GEORGETTE
           Monsieur Quentin, j'avais cru entendre dire que vous
           poursuiviez une convalescence souhaitable. Vous devriez
           avoir honte !
                         
          Gabriel grimpe sur l'un des fauteuils de cuir, et s'assoit sur le
          dossier. Il regarde Albert en riant.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Elle croit parler à ses niards ?
                          ALBERT QUENTIN
           Mais il a raison ! Quartier-maître Quentin, du Corps
           Expéditionnaire d'Extrême-Orient !
                         
          Le hall d'entrée, vu en plongée depuis la galerie du premier
          étage. Attiré par la grosse voix d'Albert, un homme en robe de
          chambre vient s'accouder à la balustrade. Puis deux femmes, elles
          aussi en robe de chambre, apparaissent au bas de l'escalier.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           On vient reprendre livraison de la fillette de monsieur. Et
           si elle n'est pas livrée dans les trois minutes, je ne
           réponds pas de la réaction du papa !
                         
                          GEORGETTE
           Le papa ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           C'est moi.
                         
          Une jeune fille, en nattes et chemise de nuit, vient s'accouder à
          la balustrade du premier étage.
                         
                          GEORGETTE
           C'est nouveau, ça !
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Pas tellement, non.
                         
                          GEORGETTE
           Mais vous avez pourtant dit, l'autre jour que...
                         
          Venant de sa chambre à double porte battante, la directrice vient
          d'entrer dans la pièce sur sa chaise roulante.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Attention, les minutes tournent !
                          MADAME VICTORIA
           Who are they ? What's going on ? What does this people
           want ?
           (Traduction : Qui sont-ils ? Que se passe-t-il ? Que veut
           cet individu ?)
                         
          Retour au niveau du sol. Albert écarte les bras.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ahhh !... Ben si l'Anglais est déjà dans la place, alors je
           ne m'étonne plus de rien. !
                         
                          MADAME VICTORIA
           I... I don't understand. What do you mean ?
           (Traduction : Je... je ne comprends pas. Qu'est-ce que vous
           voulez dire ?)
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Tu vas voir comment je les traite, moi, les Anglais.
                         
          Gabriel saute de son fauteuil pour arrêter Albert qui s'avance,
          l'air menaçant, vers la directrice.
                          GABRIEL FOUQUET
           Gaspille pas tes dons. Madame est française.
                         
          Il s'assoit - normalement ! - sur le fauteuil.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Tiens donc ! Comme le colonel Lawrence était arabe !
           Perfidie légendaire ! Mais pas avec moi. Je les connais,
           moi, tous vos trucs.
                         
                          MADAME VICTORIA
           I do not share this gentleman's opinion about England. But,
           most important, first we must ascertain whether this
           gentleman is really the father of our little Marie Fouquet.
           For the moment, gentlemen, it will be best for you to go.
           We can attend everything to-morrow morning.
           (Traduction : Je ne partage pas l'opinion de ce monsieur au
           sujet de l'Angleterre. Mais, plus important, nous devons,
           en premier lieu, nous assurer que ce monsieur est vraiment
           le père de notre petite Marie Fouquet. Pour le moment,
           messieurs, il serait préférable que vous partiez. On pourra
           s'occuper de tout cela demain matin.)
                         
          La voix de la directrice se durcit soudain
                         
                          MADAME VICTORIA
           And for the child's sake, I do hope that you will be more
           presentable. Georgette, will you see them to the door,
           please.
           (Traduction : Et pour le bien-être de l'enfant, j'espère
           fortement que vous serez plus présentables. Georgette,
           voulez-vous bien les raccompagner à la porte, s'il vous
           plait.)
                         
          La directrice tourne son fauteuil et se dirige vers la double
          porte battante.
          Gabriel se tourne vers Albert.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Elle a dit : à demain.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Mais c'est Fachoda !
                         
          Gabriel se lève.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Dis donc, si on envisageait un repli ?
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Mais pourquoi pas une retraite ?
                         
          Gabriel se dirige vers la porte. Albert reste sur place.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Moi, je trouve que c'est amener les couleurs un peu vite !
                         
          Il s'adresse à Georgette, tout en se dirigeant, lui aussi, vers la
          porte.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Estafette, faites savoir au chef de poste qu'on est
           d'accord pour remettre l'affaire à demain, mais demain
           matin, pas plus.
                         
          Il s'arrête alors qu'il est presque arrivé à la porte et se tourne
          vers Georgette.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Et si, à dix heures, la fillette n'est pas à mon PC avec
           armes et bagages, et ben, vous entendrez parler des
           hussards de la mort ! Considérez ça comme un ultimatum.
                         
                          GEORGETTE
           Bien, monsieur Quentin, on transmettra.
                         
          Gabriel ouvre la porte et s'efface pour laisser passer Albert.
          Georgette les rejoint. Gabriel sort à son tour. Georgette ferme la
          porte derrière lui et donne deux tours de verrou.
                         
          COURS DILLON - PARC - EXTÉRIEUR JOUR
                         
          Albert et Gabriel viennent de sortir du bâtiment et se dirigent
          vers la sortie.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           T'as forcé un peu dans l'épouvante, mais t'as eu des
           moments romains.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Toujours. Quelle belle nuit, hein ?
                         
          Gabriel s'arrête.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           J'aimerais t'emmener en Andalousie, les nuits sont bleues.
          Albert se retourne.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ohh !... Mais en Chine aussi, monsieur, quand tu descends
           vers le Sud. Tu sais pas ce qu'il faudrait ?
                         
          Il tend les bras vers le ciel.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Et ben, faudrait illuminer tout ça, peindre tout ça en
           rouge. Ben, on peut tout de même pas y foutre le feu...
           note bien qu'en y réfléchissant...
                         
          Gabriel se penche en avant, semblant en proie à une réflexion
          intense, un peu compliquée dans son état.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Tais-toi. Laisse-moi me rappeler... La féérie lumineuse...
           Le 14 juillet en boutique... Où est-ce que j'ai entendu ça,
           bon sang ? Parce que je l'ai entendu et vu... Si vous avez
           besoin de quoi que ce soit, je dis bien de quoi que ce
           soit... Un barbu... « Au Chic Parisien » !
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Landru !
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           C'est ça ! Il a une caisse, là, pleine de fusées, un stock
           à faire sauter Versailles.
                         
          Albert écarte les bras.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Embrasse-moi, mec !
                         
          Il le serre dans ses bras, et l'embrasse dans le cou.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Tiens, t'es mes vingt ans ! Nickelé, Champion du Monde ! On
           y va !
                         
          Ils se mettent à danser en se dirigeant vers la sortie du parc.
                         
           ALBERT QUENTIN & GABRIEL FOUQUET (ensemble)
           Ta-la-la la-la... Ta-la-la la-la...
                         
                         FONDU ENCHAINÉ
                         
          AU CHIC PARISIEN - INTÉRIEUR NUIT
                         
          Les caisses de feu d'artifice sont ouvertes, et les fusées,
          qu'elles contiennent, ont certainement été répertoriées,
          puisqu'elles sont un peu en désordre. Sur un cageot, sont posées
          deux bouteilles de Beaujolais, une vide et une pleine. Les trois
          hommes sont en train de boire, Landru devant une caisse
          d'explosifs ouverte, Albert un peu en retrait derrière lui, et
          Gabriel assis sur une autre caisse. Ils reposent leurs verres.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Si vos pétards sont à la hauteur de votre Beaujolais, on va
           nous entendre du Havre !
                         
          Albert se ressert à partir de sa bouteille personnelle. Landru
          inspecte les mèches des fusées dans la caisse ouverte devant lui.
                         
                          LANDRU
           Oh-oh, pour péter, ça pètera, j'en réponds... comme de moi-
           même. Ça date pourtant de trente ans, mais inaltérable.
           Signé Ruggieri.
                         
          Il brandit deux fusées posées derrière lui. Gabriel saute de son
          perchoir.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Albert...
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Quoi ?
                         
          Gabriel soulève une caisse de fusées.
                          GABRIEL FOUQUET
           On pourra jamais porter ça à deux, il va falloir faire dix
           voyages, au moins.
                         
          Landru, les bras chargés de fusées, le regarde avec une certaine
          irritation.
                         
                          LANDRU
           Was ist das ? Il n'a jamais été question de jouer à ça sans
           moi, ne serait-ce que pour des raisons de survie. La
           pyrotechnie, messieurs, exige un savoir livresque et un
           tour de main absolument insoupçonnable.
                         
          Il empile son matériel dans une charrette à bras.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Bon, ben, allez, quoi, allons-y ! On n'oublie rien ?
                         
                          LANDRU
           Rien !
                         
          Il ouvre une caisse, dans laquelle il dépose les fusées qu'il
          avait en main.
                         
                          LANDRU
           Le programme est assuré. Vingt-trois marrons d'air, dix
           bombes étoilées multicolores, les éventails à surprise, dix
           phlox rotatifs, et un jardin suspendu.
                         
          Albert lève les bras vers le plafond.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Alors, là, messieurs, ça va être dantesque ! On va le
           repeindre, leur ciel !
                         
          Zoom avant sur la charrette remplie d'explosifs. On entend siffler
          une fusée.
          TIGREVILLE - RUE HÔTEL STELLA - EXTÉRIEUR NUIT
                         
          Contre-plongée sur le ciel au-dessus de Tigreville endormie. On
          entend siffler la fusée que l'on a déjà entendue sur l'image
          précédente, et des feux d'artifices éclatent dans le ciel.
                         
          Retour au niveau du sol. Devant l'hôtel, des touristes regardent
          le ciel, dont un officier anglais.
                         
                          L'OFFICIER ANGLAIS
           Splendid !
                         
          Nouvelle contre-plongée sur le ciel, montrant les feux d'artifices
          qui éclatent.
                         
          Autre contre-plongée au-dessus de l'hôtel Stella. Puis plusieurs
          contre-plongées en succession rapide, montrant divers angles du
          ciel entre les maison de Tigreville, tous illuminés par les feux
          d'artifice.
                         
          Plan moyen sur le Café Normand, d'où sort la patronne, enveloppée
          dans un châle blanc, suivie d'un client.
                          LE CLIENT
           Oh, merde, c'est tout de même pas le 14 juillet !
                         
          Il court vers la plage.
                         
                          MADAME ESNAULT
           Mai si, c'est bien un feu d'artifice, je le vois bien !
                         
          Tout le monde court vers la plage. Lucien sort, à son tour, du
          café et réajuste sa casquette. D'autres personnes courent dans la
          rue.
                         
          Nouvelle série de contre-plongées sur le ciel illuminé de
          Tigreville.
                         
          Retour vers Lucien, qui prend sa femme par le bras, et l'entraine
          vers la mer.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Ça vient de par là.
                         
          L'homme au béret, venant du bord de mer, rejoint Lucien et sa
          femme.
                         
           L'HOMME AU BÉRET
           Dis donc, y a Albert qui fait le con sur la plage avec un
           feu d'artifice. Faut voir ça.
                         
          Lucien part en courant dans le sens inverse de la mer.
                         
                          MADAME ESNAULT
           Lucien ! Fais attention ! Où vas-tu ?
                         
           L'HOMME AU BÉRET
           Là, regarde ça !
                         
          Plusieurs contre-plongées rapides sur le ciel illuminé.
          TIGREVILLE - LA GENDARMERIE - EXTÉRIEUR NUIT
                         
          Le brigadier Maurice et le gendarme Alexandre sortent de la
          gendarmerie et regardent vers le ciel. Tout le monde court dans la
          rue en direction de la plage.
                         
          Contre-plongée sur le ciel illuminé.
                         
          Retour au niveau du sol. Les deux gendarmes dévalent les marches
          du perron de la gendarmerie. Alexandre prend quand même le temps
          de fermer la porte.
                         
          Contre-plongée sur le ciel illuminé.
                         
          TIGREVILLE - RUE HÔTEL STELLA - EXTÉRIEUR NUIT
                         
          Plan en contre plongée sur la façade de l'hôtel, montrant la
          fenêtre de la chambre d'Albert, à côté de l'enseigne. La fenêtre
          s'ouvre et Suzanne apparaît.
                         
          Contre-plongée sur le ciel illuminé.
          Plan en plongée vers la rue, comme vu de la fenêtre de la chambre
          d'Albert. Lucien arrive en courant, et lève la tête vers Suzanne.
                         
          Retour sur Suzanne, en chemise de nuit, qui regarde avec surprise
          toute l'agitation dans la rue.
                         
          Contrechamp et plan en plongée sur Lucien dans la rue.
                         
                          LUCIEN ESNAULT
           Alors, madame Quentin, il paraît qu'Albert est sur la
           plage !
                         
          Il repart en courant vers la plage.
                         
          Autre plan de la rue avec les gens qui courent vers la plage.
          Panoramique vers le ciel et les feux d'artifice.
                         
          Plan général du ciel illuminé. Panoramique vers le bas et :
                         
          TIGREVILLE - PLAGE - EXTÉRIEUR NUIT
                         
          Les gens arrivent, en rangs serrés, et s'accoudent à la balustrade
          qui surplombe la plage. Sur la plage, en contrebas, on distingue
          les caisses de fusées, et des hommes debout à côté.
                         
           ALBERT QUENTIN (voix off provenant de la plage)
           Voilà les Balubas qui arrivent !
                         
           DES VOIX DANS LA FOULE
           Qu'est-ce qui font ? Il est cinglé !
                         
           ALBERT QUENTIN (voix off provenant de la plage)
           Et une verte !
                         
          Plan rapproché sur Gabriel allumant une fusée avec une mèche
          d'allumage. Il se rapproche d'Albert, qui regarde vers le ciel.
          Plan rapide sur le ciel illuminé.
                         
          Retour sur la plage.
                         
          Landru allume une fusée.
                         
                          LANDRU
           Une verte maintenant, Quentin !
                         
          La fusée part.
                         
          Plan rapide sur le ciel et la fusée qui éclate.
                         
          Retour sur la plage.
                         
                          LANDRU
           Et une rouge !
                         
          Il l'allume.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Et maintenant, une tricolore ! On fait plus de détail.
          Gros plan sur la fusée allumée par Quentin.
                         
          Plan rapide sur le ciel.
                         
          Retour vers la plage.
                         
          Albert et Gabriel s'approche de deux caisses de fusées reliées
          entre elle par un circuit de mèches.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           A vous de jouer, mon cher.
                         
          Gabriel écarte les bras.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Albert, j'en ferai rien. Quand il s'agit de faire sauter la
           ville, honneur à l'autochtone.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           L'autochtone n'en fera rien, tirez le premier !
                         
          Gabriel s'exécute et allume la caisse de fusées. Les deux hommes
          s'écartent. Les fusées commencent à partir en succession rapide.
                         
          Contre champ en plan d'ensemble de la foule massée derrière la
          balustrade. Les gens s'éloignent un peu devant la quantité de
          fusées qui partent.
                         
          Plan rapproché sur les fusées qui continuent à partir de la
          caisse.
                         
          Contrechamp sur la foule qui revient vers la balustrade.
                         
          Retour sur la caisse de fusées qui continuent à partir.
                         
          Plan général du ciel illuminé.
          Retour sur la foule qui applaudit.
                         
          Sur la plage, plan d'ensemble sur les trois hommes qui
          s'approchent de trois batteries de chandelles romaines.
                         
                          LANDRU
           A vos chandelles romaines !
                         
          Chaque homme est debout devant sa cible, mèche d'allumage à la
          main.
                         
                          LANDRU
           Présentez torches !
                         
          Les trois hommes lèvent les mèches au niveau de leur visage, comme
          s'ils saluaient avec un sabre de cavalerie.
                         
                          LANDRU
           A mon commandement, feu !
                         
          Chacun allume sa batterie, puis s'éloigne en courant. Les
          chandelles romaines partent en succession rapide.
          Plan général du ciel montrant les chandelles romaines qui montent.
                         
          Retour sur la plage et les batteries de chandelles, toujours en
          activité.
                         
          Contrechamp sur la foule qui applaudit.
                         
          Plan général du ciel illuminé.
                         
          Retour sur la foule en délire.
                         
          Sur la plage, plan d'ensemble des trois hommes qui s'approchent de
          trois mâts, supportant des sortes d'hélices, en fait des sortes de
          roues lumineuses, qu'en pyrotechnie, on appelle des « soleils ».
                         
                          LANDRU
           A nos morts !
                         
                          ALBERT QUENTIN
           A nos morts !
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           A nos morts !
                         
          Ils allument chacun la base d'un mât, puis ils s'éloignent, mèche
          levée, en chantant.
                         
           LANDRU, GABRIEL & ALBERT (ensemble)
           Ta-ta ta-la-la-la... Ta-ta ta-la-la-ta... Ta-ta ta-la-la-
           la... Ta-ta ta-la-la-ta...
                         
          Plan d'ensemble de la foule, vue de dos sur la corniche au bord de
          la plage, avec les soleils qui tournent au-dessus de leurs têtes.
                         
          Plan rapproché sur les soleils qui tournent.
                         
          Retour sur la foule, avec les soleils au-dessus d'eux. Les deux
          gendarmes arrivent par derrière et écartent la foule.
                         
          Sur la plage, plan rapproché, en légère contre-plongée, des trois
          hommes qui regardent les soleils tourner.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Hong-Kong, la Cucaracha, Singapour et la petite
           Tonkinoise !
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           La Puerta del Sol !
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Et la fête continue !
                         
          Plan moyen sur les soleils qui continuent à tourner.
                         
          Contre-plongée sur la foule au bord de la balustrade, comme vue de
          la plage. Au premier rang, les deux gendarmes.
                         
                          MAURICE
           Arrêtez cette plaisanterie, je vais vous coffrer, moi !
          Plan moyen sur les trois hommes sur la plage. Ils ne rient plus.
                         
                          LANDRU
           Ils ont amené les guignols !
                         
          Contre champ sur la foule et les gendarmes.
                         
                          MAURICE
           Je vous dis d'arrêter cette plaisanterie ! Oh mais...
                         
          Retour sur les trois hommes.
                         
                          LANDRU
           La délation, messieurs, réclame un châtiment. A nous les
           explosifs !
                         
          Ils partent en courant.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Joli temps pour les artilleurs !
                         
          Albert et Landru allument plusieurs fusées en même temps.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Aimable barbiflore, passez-moi les pétards !
                         
          Landru désigne une caisse.
                         
                          LANDRU
           Là, dans la caisse. C'est dans la boite.
                         
          Gabriel se penche sur la caisse.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Puisque vous n'avez rien de mieux.
                         
                          LANDRU
           La grenade offensive n'est pas courante en mercerie.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           On va tâcher de faire avec.
                         
          Il prend des fusées dans la caisse.
                         
          Rapide plan général sur le ciel illuminé, puis retour sur la
          plage.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Qu'est-ce qu'y a là-bas dedans ?
                         
          Il désigne quelque chose du doigt.
                         
                          LANDRU
           Attention ! Ça pète !
                         
          Il désigne la foule.
                         
          Plan d'ensemble de la foule, menée par les gendarmes, et qui
          descend le long de la rampe qui mène vers la plage.
                          MAURICE
           Pour la dernière fois, je vous somme de vous arrêter !
                         
          Retour sur la plage et les trois hommes.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Gendarme, faites évacuer les femmes et les enfants, je vais
           raser le littoral !
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Nous allons rayer la Normandie de la carte ! Feu !
                         
          Il lance sa fusée.
                         
          Plan moyen de la charrette de Landru, garée au pied de la rampe
          qui descend vers la plage. La fusée de Gabriel tombe dedans et
          allume les explosifs qu'elle contient. La foule, menée par les
          gendarmes, et qui était presque arrivée au bas de la rampe,
          s'arrête net, et revient en courant vers le haut de la rampe.
          Toutes les fusées, encore contenues dans la charrette, explosent
          les unes après les autres.
                         
          Plan d'ensemble de la foule qui remonte en désordre vers le haut
          de la rampe.
                         
          Retour sur la plage et les trois hommes. Albert pointe la foule du
                         DOIGT
                         
                          ALBERT QUENTIN
           L'ennemi est en fuite, mais maintenant une retraite
           s'impose, messieurs.
                         
                          LANDRU
           Chacun pour soi. Moi, je vais me baigner.
                         
          Il court vers la mer, une mèche d'allumage à la main.
                          GABRIEL FOUQUET
           Qu'est-ce qu'on fait ?
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Descendons le Yang-Tsé-Kiang. C'est tout droit. Viens.
                         
          Ils s'éloignent en courant.
                         
          Plan d'ensemble des soleils qui continuent à tourner, avec Albert
          et Gabriel en premier plan.
                         
          Plan moyen sur la charrette qui continue à exploser en continu.
                         
          Retour sur Albert et Gabriel qui marchent toujours sur la plage,
          s'éloignant des soleils, qui s'éteignent et s'arrêtent de tourner,
          l'un après l'autre.
                         
          Fondu au noir.
                         
          TIGREVILLE - PLAGE - EXTÉRIEUR JOUR
                         
          Vue d'ensemble de la plage déserte.
          TIGREVILLE - BLOCKHAUS SUR LA PLAGE - INTÉRIEUR JOUR
                         
          Dans le blockhaus où Gabriel s'était réfugié pour ne pas être vu
          par Marie, Albert et Gabriel sont endormis, Albert, à moitié assis
          contre un mur, et Gabriel, allongé par terre en face de lui.
          Albert se réveille lentement.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Oh !... oh !...
                         
          Gabriel se relève lentement et se met en position assise.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Vous croyez pas qu'il serait temps de rentrer.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Rentrer où ? J'ai toujours entendu dire que, dans les cas
           de reniement, on entendait le coq chanter.
                         
          Albert se met debout.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Oui, et ben, on parlera de ça plus tard, parce que j'ai un
           train à prendre.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Vous allez toujours à Blangy ?
                         
          Albert sort du blockhaus.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Hé oui, mon père a l'habitude que je sois là. Alors je
           serai là, pas brillant, mais là. Et vous, vous rentrez à
           Paris ?
                         
          Gabriel se met debout.
                          GABRIEL FOUQUET
           J'ai vu la mer, je ne peux pas aller plus loin.
                         
          Il sort, lui aussi, du blockhaus. Par l'ouverture, on les voit
          s'éloigner lentement tous les deux.
                         
          TIGREVILLE - PLAGE - EXTÉRIEUR JOUR
                         
          Sur la promenade, au bord de la plage, se déroule une cérémonie
          officielle. Des soldats en uniforme français, anglais, américains,
          avec leurs drapeaux nationaux. Un officier anglais (ou
          américain ?) lit une déclaration, avec une très nette pointe
          d'accent anglais.
                         
                          OFFICIER ANGLAIS
           La France nous a toujours montré le chemin de la liberté.
                         
          Plusieurs soldats, au bord de la rambarde de pierre, se penchent
          pour regarder Albert et Gabriel, qui remontent l'escalier venant
          de la plage.
                         
                          OFFICIER ANGLAIS
           Liberté, liberté chérie, comme disait votre grand poète
           Victor Hugo. C'est au nom de cette liberté que sont tombés
           les victimes de la prodigieuse bataille dont cette petite
           plage française fut le théâtre tragique.
                         
          Albert et Gabriel sont maintenant arrivés en haut des marches, et
          s'éloignent tranquillement, sans un regard pour la cérémonie.
          L'assistance et les soldats, eux par contre, suivent les deux
          hommes du regard avec un certain intérêt. Un léger brouhaha, peu
          respectueux pour la cérémonie, s'élève d'ailleurs de la foule.
                         
                          OFFICIER ANGLAIS
           Tragique, mais glorieux. Qu'il me soit permis de remercier
           plus particulièrement cette année monsieur le maire et
           messieurs les conseillers municipaux pour le magnifique feu
           d'artifice...
                         
          Plan moyen d'Albert et Gabriel longeant la rangée de cabines de
          plage, d'un pas tranquille et un peu trainant.
                         
           OFFICIER ANGLAIS (voix off)
           ... qui a donné à notre pieuse réunion un éclat dont nous
           nous inspirerons désormais. C'est pourquoi je crie, du fond
           du coeur : Vive les États-Unis, Vive l'Angleterre, Vive la
           France !
                         
          HOTEL STELLA - VESTIBULE DE RÉCEPTION - INTÉRIEUR JOUR
                         
          Marie Fouquet est assise sur une chaise en face du bureau de
          réception, une valise posée à côté d'elle. Elle n'est plus en
          uniforme, mais, par contre, elle porte le pull-over que lui a
          offert son papa. Elle feuillète un magazine. La porte s'ouvre
          lentement. Albert entre, suivi de Gabriel. Marie se lève.
                         
                          MARIE FOUQUET
           Papa ! Que je suis contente !
                         
          Elle monte debout sur la chaise pour embrasser son père. Albert
          referme la porte. Debout sur les premières marches de l'escalier,
          Suzanne regarde son mari.
                         
                          MARIE FOUQUET
           Alors, c'est vrai que tu m'emmènes ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Mais bien sûr que te t'emmène.
                         
          Elle l'embrasse encore, puis se frotte la joue.
                         
                          MARIE FOUQUET
           Dis donc, tu piques !
                         
          Albert se rapproche de Suzanne.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Alors, moi, personne m'embrasse, mais je pique aussi. Je
           vais me raser.
                         
          Il monte deux marches et s'arrête au niveau de Suzanne.
                          ALBERT QUENTIN
           Euh... bon... ben... Boh, euh... Je prendrai le train de
           quinze heures, quoi.
                         
          Derrière eux, Gabriel est en train d'aider Marie à remettre son
          manteau.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Je savais pas à quelle heure tu rentrerais, j'ai fait
           remonter ta valise, c'est idiot.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ben oui, oh...
                         
          Il monte l'escalier et passe devant Suzanne qui ne bouge pas, mais
          se retourne pour le suivre des yeux.
                         
          DEAUVILLE - PLACE DE LA GARE - EXTÉRIEUR JOUR
                         
          Plan moyen de la DS break d'Albert sur le parking de la gare. Il y
          a des valises sur le toit. La porte arrière droite s'ouvre, et
          Gabriel sort, suivi de Marie. Devant eux, Albert sort aussi de la
          voiture. Il porte un manteau et un chapeau, prêt pour une visite
          au cimetière de son père. Gabriel et Albert récupèrent chacun
          leurs valises sur le toit, deux pour Gabriel, et une pour Albert.
          Suzanne, qui était au volant, fait le tour de la voiture. Marie
          s'approche d'elle.
                         
                          MARIE FOUQUET
           Au revoir, madame Quentin.
                         
          Elle lui serre la main.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Au revoir, ma petite Marie.
                         
          Elle se penche et l'embrasse. Gabriel pose une de ses valises, et
          tend la main à Suzanne
                          GABRIEL FOUQUET
           Au revoir, madame, merci pour tout.
                         
          Ils se serrent la main. Gabriel se penche, récupère sa valise et
          s'éloigne avec Marie, qui lui prend la main. Suzanne et Albert se
          regardent.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           Je t'attends mardi au train de six heures ?
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ben, bien sûr.
                         
                          SUZANNE QUENTIN
           T'oubliera pas ton changement à Lisieux ?
                         
          Quelques mètres plus loin, Gabriel a posé ses deux valises en
          attendant Albert.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Tss-tss !... N'aie pas peur.
                          SUZANNE QUENTIN
           Oh, j'ai pas peur. Je regrette que la petite Marie n'ait
           pas vu le feu d'artifice. C'était formidable.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ils sont pas prêts d'en revoir un comme ça, va. Allez, au
           revoir.
                         
          Ils s'embrassent sur les deux joues. Gabriel a récupéré ses
          valises. Albert le rejoint.
                         
          Travelling arrière sur les trois voyageurs qui marchent vers la
          gare, Marie entre les deux hommes. Elle donne la main à son père,
          et timidement, elle tend la main à Albert, qui lui donne la main.
          Derrière eux, Suzanne les regardent s'éloigner. Albert se penche
          et regarde Marie en souriant.
                         
          Fondu enchainé.
                         
          TRAIN - INTÉRIEUR JOUR
                         
          Plan moyen du compartiment, où ils ne sont que tous les trois,
          Albert et Marie à côté de la vitre, et Gabriel à côté de Marie.
          Marie craque une allumette pour la cigarette de son père. Gabriel
          se penche sur l'allumette pour allumer sa cigarette. Marie souffle
          l'allumette et la jette dans le cendrier sous la vitre. Marie
          regarde Albert.
                         
                          MARIE FOUQUET
           C'est où que tu changes de train ?
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ben, ça va pas tarder.
                         
                          MARIE FOUQUET
           T'as pas le temps de me raconter une autre histoire ? Juste
           une.
                          ALBERT QUENTIN
           Ben, si tu veux, mais alors, c'est la dernière. Et puis
           elle est vraie, celle-là.
                         
          Il se penche en avant.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Alors, écoute. En Chine, quand les grands froids arrivent,
           dans toutes les rues des villes, on trouve des tas de
           petits singes égarés sans père, ni mère. On sait pas s'ils
           sont venus là par curiosité ou bien par peur de l'hiver,
           mais, comme tous les gens là-bas croient que même les
           singes ont une âme, ils donnent tout ce qu'ils ont pour
           qu'on les ramène dans leurs forêts, pour qu'ils retrouvent
           leurs habitudes, leurs amis.
                         
          Si Marie semble très attentive à l'histoire d'Albert, Gabriel,
          lui, sourit.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Et c'est pour ça qu'on voit des trains pleins de petits
           singes qui remontent vers la jungle.
                         
          Albert se cale dans son siège.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Ah, on arrive.
                         
          Par la vitre du compartiment, on voit un homme qui passe dans le
          couloir, une valise à la main.
                         
          Marie le regarde passer. Albert remet son chapeau, et se lève. Il
          se penche sur Marie, qui se lève.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Allez, au revoir, ma belle.
                         
          Ils s'embrassent. Gabriel se lève pour l'aider à attraper sa
          valise sur l'étagère au-dessus des sièges.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Non, non, ne vous dérangez pas.
                         
          Il descend sa valise et la pose sur le siège.
                         
                          ALBERT QUENTIN
           Allez, au revoir.
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Au revoir.
                         
          Gabriel se lève légèrement. Les deux hommes se serrent la main.
                         
          Gabriel se rassoit. Albert sort dans le couloir.
                         
          GARE DE LISIEUX - EXTÉRIEUR JOUR
                         
          Plan d'ensemble du quai, en travelling avant, comme si la caméra
          était posée sur la locomotive, dont on voit l'avant en premier
          plan. Le train venant de Deauville entre en gare, puis il
          s'arrête.
                         
          TRAIN - INTÉRIEUR JOUR
                         
          Gabriel et Marie sont debout dans le compartiment. Gabriel baisse
          la vitre.
                         
          GARE DE LISIEUX - EXTÉRIEUR JOUR
                         
          Plan d'ensemble du quai avec la compartiment de Gabriel en premier
          plan. Gabriel se penche par la vitre de son compartiment. Marie
          apparaît à côté de lui. On voit Albert qui descend du train. Il ne
          se retourne pas vers Gabriel et Marie.
                         
                          MARIE FOUQUET
           Dis, papa, tu crois qu'il en a vu, des singes en hiver ?
                         
                          GABRIEL FOUQUET
           Je pense qu'il en a vu au moins un.
                         
           ANNONCE (voix off sortant d'un haut-parleur)
           Lisieux. Les voyageurs pour Rouen, Azincourt (?), Blangy
           changent de train. Correspondance sur le même quai. Départ
           à dix heures...
                         
          Albert s'assoit sur un banc, tournant le dos au train qu'il vient
          de quitter. Il pose sa valise à côté de lui. Il enlève son
          chapeau, qu'il pose sur le banc, met les mains dans ses poches, et
          sort un bonbon de l'une d'entre elles. Il enlève lentement
          l'enveloppe protectrice, sort le bonbon et le met dans sa bouche.
          Derrière lui, le train redémarre. Gabriel et Marie sont toujours à
          la fenêtre de leur compartiment. Ils regardent Albert, qui, lui,
          ne tourne pas la tête pour les regarder.
                         
          Travelling en légère plongée. On a l'impression que la caméra est
          installée dans le compartiment de Gabriel. Sur le quai, Albert ne
          bouge pas, environnée par la fumée provenant de la locomotive. On
          passe devant Albert et la caméra pivote pour rester pointée sur
          lui. Puis on le voit s'éloigner lentement, toujours assis sur son
          banc.
                         
          Sur l'écran, apparaît en lettres majuscules blanches :
                         
           ... Et le vieil homme
           entra dans un long hiver...
                         
          Le texte disparaît, puis fondu au noir.
                         
                         
                          FIN
                          


Un Singe en Hiver



Writers :   Michel Audiard  Antoine Blondin  François Boyer
Genres :   Comedy  Drama


User Comments







Index    |    Submit    |    Links    |    Link to us    |    RSS Feeds    |    Disclaimer    |    Privacy policy